Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2012

Bruyères : la République fière de ses soldats !

Parmi les différentes animations qui viennent s'articuler autour de la Fête nationale, la cérémonie officielle demeure toujours un moment fort auquel assistent nombreuses autorités et simples citoyens. Parmi les édiles, on remarquait notamment la présence de l'échevin de Vielsalm, Jean-Pierre Bertenes venu en toute amitié participer aux festivités du 14 Juillet. 

P1170618.JPG

Le maire Alain Blangy, le conseil général du canton de Bruyères, Christian Tarantola, son collègue de Brouvelieures, Étienne Pourcher, le conseiller général honoraire, Michel Langloix, le président de la communauté de communes, André Claudel, le colonel Chenu, déposaient une gerbe devant le monument aux morts de l'Esplanade du Souvenir. L'absence de la musique municipale était compensée par un enregistrement porté par une sono. 

P1170603.JPG

Après la revue des drapeaux, l'inspection montrait un matériel rutilant destiné aux différentes interventions de secours par les pompiers.

P1170608.JPG

Pour 30 ans de service, l'adjudant-chef, Sylvain Brouiller du CIS Bruyères ; Joa Neves du CIS de les Poulières-Biffontaine et Laurent Fays du CIS de Gugnécourt recevait la médaille d'or.

Pour 25 ans de service, Jean Barotte et Laurent Fays de Gugnécourt recevaient la médaille de vermeil.

Pour 20 ans de service, l'adjudant-chef François Bosio et le caporal-chef Frédéric Pauthier du CIS de Cheniménil Docelles et les sapeurs Nicolas Deloy, Paul Alphonsine du CIS de Bruyères, recevaient la médaille d'argent.

P1170617.JPG

La fourragère tricolore était épinglée sur le revers de plusieurs soldats du feu. Tous les pompiers vosgiens la portent fièrement depuis Lothar, la tempête du 26 décembre 1999. Ceux du secteur de Bruyères l'arborent également au titre de services exceptionnels rendus pendant la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs remises de galons honoraient ensuite leurs titulaires.

P1170605.JPG

Tout ceci finissait place Stanislas où l'apéritif était offert à tous. Et chacun de lever son verre à la Liberté, l'Égalité, la Fraternité.  

18/06/2012

France : meurtre des deux femmes gendarmes

Dans le Varun suspect a avoué être le meurtrier des deux femmes gendarmes Alicia Champlon et Audrey Berthaut. Il s'agit Abdallah Boumezaar, en instance de prison ferme pour actes de violences, "libéré" par la justice il y a 15 jours pour effectuer le reste de sa peine en sursis . Condamné en 2002 à 30 mois de prison ferme pour trafic de drogue... L'individu âgé d'une trentaine d'années est décrit comme un homme de forte stature. Il aurait volé l'arme de l'une des gendarmes et a abattu la malheureuse, maman de deux fillettes. Il aurait ensuite tiré dans le dos de la seconde la tuant de plusieurs balles. La concubine Abdallah Boumezaar pourrait être impliquée dans ce double meurtre.

15/05/2012

Bruyères : Légion d'Honneur et Ordre du Mérite fidèle à son chemin

P1160522.JPGReflet d'une vie associative de qualité, l'assemblée générale de la Légion d'Honneur et de l'Ordre du Mérite réunis s'est déroulée au relais de la cité à Bruyères en présence d'une belle assemblée. Le président Nourdin abordait ses assises annuelles en renouvelant ses compliments et ceux de son amicale à Michel Langloix pour l'Étoile civique, échelon or, qui lui a été décernée. Dernièrement, Bernard Woirgny de Laval sur Vologne recevait le diplôme d'honneur à l'occasion de ses 50 ans de Médaille Militaire. Compliments également.

Deux nouvelles adhésions sont enregistrées : celle de François Dartois de Jussarupt et celle de Robert Antonot de Grandvillers. L'effectif atteint actuellement 31 membres. Le rapport d'activités exposé par le secrétaire, Michel Christophe rappelle que « Fidèle à ses engagements, notre amicale a accompli son devoir de mémoire en participant avec son drapeau à toutes les cérémonies patriotiques organisées à Bruyères et Champ le Duc. »

P1160519.JPG

Dans un genre différent, l'association a rassemblé 61 participants, dont 13 personnes de l'amicale ( le complément venant d'autres associations patriotiques, dont la Légion Vosgienne Vologne-Avison), pour une balade en Haute-Savoie. Le colonel, Patrick Chenu, alpiniste formé à l'EHM de Chamonix a fait profiter le groupe de sa connaissance de la chaîne du Mont Blanc. À propos de voyage, Yvan Nourdin a précisé que la sortie de cette année se fera du 20 au 24 septembre avec Prague et la République Tchèque pour objectif. Avec 64 inscriptions, le car affrété est déjà complet ! En avant-première, il se profile un séjour à Saint-Pétersbourg en 2013.

P1160521.JPG

Coté caisse aucun souci, les finances tenues avec soins par Michele Peltier sont claires et nettes. Des économies permettent de voir venir. Le maire de Bruyères, Alain Blangy exprimait sa confiance et son attachement aux valeurs défendues sous une même bannière par l'amicale de la Légion d'Honneur et de l'Ordre du Mérite.     

Au fil de son rapport moral, le président mettait l'accent sur l'évolution de l'Armée Française. « Pour être en mesure d'accomplir pleinement l'ensemble de ses missions, une armée moderne doit être en mesure de renforcer ces capacités opérationnelles et de pouvoir s'adapter aux situations les plus diverses... À ce titre, les réserves militaires jouent un rôle essentiel. Elles constituent un véritable vivier à la disposition de nos armées pour se renforcer et s'adapter. Mais aussi pour entretenir l'esprit de défense et le lien avec la Nation... » Un exposé de Patrick Chenu dessinait l'ensemble du profil de la Réserve. Et, si besoin en était faisait toucher du doigt toute son importance pour le pays et la population. 

P1160523.JPG

Le doyen de l'assemblée, le Bruyèrois, René Paragon 100 ans en décembre 2012 !

28/03/2012

Deycimont : La Légion Vosgienne forte et fière de l'être !

C'est une belle assemblée qui se trouvait dimanche 25 mars à Deycimont pour y participer aux assises annuelles de la Légion Vosgienne. Parmi les autorités, on remarquait la présence du député de circonscription, Gérard Cherpion, du conseiller général Christian Tarantola, du conseiller général honoraire Michel Langloix, du président de la Communauté de communes de la Vallée de Vologne André Claudel, de maires et élus des communes environnantes et notamment aussi du général Jean-Marie Chotin, président fédéral de la Légion Vosgienne. Le président associatif saluait l'ensemble de ses hôtes dont le maire de Deycimont, Gérard Lepaul.

IMG_2241.jpg

Les autorités ont exprimé leur profond respect et leur soutien à la Légion Vosgienne et en les valeurs qu'elle défend.

Yvan Nourdin demandait ensuite une minute de recueillement en la mémoire des camarades disparus et en particulier ceux qui sont décédés récemment : Mme Hélène Brouiller, Mme Marie-Louise Valdenaire. MM. Louis Rivat , Jean Thomas, Pierre Selle, Bernard Vuillemin, Hubert Bégel et Gérard Gremillet. Une pensée allait aussi vers André Gachet, membre actif de la section des AFN, vers les militaires français tués en OPEX au cours des derniers mois , les trois militaires abattus il y a quelques jours en pleine rue à Toulouse et Montauban, le professeur et les 3 enfants assassinés de sang-froid dans une école à Toulouse. Le président avait encore quelques mots pour ceux qui n'avaient pu se déplacer, empêchés par des raisons de santé, en particulier les veuves d'APG et les APG de l'amicale.

Renouvellement du tiers sortant du conseil d’administration

À l’unanimité des membres présents, Mme Colette Chevalier, M. Jean Bertrand, M. Gilbert Georgel sont réélus au conseil d’administration. 

Le secrétaire trésorier Pierre Defranoux exposait le rapport d’activité de l'année écoulée en soulignant la forte participation de la section aux cérémonies patriotiques comme aux divers rassemblements conviviaux. Il présente ensuite le bilan financier de l’exercice précédent. Les comptes sont approuvés à l’unanimité. Yvan Nourdin remerciait vivement Pierre Defranoux dont il a souligné la disponibilité et l’engagement. 

IMG_2237.jpg

L'association  qui vient d'enregistrer sept nouvelles adhésions est forte de 142 membres. Avant d’aborder le thème de son intervention, le président soulignait le rôle important joué depuis plus de 10 ans par le comité de coordination des associations patriotiques de la Vologne. Les communes de La Baffe, de Cheniménil, Docelles, Laveline du Houx, Lépanges sur Vologne, Rehaupal, Xamontarupt sont remerciées pour le soutien financier apporté au comité.

