Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/11/2019

Grand Est, Saint-Dié-des-Vosges : David Valence alerte le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation sur la situation des sapins pectinés

Maire de Saint-Dié-des-Vosges et Vice-Président de la Région Grand Est, David Valence alerte le Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation sur la situation des sapins pectinés
Ce lundi 28 octobre, David Valence a alerté Didier Guillaume sur la situation des sapins pectinés, essence emblématique du massif des Vosges, attaqués dans la Région Grand Est comme ailleurs sur le territoire, par des insectes cambiophages parce que fragilisés par les épisodes récurrents de canicule et de sécheresse.
Préoccupé par l’état de santé de nos forêts et par le risque sanitaire réel que représentent ces attaques d’insectes cambiophages sur nos sapins, David Valence demande au Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation d’inclure le sapin pectiné dans le Plan de soutien exceptionnel de l’Etat pour la commercialisation des bois scolytés et la reconstitution des peuplements détruits. Un dispositif d’aide à la mobilisation de 16 millions d’euros annoncé le 8 octobre dernier, cependant exclusivement réservé à l’épicéa commun, pour son transport et sa vente hors de la région Grand Est, à des clients de l’ouest du pays notamment, où il existe également une forte demande pour les bois de sapins pectinés.
«La proportion de sapins pectinés stressés par les épisodes de canicule et de sécheresse, donc sensibles aux attaques, croît fortement d’année en année, ouvrant ainsi des possibilités de pullulations d’une ou plusieurs de ces espèces, parasites de faiblesse, inconnues jusqu’alors (…) Victimes de dépérissements massifs d’arbres de cette essence, sans solutions locales pour écouler les bois, les propriétaires et gestionnaires concernés sont acculés à regarder les arbres mourir sur pied et leur bois se déprécier complètement alors que des débouchés existent dans notre pays. Cette situation est incompréhensible pour tous les acteurs de la filière», déplore David Valence, Maire de Saint-Dié-des-Vosges et Vice-président de la Région Grand Est.

23/10/2019

France : Communiqué relatif à la nomination de Daniel Gremillet

Communiqué de presse relatif à la nomination de Daniel Gremillet en qualité de membre de la Commission d'enquête mise en place par le Sénat afin d'évaluer l'intervention des services de l'État dans la gestion des conséquences environnementales, sanitaires et économiques de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen.

Cliquez sur le lien ci-dessous

Communiqué de presse de M. Daniel GREMILLET du 18 octobre 2019 - Commission d'enquête incendie de l'entreprise Lubrizoldoc.doc

 

 

07:26 Publié dans Politique, Santé |  Imprimer |  Facebook | |

08/08/2019

Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges : le nouveau mag

Capture.JPG

Pour lire le magazine dans son entier cliquez sur