Le président évoquait ensuite l’histoire du Soldat Inconnu, inhumé sous l'Arc de Triomphe de l'Étoile à Paris et qui symbolise pour tous les Français le sacrifice de tous ceux qui sont morts sur les champs de bataille. Le 8 novembre 1920, les députés réunis en session extraordinaire adoptent définitivement la loi « relative à la translation et à l'inhumation des restes d'un soldat français non identifié ». Cette translation sera faite solennellement le 11 novembre 1920 et le 28 janvier 1921, soldat inconnu sera enseveli sous l’Arc de Triomphe.

Le soldat inconnu sera donc enseveli sous la dalle sacrée le 28 janvier 1921. M. Barthou, ministre de la guerre prononça alors les paroles suivantes : « Au nom de la France pieusement reconnaissante et unanime, je salue le Soldat Inconnu qui est mort pour elle. Cette Légion d'honneur, cette Médaille militaire, cette Croix de guerre, que j'ai déposées sur son cercueil, sont plus et mieux qu'un symbole. Elles sont l'hommage suprême de la Patrie aux morts obscurs et anonymes qui sont tombés pour elle.
Les morts, surtout les morts, commandent aux vivants, obéissons à leurs voix pour faire la paix qu'ils ont conquise, une France unie et laborieuse, constante et forte ».  

La flamme sacrée sous l'Arc de Triomphe fut allumée pour la première fois le 11 novembre 1923 à 18 heures par André Maginot. Depuis cette date, elle ne s'est jamais éteinte. Chaque soir, à 18 h 30, elle est ravivée par des représentants d'associations d'Anciens Combattants. Depuis plusieurs décennies, tous les ans, immuablement le 2e dimanche de septembre, l’honneur de raviver la Flamme du souvenir revient à la Légion Vosgienne.  

IMG_2239.jpg

Yvan Nourdin terminait son intervention par une évocation de la guerre d’Algérie, soulignant que la très grande majorité des soldats français qui ont servi en Algérie ne se reconnaissaient pas dans la présentation qui est faite par les médias de ce conflit, notamment à l’occasion du 50° anniversaire des Accords d’Evian. Et, de rappeler les souvenirs que nos soldats ont gardés en mémoire de cette page de leur histoire dont ils n’ont jamais vraiment parlé.

En résumé, la section de la Légion vosgienne de Vologne - Avison porte allègrement ses 82 ans, continuant d’aller de l'avant, dans le strict respect des principes et des valeurs légués par ses anciens qui ont établi ses bases en 1930.

29/02/2012

Bruyères : Le lieutenant Lallemand passe le commandement au major André

Cette fin février marquera date au sein de la brigade territoriale autonome de gendarmerie de Bruyères avec le départ du lieutenant Dominique Lallemand à destination de la compagnie de gendarmerie de Sarrebourg. Cela, à la faveur de sa prochaine promotion au grade de capitaine le 1er août 2012. Le lieutenant Lallemand prend désormais les fonctions de commandant en second de la compagnie de ce coin de la Moselle.

Une réunion avec élus des villages environnants destinée à faire le point de la situation locale précédait le traditionnel pot de départ du commandant de brigade.

Sur place, dans les locaux de la gendarmerie de Bruyères, le chef d'escadron Gangloff, commandant de la compagnie de Saint-Dié  évoquait une belle carrière entamée il y a plus de 32 ans.  « Vous êtes entrés dans l'institution le 1er décembre 1980 comme gendarme auxiliaire. Vous terminez vos obligations du service national avec le grade de brigadier-chef et entrez en école de gendarmerie, au CIGA de BERGERAC. À l'issue des 6 mois de formation de cette scolarité que vous réussissez brillamment (classement 16ème / 122), vous optez pour la gendarmerie mobile et à compter du 5 juin 1982, vous êtes affecté à l'actuel EGM 16/7 de Baccarat. Ce choix (en est ce un ?) vous permet d'effectuer quelques déplacements, dont la Nouvelle-Calédonie et la Corse, à deux reprises. Le changement de subdivision d'arme vous amène le 16 mars 1988 à la brigade de Pompey en Meurthe-et-Moselle où vous restez jusqu'au 15 avril 1995. Vous quittez cette unité, car entretemps, vous avez satisfait au diplôme d'officier de police judiciaire en 1992 et c'est au titre de l'avancement au grade de MDL/Chef que vous rejoignez la brigade de Neufchâteau. C'est le retour dans les Vosges pour vous qui en êtes natif et pour toute votre famille. Votre promotion au grade d'adjudant vous renvoie hors de ce département, mais pas trop loin puisque le 1er juillet 1999, vous prenez le commandement de la brigade de Badonviller, de nouveau en Meurthe-et-Moselle. Vous y restez jusqu'en 2006 après avoir été entretemps promu au grade d'adjudant-chef avec maintien sur place. Vous arrivez à la tête de la brigade de Bruyères le 1er août 2008 au moment de votre accession à l'épaulette en qualité d'officier issu du rang. »

Le commandant saluait encore un brillant parcours jalonné de nombreuses qualifications ou autres titres « ... Votre manière de servir a par ailleurs été récompensée aussi par la Médaille Militaire qui a été attribuée par décision du 31.12.2007. Vous connaissez le respect que je porte à cette distinction et donc à ceux qui sont amenés à la porter. »

Philippe Gangloff tenait à souligner toute son estime personnelle envers le collègue de travail et l'homme. « Nous avons collaboré pendant un peu plus d'un an. C'est largement suffisant pour savoir à qui on a affaire. Votre personnalité se caractérise par le dynamisme et une totale implication dans tout ce que vous entreprenez... »

Mettant l'accent sur la présence massive d'élus et autorités, dont le député Gérard Cherpion, le commandant de compagnie faisait toucher du doigt l'action menée. «... De concert avec les différents acteurs qui vous entourent et c'est le fondement de l'action de la gendarmerie. Par votre entregent et votre investissement, aucune des 40 localités qui constituent maintenant votre population depuis la réorganisation en 2010 n'a été oubliée ou mise de côté. Je le dis avec d'autant plus de conviction, car même à Saint-Dié, ou au hasard de mes pérégrinations sur la compagnie, ceci est mis en avant par mes interlocuteurs. Dans le même registre, vous avez été à la hauteur des attentes de votre hiérarchie, mais aussi des élus dans l'assimilation de la fermeture de la brigade de Brouvelieures... »

Non sans une certaine émotion, le lieutenant Lallemand prenait à son tour la parole pour évoquer sa période bruyèroise et les objectifs fixés en 2008 par le chef d'escadron Mollard, de la compagnie d'Épinal. La baisse de la délinquance , la baisse des accidents de la circulation et le développement du contact avec les élus entraient dans les lignes directrices. Les bilans exposés parlent d'eux même. « Je vous laisse donc, juges du travail accompli et de la bonne santé de la brigade de Bruyères; brigade que je vais céder dans les jours à venir à mon successeur, le major André... »

P1150418.JPG

Dominique Lallemand exprimait son sentiment du devoir accompli à Bruyères « ... j'éprouve de la fierté à avoir commandé cette unité, car je pense que le bilan du travail rendu est de bonne facture. Je tiens à partager les bons résultats enregistrés avec l'ensemble du personnel qui a servi sous mes ordres. Je les remercie toutes et tous de leur investissement au quotidien. Outre les militaires actuellement présents, je tiens à y associer l'adjudant Suzzarini (muté à Bayon), les gendarmes Vannson (retraité), Barbier (muté à Thouars) et le gendarme adjoint Michel (actuellement en arrêt de travail). Ensemble nous avons réalisé un travail sérieux qui témoigne d'un engagement collectif, de compétences sérieuses et d'un bon état d'esprit. Nous avons su créer et mettre en place une dynamique de groupe, ce qui était aussi l'un des objectifs qui m'avaient été fixés... J'ai pleinement conscience que cela n'a pas été facile tous les jours. Nous sommes toutes et tous différents, avec des tempéraments, des affinités et des caractères divergents. J'ai bien sûr mon propre caractère, mes propres exigences et une rigueur que j'assume ; rigueur qui pour moi rime avec sérieux, professionnalisme, qualité, honnêteté et équité pour tous. Nous exerçons un métier au service du public, pour le public et nous nous devons de nous efforcer d'apporter des réponses aux victimes et leur assurer une qualité de service. J'ai tenté d'apporter ma pierre à cet édifice en m'investissant personnellement, car pour moi le rôle du chef c'est d'être devant... »

P1150425.JPG

Durant le temps de présence du lieutenant Lallemand, quelques belles affaires furent réalisées. Des changements majeurs furent vécus dont la dissolution de la compagnie d'Épinal et la réorganisation territoriale consécutive à la fermeture de la brigade de Brouvelieures. Ce dernier point particulièrement appréhendé à l'époque fut étudié et mis en oeuvre dans l'intérêt des populations. Entre gens de bonne volonté, le cap fut franchi sans heurt. « Un merci particulier aux élus du canton de Brouvelieures pour la confiance que vous nous avez accordée dans cette phase de transition. Je n'oublierai pas la qualité de l'accueil que vous m'avez réservé et la franchise dans les dialogues que nous avons eus préalablement à cette réorganisation, mais également depuis sa mise en place. »

Dominique Lallemand concluait en espérant « avoir contribué à fortifier le lien qui unit les élus et la Gendarmerie dans ces cantons. Nous avons régulièrement été confrontés à des problèmes et en unissant nos pouvoirs, nos connaissances et nos maitrises, nous sommes toujours parvenus à trouver des solutions dans le respect de l'humain et le respect de l'ordre public. » Le lieutenant tenait encore à remercier ses supérieurs hiérarchiques, l'ensemble des sapeurs-pompiers, mais aussi sur un plan plus personnel, son épouse qui l'accompagne dans sa vie depuis 30 ans et qui va notamment devoir faire et défaire les cartons pour la sixième fois !

P1150428.JPG

Bien connu de la population des deux cantons dont il a assuré la responsabilité en qualité de commandant de brigade, le lieutenant Lallemand laisse le souvenir d'un professionnel d'une grande qualité d'écoute, affable et courtois. On lui souhaite ainsi qu'à sa famille un bon vent mosellan. Sans oublier de saluer, le major André, qui prend le commandement de la brigade territoriale. Bonne continuation !

15/02/2012

Fontenay : La 673e section en assemblée générale

Cette année, les assises annuelles de l'association des Médaillés militaires se déroulaient à Fontenay. Les rapports moral et financier du président Joël Rosselli étaient approuvés à l'unanimité. 

P1100101.JPG

Les élections du tiers sortant permettaient de composer le bureau de la 673e section des cantons de Bruyères, Brouvelieures. Joël Rosselli est reconduit à la présidence. Sont désignés : vice-présidente et présidente des dames d'entraide Paulette Parissot ; secrétaire, Odette Rosselli ; trésorier, Paul Parisot. Les membres du bureau élus et réélus sont : Suzanne Barbier, Michel Belcourt, Christian Collot, Monique Cunin, André Georges, Jean-François Guillot, Christian Rancan (qui est nommé vérificateur aux comptes et suppléant de Joseph Goaer), André Regnier, Robert Sarre, Denis Weigel.

P1100100.JPG

Joël Rosselli exprimait son attachement aux valeurs de la Médaille militaire. Guy Colne, maire de Fontenay, Michel Langloix, conseiller général honoraire, Christian Tarantola, conseiller général du canton de Bruyères, André Claudel, président de la communauté de communes de la vallée de la Vologne, Jean Michaud, maire adjoint de Bruyères, colonel responsable des associations patriotiques de Bruyères, Dominique Lallemand, lieutenant commandant la brigade de gendarmerie de Bruyères, Michel Belcourt, maire honoraire de Padoux avaient tenu d'être présents. Le conseiller général du canton de Brouvelieures, Étienne Poucher, était excusé, retenu de problèmes importants de gel à l'école de Fremifontaine, où il est maire.

P1100085.JPG

Malgré, une température polaire affichant moins 16 ° et balayée par un vent glacial, une belle cérémonie se déroulait au monument aux morts. Bien qu'aucun décès n'ait été déploré en cours d'année au sein de la 673e section, chacun avait une pensée pour les disparus et pour les soldats français partis défendre les valeurs de la France.

19/12/2011

Saint-Dié-des-Vosges : Sainte-Barbe tirée à quatre épingles.

En cette période de crise et de doutes, s'il est au moins une valeur sûre, c'est bien la côte d'estime qui est attribuée aux sapeurs-pompiers par l'ensemble de la population. Ce fut encore perceptible, samedi à Saint-Dié-des-Vosges, où l'on célébrait Sainte-Barbe, patronne des sapeurs-pompiers. Autorités et simples citoyens manifestaient un attachement aussi sincère qu'inoxydable.

Rutilant, le matériel aligné place Jules Ferry, à deux pas de la Tour de la Liberté, faisait honneur aux hommes et femmes rattachés au centre de Secours principal de Saint-Dié-des-Vosges. Dès 17 h 30, le Sous-préfet, Christophe Salin, le maire de Saint-Dié-des-Vosges, Christian Pierret, le député, Gérard Cherpion, la vice-présidente du conseil régional de Lorraine, Lovely Chrétien, le conseiller général, William Mathis, premier vice-président du SDIS des Vosges, maire de Saint-Michel sur Meurthe, son collègue au Département, Roland Bedel, maire de Sainte-Marguerite, le médecin-chef, Mickaël Pierrat du service départemental incendie et secours des Vosges et le capitaine, Aline Boury, commandant le Groupement Meurthe étaient emmenés par le capitaine, Stéphane Eslinger, commandant du CSP pour une revue du matériel et honneur au drapeau.

Cliquez dans l'angle qui se soulève de l'album, retrouvez ensuite les photos en plus grand format et diaporama dans l'album colonne de droite. 

L'appel aux morts rendait hommage aux sapeurs pompiers vosgiens, morts en service commandé de la Seconde Guerre mondiale à nos jours. L'ensemble des sapeurs pompiers français décédés en cours d'année était associé au souvenir. Les pompiers « Morts au feu » sont nombreux, personne n'oublie qu'ils ont fait don de leur vie.

Venait ensuite, le moment de récompenser des gens méritants. Christophe Salin et Christian Pierret remettaient pour 20 ans de bons services et dévouement, la médaille d'Honneur des sapeurs pompiers, échelon argent au caporal-chef, David Petot et au sapeur Thierry Bresson.

Le médecin-colonel Pierrat et le capitaine Boury décernaient ensuite la fourragère tricolore aux sapeurs de 2e classe, Marine Grandgirard et Obeizi Wissam.

Des citations à l'Ordre du corps départemental étaient remises par Mrs Christophe Salin, Christian Pierret, Gérard Cherpion et William Mathis au sergent Aurélien Genelot, au caporal-chef Jean-Pierre Noël, au caporal-chef, Pascal Étienne et au caporal-chef, Arnaud Ferry, qui intervenant dans un bâtiment d'habitation collectif à Saint-Dié-des-Vosges firent preuve d'un comportement exemplaire. Avec abnégation, professionnalisme et sang froid, ils contribuèrent au bon déroulement d'une opération au cours de laquelle 10 personnes en situation périlleuse ont pu être sauvées.

Christian Pierret, Gérard Cherpion, Lovely Chrétien, William Mathis et Roland Bedel attribuaient le galon de major à Jean-Paul Toussaint, celui d'adjudant à Reynald Crovizier, de caporal à Tressy Cunin et Julie Gohlike et de première classe à Marine Grandgirard.

Les autorités remettaient un casque d'intervention aux JSP ( Jeunes sapeurs pompiers ) Giovani Cugini, Alex Herbele, Manon Didierjean, Chloé Mangel, Geoffrey Thomas et Marc Pleyer. Ces six garçons et filles ont récemment obtenu leur brevet et sont officiellement intégrés en tant que sapeurs pompiers volontaires au sein du corps départemental.

Les officiels saluaient porte-drapeaux et musiciens dont la présence rehaussait encore la cérémonie. Le public présent appréciait le défilé. Des applaudissements marquaient le passage des sapeurs pompiers.

Au grand salon de l'Hôtel de Ville, le maire exprimait son respect et sa gratitude envers ces femmes et hommes dont les qualités professionnelles et humaines, les efforts personnels et collectifs sont placés au service des autres. Le capitaine, Stéphane Eslinger demandait un moment de recueillement en la mémoire de pompiers défunts.

Le commandant du CSP précisait une activité en hausse d'environ 7 % par rapport à l'an dernier. Soit 7 à 8 interventions par jours. Un projet de restructuration des bâtiments de la caserne devrait aboutir en 2012.

William Mathis mettait en avant le budget alloué au SDIS. 15,3 millions d'euros destinés à assurer un service de qualité. Et, disait son sentiment que mobiliser la jeunesse demeure un atout majeur pour renforcer les forces vives de Sainte Barbe. 

04/12/2011

Bruyères : les gendarmes musclent la surveillance

Le problème est récurrent. La période des fêtes attise la convoitise de malfrats toujours à l'affut d'occasions de nuire et qui profitent souvent de la nuit qui tombe tôt pour commettre des méfaits, parfois graves de conséquences. À pareille époque, la brigade de Bruyères accentue ses surveillances autour des magasins. Cette action, dirigée dans un but de prévention des vols et braquages est menée durant tout le mois de décembre et sera poursuivie après le premier janvier.

P1140223.JPG

Cette année, compte tenu de la crise et de plusieurs facteurs conjoncturels, notamment celui du prix du rachat de l’or, l’accent sera également porté sur les bijouteries, particulièrement visées dans certains endroits. Dans un premier temps, les commerçants sont contactés. Chacun disposera individuellement des recommandations et recevra aussi une notice contenant quelques conseils éclairés. Sachant que les patrouilles existent, les boutiques connaissent dès maintenant la marche à suivre à cas d'inquiétudes. Cela, dit la sécurité reste l'affaire de tous et se nourrit du civisme de chacun. Les gendarmes n'ont pas le don d’ubiquité et ne sont pas devins. Signaler un fait étrange, ou une présence anormale ne peut que contribuer à davantage de tranquillité pour tous.

28/11/2011

Canton de Bruyères : Sainte-Geneviève dignement célébrée

L'événement fait date sur le calendrier de la vie locale. Vendredi 25 novembre, la Compagnie de Gendarmerie de Saint-Dié-des-Vosges, dont dépendent différents cantons et notamment celui de Bruyères commandé par le lieutenant Lallemand fêtait sa traditionnelle Sainte-Geneviève, patronne de la maréchaussée. 

P1140143.JPG

Un bel office religieux célébré par l'abbé François Bresson rassemblait les militaires d'active et retraités l'église de Docelles.

P1140139.JPG

De hauts responsables de la Gendarmerie participaient à cette cérémonie. Parmi les autorités civiles, on remarquait la présence du sous-préfet à Saint-Dié, Christophe Salin, du député Gérard Cherpion, des conseillers régionaux Jean-Marie Lalandre et Daniel Gremillet, du maire de Docelles et conseiller général, Christian Tarantola, du président de la communauté de communes André Claudel, d'élus d'un large secteur...

P1140142.JPG

La messe terminée, le premier magistrat de Docelles, avait mis à disposition pour la circonstance la salle des fêtes communale où les participants se retrouvaient pour partager le vin d'honneur. C'était bien sûr l'occasion pour les hôtes du jour de redire tout leur respect envers la Gendarmerie. Et, tous de trinquer, à Sainte-Geneviève !

14/11/2011

Achats en ligne, attention aux arnaques !

Les fêtes approchent, vous allez peut-être faire des achats en ligne. C'est bien, c'est pratique et moderne.1-maisons-bretonnes-08.jpg

Mais, malheureusement, il arrive parfois des mésaventures, plus ou moins graves. C'est pourquoi la Gendarmerie nationale rappelle quelques conseils pour limiter les risques de se faire arnaquer lors de vos opérations sur internet.

Adhérez au service « e.carte » de votre banque. Elle délivre un numéro de carte unique à chaque transaction. Renseignez vous auprès de votre banque.

Prenez un nom d'utilisateur et un mot de passe différents pour chaque site. N'effectuez des achats que sur des sites connus. Vérifiez la fiabilité du site (cliquer sur le cadenas pour obtenir les informations sur le certificat). Consultez les mentions légales. Conservez les e-mails de confirmation d'achat. Évitez les achats à l'étranger. Préférez les sites sécurisés (https = secure).

En tous les cas, soyez vigilant, lorsque des propositions semblent vraiment trop avantageuses, elles peuvent cacher une escroquerie. Sur internet, au téléphone, comme dans la rue, n'importe où ailleurs, il convient d'observer des règles de prudence.

07/08/2009

Bruyères : Sous-lieutenant, Célestine Marchal

Un bonheur à partager. Le 2 juillet 2009, l'anniversaire à Rochefort des 75 ans de l'Armée de l'Air fut à la hauteur de l'événement. Le général d’armée aérienne Stéphane Abrial, chef d’état-major de l’Armée de l’Air avait souhaité réunir sur la base aérienne 721 de Rochefort ceux qui représentent l’Armée de l’Air de demain. 1500 élèves officiers, élèves sous-officiers et militaires du rang en cours de formation parmi lesquels la jeune Bruyèroise de 24 ans, Célestine Marchal.

Celestine 1.jpg

 Célestine, dont le baptême de promotion récompensait un travail quotidien. Une exposition des peintres de l’Air et la projection des films évoquant les 75 ans de l’Armée de l'Air, une remise de drapeau, la prestation de la musique de l'Armée de l'Air... permettaient de toucher du doigt tout un univers. Dès le début de l'après-midi, un grand meeting aérien permettait aux élèves, aux autorités, aux familles et amis de se régaler la rétine des démonstrations réalisées par le fleuron des avions d’armes et de voltige de l’Armée de l’Air (Rafale, patrouille Cartouche Doré, sauts de parachutistes, patrouille de France, ...) Sur la photo au gala de Salon de Provence, Catherine et Michel Marchal sont à juste titre très fiers de leur fille.

Célestine Marchal.jpg

Célestine, qui a aussi été choisie pour défiler le 14 juillet à Paris ! Seule Vosgienne, parmi une dizaine de personnels féminins, et avec l'encadrement un total de 133 personnes, la jeune femme était du détachement placé sous les ordres du colonel Stéphane Roberdet, commandant en second l'EFSOAA. Une prestation difficile et jugée impeccable sur les 900 mètres à parcourir. Élevée au grade de sous-lieutenant, Célestine Marchal a également été désignée pour partir après la Fête Nationale vers l'Islande et le Canada. Il s'agit là d'effectuer un voyage d'études avec une centaine d'autres militaires.

Celestine 3.jpg
 Voilà une carrière déjà bien engagée et qui portée par un bon vent continuera sans nul doute à s'envoler de l'avant !

05/07/2009

Bruyères : le gendarme Vannson part pour la retraite

On le connait discret. La modestie naturelle du gendarme Serge Vannson très donc certainement souffert en entendant le lieutenant Dominique Lallemand, faire éloge de sa carrière professionnelle. P1200224.JPGLe pot de l'amitié offert par Serge Vannson à l'occasion de son départ vers la retraite était donc l'occasion pour le commandant de brigade Lallemand d'évoquer le parcours du gendarme Vannson. « Serge est né le 26 juillet 1953 à Cornimont dans ce contrefort des Vosges qu'il affectionne tout particulièrement. Il suit une scolarité normale qui le voit récompenser du certificat d'études et d'un diplôme de fin d'études. À 16 ans, diplôme en poche, il ne perd pas de temps et entre aussitôt dans la vie active. Pendant 4 années il travaille dans le tissage, principale industrie florissante pour les Vosges à l'époque. En 1973, Serge a 20 ans, et arrive l'heure du service militaire. À cette occasion, il découvre alors la Gendarmerie puisqu'il rejoint le Centre d'instruction des Gendarmes auxiliaires à Auxerre. Il fera au sein de ce centre 4 mois de classe puis recevra une affectation de huit mois au sein de la compagnie de Beaune. En juin 1974 il rejoint l'école de sous officier de Châtellerault. À cette époque la formation ne dure que quatre mois. Il en sort gendarme le 1er novembre 1974. Sa première affectation va le conduire à l'escadron de gendarmerie de Belfort. Il y restera 8 ans. Il connaitre alors diverses expériences. La préparation motocycliste jusqu'à la dissolution des brigades routières de la gendarmerie mobile, les B.R.G.M. Trois détachements hivernaux de secours au ballon d'Alsace donnant qualification de breveté de montagne. 5 années au PSS de Luxeuil les Bains sur la base aérienne de Bourogne Fougerais du fait de son habilitation au contrôle gouvernemental de l'armement. En 1980, Serge Vannson unit sa destinée à celle de Mauricette, une jeune femme originaire de la Bresse. En 1982, le jeune couple devient parent d'un fils unique : Mickaël. Toujours en 1982, le gendarme Vannson change de subdivision d'Armes et rejoint la gendarmerie départementale. Sa spécialité montagne lui permet d'intégrer une brigade de moyenne montagne, à Dabot (57). Il y servira pendant quatre ans. En 1986, le gendarme Vannson connaît des soucis de santé qui perturbe sa disponibilité de service. Une mutation est pressentie pour Sarreguemines, ce sera finalement Bruyères qu'il ne quittera plus. C'est donc 23 ans de service qu'il a accompli au profit de ce canton. » Le lieutenant mesurait encore tout ce chemin parcouru. « Les 23 années passées à Bruyères auront fait du gendarme Vannson la mémoire vivante de ses camarades. Elles lui auront permis de créer des liens, d'apprendre à connaître une multitude de personnes, connaissant leur famille, les liens de parenté, les histoires familiales, et bien d'autres choses encore. » Dominique Lallemand définissait encore Serge Vannson comme un homme calme, aimait la lecture. « Il a su être à l'écoute des gens, prendre en compte leurs problèmes et leurs attentes. Fortement expérimenté, il a toujours su agir au mieux de l'intérêt de la population tout en respectant l'éthique du gendarme et le sens du service public. Il aura connu 8 commandants de brigade, de camarades gradés et gendarmes. Il aura connu aussi bon nombre de bouleversements de notre univers professionnel. Son comportement exemplaire tout au long de ses années lui a valu à plusieurs reprises la reconnaissance de ses chefs, notamment par l'attribution de nombreuses lettres de félicitations dont celle du groupement de Nanterre qui lui tient le plus à coeur. Il quitte le service actif décoré de la médaille d'or de la Défense nationale. » Dira encore le Lieutenant Lallemand.

P1200235.JPG

 À présent, officiellement à la retraite de la Gendamerie le 26 juillet 2009, Serge Vannson s'apprête à rejoindre son village natal de Cornimont où depuis de nombreux mois il prépare un petit nid douillet. Serge Vannson pourra désormais se consacrer entièrement à sa famille, sa maison, et ses passions, notamment  motos et vieilles voitures.

P1200255.JPG

 L'ensemble des personnels de la brigade bruyèroise et leurs familles, nombreux à être venus témoigner leur affection à l'occasion de cette petite réception que Serge et Mauricette avaient voulue conviviale « sans chichi, ni tralala » souhaitent bien sûr un bon vent au couple.

P1200250.JPG

Leurs amis, nombreux à Bruyères espèrent également à Serge et Mauricette une vie heureuse. Belle et bonne retraite. 

05/06/2009

Bruyères : les médaillés militaires sur les pas de l'histoire

Le rendez-vous du voyage annuel était noté sur les agendas et attendu avec impatience. La 673e section de la Médaille-Militaire s'en est allée le 2 juin 2009 du côté de la région de Bitche. Le programme du jour ne manquait pas d'intérêt.

P1010342.JPG

La visite de la citadelle, dominant la ville reflète le génie de ses concepteurs, mais aussi le courage des garnisons qui la défendirent héroïquement lors de la guerre de 1870, était particulièrement attendue. Le parcours cinématographique aménagé dans les souterrains fut notamment très apprécié. Le jardin de la Paix et de la Liberté, lieu emblématique se déploye tel un écrin de verdure au coeur de la ville. Indissociable de la majestueuse citadelle qui le surplombe et dont il souligne la valeur patrimoniale.

P1010302.JPG

 L'ensemble reflète une thématique élaborée autour du rapport entre guerre et paix tout en se distinguant par l'esprit d'innovation de ses aménagements. Après le déjeuner, tout le monde s'est rendu à Schorbach, où se trouve, dans la mairie, le calendrier universel pour la Paix et la Fraternité. Composé de 366 sculptures façonnées dans le grès des Vosges par le mosellan Joseph Kriegel qui a travaillé 20 ans pour cette oeuvre unique immense appréciée que son originalité.

                                 P1010348.JPG                                

C'est ainsi que l'on y découvre les portraits sculptés d'artistes, hommes politiques, prix Nobel. (Première oeuvre Camile Claudel). Le but de Joseph Kriegel étant de mettre l'accent sur les notions de Paix , de respect des Droits de l'Homme, de Fraternité entre les peuples.

P1010368.JPG

Le président Joël Rosselli, au retour à Bruyères à 19 heures donnait rendez-vous à l'année prochaine pour une autre escapade dont la destination reste à définir. Des idées sont d'ores et déjà à l'étude et seront proposées aux adhérents et amis de la section de Bruyères Brouvelieures ainsi qu'à tous les détenteurs de la Médaille Militaire qui souhaitent se joindre au groupe, comme ce fut le cas cette année avec les amis d'Epinal et Remiremont. Incontestablement une bonne journée dont chacun conservera un excellent souvenir.

30/05/2009

Bruyères : les gendarmes se retrouvent

Vendredi 29 mai 2009, les gendarmes de la brigade bruyèroise retrouvaient les retraités et les veuves de la Gendarmerie pour partager le déjeuner au restaurant bruyèrois " Le Grimoire " .

ambiance médiévale.JPG

Ces retrouvailles entraient dans la tradition d'un repas annuel de cohésion. Et, elles avaient été rendues possibles grâce au dévouement de Denis Weigel qui avait pris en charge la gestion de l'événement et l'ensemble de l'organisation de cette journée amicale. 

P1180916.JPG

 

10/05/2009

Bruyères : rien de grave

La présence samedi 9 mai 2009 vers 21 heures et cela durant plus d'une heure devant la Pharmacie Chabrier avenue du Cameroun de plusieurs véhicules de pompiers, de nombreux hommes du centre de secours bruyèrois, des gendarmes de la brigade locale et du maire Alain Blangy pouvait laisser craindre un sinistre, voire un accident. Il n'en était rien. Alors que se passait-il donc ? Le commandant Miller, chef de colonne, assisté du chef de groupe Jean-Louis Collignon mettait là en place une procédure de sécurité. On remarquait notamment la présence sur les lieux d'un véhicule de dépollution spécialement affrété depuis Epinal. 

P1170722.JPG

En fait, un produit un peu inquiétant avait été récupéré par la Pharmacie Chabrier. Il s'agissait d'une très ancienne boite datant de soixante-dix ans. Peut- être un vieux médicament rapporté par un client. En tous les cas, l'oeil vigilant et professionnel d'une pharmacienne avait remarqué une indication d'une contenance infinitésimale de radium. Autrement dit, la boîte était porteuse d'un tout petit peu de radioactivité. Même au plus près du produit en question, les appareils de mesures apportés par les pompiers ne détectaient quasiment rien. « Aucun danger, aucun risque » rassure le commandant Miller. Le chef de colonne rappelait encore que l'on peut détecter de la radioactivité à l'état naturel par exemple dans la pierre des Vosges. Et, qu'il n'a donc là absolument aucune crainte à avoir. La méthode employée entre dans le cadre de la législation. Si faible soit la dose, elle est traitée avec le plus grand soin. Une entreprise agréée aura la charge de la traiter dans les règles imposées. Donc, tout le monde peut dormir sur ses deux oreilles, il n'y a là aucun danger.

 

21/04/2009

Bruyères : les pompiers sur leur trente et un !

La traditionnelle photo de " famille " des sapeurs-pompiers du centre de secours bruyèrois permettra d'éditer le prochain calendrier des soldats du feu. Ici devant leur caserne au 18 de la rue Poincaré, les pompiers ont posé pour la postérité.

P1160516.JPG

Plusieurs clichés ont été pris. En attendant 2010 pour découvrir le calendrier, sur cette photo, actifs et retraités au coude à coude !

23/03/2009

Reportage vidéo au Tchad

En visionnant un reportage dont le lien est donné ci dessous à 12:58, parmi les soldats on peut découvrir Quentin Claudon.

Quentin Claudon .jpg

Ce jeune homme est le fils aîné de Sylvie et Hervé Claudon de Laveline du Houx. Quentin se trouve actuellement au Tchad où il est militaire. Sur la vidéo, Quentin enlève son béret français pour porter celui des Nations Unies.
Aux dernières nouvelles envoyées par Quentin à sa famille il fait 50° la journée et 20° la nuit. la chaleur est donc étouffante surtout dans des box ou cabines lors de convois. Quentin a même expliqué que ce n'est même plus de la chaleur !
Tout le monde espère que l'effet de leur présence bénéfique perdurera, le camp d'Abéché va fermer d'ici quelques mois...

Lien direct pour voir la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=oghOECfjQuU

Salut à tous les militaires Français au Tchad et ailleurs dans le monde ! Salut Quentin !

01/03/2009

Bruyères-Brouvelieures : Les Médaillés-Militaires

P1140367.JPGAu relais de la cité à Bruyères pour participer à leur assemblée générale, puis à Brouvelieures pour marquer le Souvenir, les Médaillés-Militaires de la 673e se retrouvaient vendredi matin dans une ambiance de dignité et de camaraderie.
P1140360.JPG

D'entrée le président Joël Rosselli déplorait la disparition de Michel Pierre de Docelles, et de Annie Burton, épouse de Yves, membre sympathisant de Champ le Duc. Chacun avait également une pensée particulière pour les malades, hospitalisés, en maison de repos ou encore à leur domicile et ne pouvant se déplacer, notamment Gilbert David et Hubert Marchal.
P1140366.JPGA contrario, Joël Rosselli et toutes les personnes présentes se réjouissaient de l'arrivée dans les rangs de la 673e section de Pierre Poix de Bruyères et de André Hatton de Domfaing. Deux adhésions qui portent le nombre de membres à 44 Médaillés-Militaires, 12 dames d'entraide et deux sympathisants. Le bilan associatif reflète une vie associative de qualité. La 673e section est toujours parfaitement représentée lors des cérémonies patriotiques et commémoratives.
P1140356.JPG
Le maire-adjoint Jean Michaud, le conseiller général Michel Langloix, le président de la communauté de communes de la Vallée de Vologne André Claudel, le lieutenant, commandant de gendarmerie Dominique Lallemand et l'ensemble de participants se facilitaient de constater le dynamisme de la 673e section des Médaillés-Militaires. Les élections du comité n'entrant pas dans le cadre des statuts pour 2009, il n'était donc pas procédé au renouvellement. Cependant, suite à un déplacement géographique, Madeleine Balland qui assurait avec grand sérieux le secrétariat a dû céder son poste. Noël Henry, adjudant-chef de gendarmerie, et ancien commandant de brigade à Bruyères maintenant retraité, a accepté de prendre le relais.
Côté caisse, pas de souci signalé, les finances associatives sont saines et des économies permettent de voir venir.
Des occasions de se retrouver, dont un voyage annuel, permettent la détente. Contrairement aux autres années, suite aux directives de Paris, les assises annuelles étaient cette fois associées à la Journée du Souvenir.Il a été choisi de se rendre déposer une gerbe au monument aux morts de Brouvelieures.
P1140372.JPG
P1140384.JPG
La 673e section n'était pas venue à Brouvelieures depuis 11 ans. Le maire de Brouvelieures Christian Savage, et le conseiller général du canton de Brouvelieures, Etienne Pourcher, mais aussi des villageois avaient tenu d'être présents.
P1140382.JPG

Après le vin d'honneur servi à l'Hôtel de Ville, le déjeuner était partagé au restaurant brouvillois Les Myrtilles. Une cinquantaine de convives se retrouvaient alors dans la bonne humeur et l'amitié et le respect. Des sentiments qui caractérisent les Médaillés-Militaires.

20/02/2009

Laveline devant Bruyères : une moto pompe au top !

Soucieux de maîtriser parfaitement le matériel de secours mis à disposition de la caserne de Laveline devant Bruyères, le chef de corps Jean-Luc Houvion dirigeait dimanche 15 février une manoeuvre autour de la toute nouvelle moto-pompe.
P1140213.JPG
P1140214.JPG

D'une puissance de 750l/mn a 10bars la moto-pompe permet de branchement de différentes lances.
P1140222.JPG

P1140233.JPG


P1140239.JPG

Le travail accompli par une température extérieure de moins 12 ° par J.L Houvion et ses sapeurs-pompiers sur une sortie d'eau de la Vologne atteignait parfaitement ses objectifs. Pour une meilleure sécurité de la population.

23/01/2009

Laval sur Vologne : Guillaume Maupetit chez les pompiers de Paris

Une bonne nouvelle, Guillaume Maupetit intégrera la BSPP à Paris le 03 février 2009. Il ira dans un premier temps à l'école de Villeneuve Saint-Georges pour 8 mois d'instruction. Le baccalauréat obtenu au lycée bruyèrois Jean-Lurçat en poche, Guillaume envisageait déjà sa carrière professionnelle. C'est donc là après un concours parfaitement réussi à Nancy l'aboutissement d'une formation de trois ans débutée en 2004 comme JSP à Corcieux, à Granges sur Vologne, puis à Gérardmer. Incorporé chez pompiers volontaires de Laval sur Vologne, Guillaume Maupetit appartient maintenant à l'équipe du centre de secours Bruyèrois. Cette réussite n'est pas un fait du hasard, elle résulte d'une grande volonté de faire partie de l'élite, d'un travail quotidien et sérieux, mais aussi d'un enseignement dispensé sans faille par des formateurs rigoureux. Sans oublier l'indispensable appui de ses proches.
Dans 2 semaines et pour une période de 5 ans, le rêve d'enfant de Guillaume Maupetit de faire partie de la prestigieuse Brigade des Sapeurs Pompiers de Paris va se réaliser.

DSC00200.JPG

Le parcours exemplaire du jeune Vosgien âgé de 19 ans, bien dans sa tête, bien dans son corps fédère une grande fierté tout autour de lui. Ses parents, Sabine et Patrick Maupetit, sa famille, ses amis, ses camarades pompiers, les Vosgiens et en particulier les gens du secteur de l'Avison se réjouissent pour lui et lui souhaitent un bon vent dans sa carrière professionnelle et sa vie personnelle.

05/01/2009

Bruyères : galettes et visite du Père Noël chez les pompiers.

Un moment de détente bien mérité était organisé dimanche 4 janvier 2009 par l'amicale des pompiers dirigée par Blandine Didier.

P1130245.JPG

Une bonne quinzaine de galettes grosses comme des roues de brouettes furent partagées par les pompiers entourés de leurs familles.

P1130251.JPG
P1130252.JPG

P1130255.JPG

P1130258.JPG

P1130262.JPG

P1130268.JPG
J'ai la fève !

P1130286.JPG

Des couronnes et un bonnet ! :)


P1130269.JPG


P1130293.JPG

Rois et Reines d'un jour furent désignés par le sort

P1130270.JPG

P1130272.JPG

P1130260.JPG

P1130274.JPG
P1130264.JPG
Wouah ! Vive la royauté !
P1130282.JPG
Des rois, des reines de tous les côtés !
P1130275.JPG

En attendant l'arrivée du Père-Noël !

P1130290.JPG
P1130352.JPG
Les enfants l'attendaient avec impatience.
Père Noël était tellement chargé de cadeaux destinés aux 31 enfants (jusque 12 ans) des pompiers, qu'il avait laissé son traineau et ses rennes au repos pour emprunter le gros camion rouge.

P1130297.JPG
P1130301.JPG

Fraternel bisous de la présidente Blandine Didier au Père Noël ! P1130309.JPG
P1130310.JPG
P1130313.JPG
P1130314.JPG
P1130320.JPG
Les petits ont tous reçus leur cadeau des mains du Père Noël

P1130324.JPG
P1130328.JPG
P1130325.JPG
Les enfants autour de Père Noël, que du bonheur !
P1130308.JPG

Père Noël a bien expliqué aux petits comment regarder les étoiles dans le ciel pour retrouver là où il habite, juste là sous l'étoile polaire.
Père Noël est aussi généreux de rêve, et de douceur.


P1130296.JPG

P1130333.JPGP1130336.JPG
P1130347.JPG Le chef de centre Fabrice Clément a été sage, Père Noël ne l'a pas oublié ! Il a également pensé au capitaine Elandaloussi qui a lui aussi reçu de quoi déguster et offrir le café !

Père Noël aime les calins !

P1130345.JPGP1130339.JPG

Equipé comme un vrai pompier !

P1130327.JPG
P1130355.JPG
A bientôt Père Noël ! Ne prenez pas froid !


04/01/2009

Bruyères : voeux et diplômes chez les pompiers

Ce dimanche 4 janvier 2009 était placé chez les sapeurs-pompiers du centre de secours bruyèrois sous le signe de la détente familiale. Comme ils en ont l'habitude en chaque début d'année, les pompiers bruyèrois se retrouvaient donc là pour la présentation des voeux et le partage de la traditionnelle galette. Père Noël encore en livraison dans les parages était également attendu avec impatience par les enfants.
Dans un premier temps, le lieutenant Fabrice Clément établissait un bilan succinct de l'année écoulée. Le bilan des interventions montre que les pompiers du CS sont sortis 415 fois pour porter secours à des personnes en détresse, 81 fois pour s'attaquer à des feux, et 90 fois en interventions diverses. Soit un total, pour les 55 pompiers que compte le centre de 586 sorties, et une augmentation de 49 interventions par rapport à 2007.
Un total de 1326 heures de formation a été totalisé et a permis à des sapeurs pompiers de peaufiner leurs connaissances.
À cet égard, le chef de centre Clément se félicitait d'avoir des diplômes à remettre à ses hommes.

P1130237.JPG
pompiers 2.jpg

Une réunion sur le ton de la conversation à bâtons rompus donnait ensuite l'occasion au lieutenant Clément d'entendre les remarques de chacun et le cas échéant d'y répondre.


En attendant le Père-Noël, l'amicale des pompiers invitait ensuite à partager des galettes toutes dorées....

02/11/2008

Album souvenir : nouvelle photo

AncienAppareil.jpg A propos de la Gendarmerie, une nouvelle photo vient d'être placée dans l'album souvenir.

31/10/2008

Bruyères : prise de commandement chez les gendarmes

Le lieutenant Dominique Lallemand est entré officiellement en fonction. Gendarmes, autorités civiles et militaires étaient présents pour lui témoigner estime et confiance
PICT0055.JPG
Les Bruyèrois, mais aussi nombreux habitants du canton auront déjà fait connaissance avec Dominique Lallemand.
En poste depuis août dernier, le lieutenant recevait officiellement vendredi 31 octobre le commandement de la brigade territoriale autonome de Bruyères.



PICT0052.JPG


PICT0054.JPG



PICT0061.JPG



PICT0038.JPG
.
PICT0058.JPG



PICT0067.JPG

PICT0071.JPG

Une belle cérémonie simple et sobre, néanmoins solennelle conduite à gendarmerie de Bruyères sous l'autorité du chef d'escadron Mollard, commandant la compagnie de gendarmerie d'Epinal


« Ce type d'affectation, récent pour la Gendarmerie, a en effet pour objectif de placer les officiers au plus près des militaires qui agissent sous leur responsabilité, de les placer également auprès des élus et de tous les acteurs de terrains qui façonnent notre société. C'est donc en quelque sorte l'expression d'une volonté de la direction générale de la Gendarmerie nationale qui s'est accomplie ce matin » dira le chef d'escadron.
Au dela de l'aspect protocolaire, il s'agissait également la reconnaissance institutionnelle du parcours professionnel exemplaire du lieutenant.
Le commandant de compagnie retraçait alors brièvement le parcours de Dominique Lallemand. « Âgé de 47 ans, il approche des 27 années de service en gendarmerie et après avoir fait ses débuts en gendarmerie mobile à Baccarat (plus de 5 ans tout de même), il a occupé tous les emplois susceptibles d'être tenus par un gendarme de brigade départementale. Ses dernières affectations l'ont conduit au poste d'adjoint de la BT de Neuchateau de 1995 à 1999, puis au poste de commandant de brigade de Badonviller de 1999 à cet été. Avant sa promotion au grade de lieutenant, il avait réussi le difficile concours des majors de Gendarmerie. Un concours national où il a figuré dans la première moitié du classement. Il fait donc partie des candidats les plus solides qui ont été choisis pour être affectés comme lieutenant à la tête d'une brigade de gendarmerie. Marié et père de deux enfants, dont un a déjà rejoint l'institution, il dispose donc des qualités professionnelles et humaines pour réussir à Bruyères. »

PICT0057.JPG

Les personnes présentes, dont des gendarmes actifs et retraités, des gendarmes-adjoints, le député Gérard Cherpion, le maire-adjoint Jean Michaud, le conseiller général Michel Langloix, le président de communauté de communes de la Vallée de Vologne André Claudel, le chef du centre de secours de Bruyères Fabrice Clément, élus, familles et amis des gendarmes mesuraient tous l'importance de la mission confiée.
Une tache définie en 5 objectifs par le chef d'escadron. Tout d'abord, une baisse de la délinquance, notamment celle de proximité, par l'accroissement du nombre d'affaires résolues et par le contrôle du terrain. Ensuite, lutter contre l'accidentologie en faisant sanctionner les comportements routiers les plus dangereux. Assurer des contacts réguliers et soutenus avec les élus et les partenaires habituels de la Gendarmerie. Favoriser le développement d'une bonne ambiance de travail au sein de son unité et avec les autres unités de la Compagnie et du Groupement. Enfin, maintenir les liens avec les retraités de Gendarmerie de sa circonscription. Un ouvrage auquel Dominique Lallemand s'est appliqué dès son arrivée au pied de l'Avison. Le commandant de compagnie assurait le lieutenant de son soutien actif. Et, d'ajouter : « il dispose, je l'ai déjà constaté, de celui des militaires de son unité. » Le chef d'escadron Mollard soulignait alors le renouvellement prononcé cette année à Bruyères. « Sur 16 militaires en poste aujourd'hui, 8 n'étaient pas affectés lorsque j'ai pris moi même mes fonctions le 1er août 2007. L'émulation née de la synergie entre les éléments les plus anciens et les éléments nouvellement affectés a déjà donné des résultats très encourageants. Dans le même esprit, gageons que le changement de locaux de service contribuera lui aussi, à terme, à améliorer les conditions d'accueil du public, le travail des gendarmes, et d'intervention au profit de nos concitoyens. »

PICT0063.JPG
Une mission difficile à mener au quotidien sans relâche. « Je sais combien les efforts individuels pour arriver à assurer la sécurité de la population mobilisent les gendarmes de l'unité... » mesurera encore le chef d'escadron.

Le pot de l'amitié était ensuite partagé dans les locaux de la brigade locale (avec modération, cela va de soi) entre gens de bonne compagnie.

29/09/2008

Bruyères : inauguration caserne, encore quelques photos

P1110277.JPG Le centre de secours de Bruyères coordonne l'activité de 6 centres incendie et de secours : Cheniménil-Docelles, Fremifontaine, Gugnécourt, Lépanges sur Vologne, les Poulières-Biffontaine et Tendon.

P1110235.JPG

P1110148.JPG


P1110188.JPG


Des officiels, dont président du Sénat, le préfet, le maire de Bruyères, le conseiller général, des élus, mais aussi des familles et amis de pompiers étaient présents samedi 27 septembre 08 à Bruyères pour inaugurer le centre de secours.
P1110234.JPG


La musique municipale de Bruyères était présente
P1110236.JPG


P1110219.JPG


P1110193.JPG

P1110237.JPG
Nickel-chrome. La prise d'armes et la cérémonie officielle furent parfaites.

P1110243.JPG

P1110271.JPG

A chacun son morceau de ruban tricolore !

P1110269.JPG

P1110174.JPG



P1110241.JPG

P1110327.JPG

Pour un effectif de 59 sapeurs pompiers et une section de JSP, le centre de secours est doté d'un camion citerne feux de forêt moyen, un fourgon pompe tonne, un moto pompe remorquable, 2 véhicules légers, un véhicule de secours et assistance aux victimes, un véhicule de secours routier et un véhicule pour tous les usages.

P1110242.JPG


D'autres photos sont à voir dans l'article paru dimanche 28 septembre 08

28/09/2008

Le secteur de Bruyères fier de sa caserne

Ce n'est certainement Christian Poncelet toujours en fonction samedi 27 septembre 08 de président du Sénat qui prétendra le contraire. Les gens qui s'étaient déplacés pour inaugurer la toute nouvelle caserne des pompiers du secteur de Bruyères ne boudaient pas leur plaisir.

P1110218.JPG


P1110178.JPG


P1110165.JPG


Une visite complète des lieux sis rue Raymond Poincaré s'imposaient.
P1110200.JPG

Prise d'armes impeccable.
Des officiels, mais aussi des familles et amis de sapeurs-pompiers étaient là
P1110171.JPG



Parmi les très nombreuses personnes présentes aux cotés de Christian Poncelet, le préfet des Vosges Albert Dupuy, le maire de Bruyères Alain Blangy, le député Gérard Cherpion, le vice-président du Département Michel Langloix, le conseiller régional Daniel Gremillet, le lieutenant commandant de gendarmerie Dominique Lallemand, le président de la communauté de communes de la Vallée de Vologne André Claudel remarquaient la qualité de l'ensemble, et tout particulièrement la qualité de prestation des JSP.

P1110210.JPG


P1110214.JPG


Le maire adjoint bruyèrois, Jean Michaud également président du SIVIC rappelait brièvement le montage du dossier dont il a assuré la responsabilité : « 30 kg de papier, et je les ai pesés que le SIVIC a du produire ! Ce qui montre bien la complexité qu'il y a à mener un tel projet. » Jean Michaud ne manquait pas de remercier le Conseil général d'avoir attribué une subvention de 456 000 €. Soit 50 % du bâti HT. Le député Gérard Cherpion avait lui fait débloquer 30 000 € au titre de la réserve parlementaire. La ville de Bruyères ayant pour sa part vendu au SIVIC une superficie de 6135 m2 au prix de l'euro symbolique.
Le travail de l'architecte Scheydecker et Denis Viry était salué pour avoir obtenu « une approche conviviale dans son fonctionnement, mais aussi l'effort consenti à intégrer l'édifice dans le paysage d'entrée de ville. »
P1110225.JPG
P1110248.JPG


P1110229.JPG
17 communes sont partie prenante : Beauménil, Belmont sur Buttant, Brouvelieures, Bruyères, Champ le Duc, Deycimont, Fays, Fiménil, Girecourt sur Durbion, Grandvillers, Gugnécourt, Laval sur Vologne, Lépanges sur Vologne, Méménil, La Neuveville devant Lépanges, Prey, Viménil. Le CS de Bruyères exerce son activité sur les cantons de Bruyères et de Brouvelieures. Il couvre un secteur de 35 communes, soit environ 16 268 habitants sur une superficie de 275.45 km2 « Je tairai ce que je pense des communes qui profitent des services et ne participent pas... », lançait Alain Blangy.

P1110289.JPG

P1110317.JPG

P1110314.JPGChristian Poncelet rendait un hommage appuyé aux sapeurs pompiers.
Le chef de centre bruyèrois Fabrice Clément, le colonel Éric Faure, directeur départemental des pompiers, le capitaine Daniel Gornet, président de l'Union départementale, le commandant Éric Giroud du groupement centre et tous les pompiers rendaient honneur à leurs collègues, morts au feu. Un autre moment très fort d'émotion qui tirait les larmes du maire adjoint et des proches de Michel Robert.
Une salle de la caserne portera désormais le nom du maire de Fays décédé subitement. Un homme regretté et apprécié de tous.
Christian Poncelet en dira : « Il nous laisse à tous le souvenir d'un homme dévoué à la vie publique et au bien-être de ses concitoyens »

D'autres photos lundi 29 septembre 08 dans la journée

23/09/2008

Bruyères : les jeunes sapeurs pompiers ont repris du service

Septembre 08 vient de permettre à la section bruyères de l'association départementale des Jeunes Sapeurs-Pompiers de faire sa rentrée.

d6ba33672a42e8833e5dcaef9a042ca3.jpg

Cette année ce sont 26 garçons et filles qui ont reçu leur habillement. Soit 6 JSP 1 intégrés en première année, 6 JSP 2 en seconde année,14 JSP 3 en troisième année et prêts à passer leur brevet de fin de formation JSP. Ces jeunes gens chez qui on remarque déjà beaucoup de volonté et de courage arrivent de Bruyères, Docelles, Cheniménil, Charmois devant Bruyères, le Roulier, Laveline du Houx, Biffontaine, Lépanges sur Vologne, Laval sur Vologne, Champ le Duc, Grandvillers, Fremifontaine, et Vervezelle.
Trois JSP seront présentés à l'examen de décembre, 5 sont déjà reçus et ont été admis dans leurs centres respectifs. Toujours tirés à quatre épingles, les JSP seront présents samedi 27 novembre pour l'inauguration officielle du Centre de secours du secteur de Bruyères. Une réception prévue en présence de nombreuses autorités dont le président du Sénat Christian Poncelet.
Dans un genre bien différent, les 26 JSP s'investiront le 12 octobre 2008 dans un déplacement sportif organisé à Neufchateau. Il s'agit là d'un challenge de natation départemental. On se souvient que l'an dernier la ville de Bruyères y était dignement représentée et remportait 3 podiums.
Les inscriptions chez les JSP sont encore possibles auprès du lieutenant Clément ou du sergent-chef Durain.
Tél : O6.87.84.55.74

06/09/2008

Bruyères : Les anciens des régiments de chasseurs en assemblée

Les assises annuelles des anciens chasseurs se dérouleront le dimanche 5 octobre à partir de 9 h au relais de la cité à Bruyères.

02/09/2008

Laval sur Vologne : le feu de l'amitié passe le relais

a25f429c943e6dff3dfa0e38e6ce8433.jpg


Toute une époque vient de s'écouler. Dimanche 31 août 08, les membres du bureau et de l'amicale des sapeurs pompiers de Laval sur Vologne se réunissaient en assemblée générale extraordinaire. Il s'agissait de faire le bilan associatif, mais aussi de voter la dissolution de l'amicale. Cela uniquement du fait du regroupement des centres de secours dans les nouveaux locaux à Bruyères. C'était aussi l'occasion d'un moment d'émotion, car il était fait honneur au désormais ancien et dernier chef de centre à Laval, l'adjudant-chef Alain Léonard qui a pris sa retraite, atteint par la limite d'âge chez les pompiers.
Alain Léonard avait signé son engagement le 01 01 1984, il devient caporal le 31 mai 1990, et sergent le 09 décembre 1992. Il est devenu chef de centre à Laval sur Vologne le 17 mars 1993 faisant suite à Claude Duroc, André Villain, Gaston Georges, André Ganier et bien d'autres encore. En retraite depuis le 12 août 2008, Alain restera dans les mémoires et les coeurs. Il est salué comme un homme dévoué et chacun tenait à lui exprimer reconnaissance et amitié.
Les aînés n'étaient pas oubliés. Tous remerciaient les anciens qui ont participé ces dernières années aux manifestations organisées par l'amicale. On cite Gérard Balland qui a fut l'avant-dernier président, Jean-François Balland qui fut trésorier jusque l'an dernier, Jean-Robert Hollard qui a toujours su apporter sa bonne humeur communicative, et Jean-Marie Jacquemin qui participa toujours très activement à tout.
La présidente Blandine Didier tient aussi dire un petit mot aux actifs qui continuent avec la nouvelle amicale des sapeurs pompiers du secteur de Bruyères : « Merci à Benoit, Brice, Paul, Ludovic, Sabrina, Guillaume, Olivier, et Laurent, pour le soutien qu'ils m'ont apporté depuis que j'ai repris le flambeau après Gerard, et un énorme merci pour l'amitié qu'ils me donnent. Je vous dois beaucoup à tous. »
Un dernier repas ensemble dans l'ancien local des pompiers de Laval sur Vologne était partagé dans la bonne humeur au rendez-vous. Un peu de nostalgie aussi se faisait ressentir.
Blandine Didier et son amicale souhaitent encore remercier tous les habitants de Laval sur Vologne pour l'accueil qu'ils leur font chaque année lors de la vente des calendriers. Les pompiers du village continueront de passer, mais ce sera donc maintenant sous la houlette de la nouvelle amicale. Une association dont Blandine tient également le gouvernail et qui regroupe les amicales de Brouvelieures, Grandvillers, Champ le duc, Bruyères, et Laval sur Vologne.

Remerciements à Blandine Didier pour l'information et la photo

15/08/2008

Bruyères : Le Lieutenant Dominique Lallemand commandant de brigade.

La gendarmerie évolue avec son temps. De nombreux changements seront intervenus cette année au sein de brigade bruyèroise maintenant installée dans nouveaux ses locaux au n° 20 de la rue Poincaré à deux pas de la D 423 et de la caserne des pompiers.
ad800616e2bdd09e0a61ca64e7871508.jpgC'est désormais le Lieutenant Dominique Lallemand qui prend le commandement de l'unité forte de treize gendarmes et de trois gendarmes adjoints.
Marié, père de deux garçons ( dont un exerce comme gendarme à Sélestat, l'autre comme gendarme adjoint à Montargy ), Dominique Lallemand agé de 47 ans est né à Epinal. Ses parents sont originaires de Pouxeux. Sa période sous les drapeaux réalisée à Auxerre dans la Gendarmerie, il se dirigea tout naturellement vers cette profession en entrant à l'école de Bergerac. Gendarme en 1982, il recevra sa première affectation dans la Gendarmerie mobile à Baccarat où il restera 6 ans. Il choisira ensuite la voie de la Gendarmerie départementale et ira à Pompey en 1988. OPJ en 1991, Dominique Lallemand se portera volontaire à l'avancement. Nommé chef en 1995, il prendra un poste à Neufchateau. Le 1er juillet 1999 ; il devient adjudant et part pour Badonviller. Une fonction a laquelle s'ajoutera, un travail de dirigeant au sein de la communauté de brigade de son secteur. En octobre 1996, il reçoit le grade d'adjudant-chef. En 2007, il s'inscrit en au concours de Major et obtiendra le titre en 2008 tout en étant retenu pour devenir officier. Dominique Lallemand est promu Lieutenant en août 2008. Selon ses souhaits, la brigade de Bruyères avec ses 31 communes lui est alors confiée. Titulaire de la Médaille-Militaire et de la médaille d'or de la Défense, le nouveau commandant se présente comme un homme de terrain particulièrement attaché à nouer un contact avec la population. Il entend tisser des relations de confiance avec les gens. Faire passer un message : « Être présent et à l'écoute. Prévenir, plutôt que devoir punir... ». Le lieutenant sera secondé par son adjoint l'adjudant-chef Philippe Jamis.
M. Lallemand s'assure très content d'être arrivé au pied de l'Avison. « J'ai trouvé là une brigade qui travaille bien, dans une bonne ambiance. » Et, durant les quatre ans de sa fonction ici de vouloir pérenniser le tout, en continuant d'aller de l'avant.
Sportif, Dominique Lallemand est licencié de VTT. Il aime la nature, la forêt, la mycologie, les Vosges en particulier. Bienvenue à Bruyères.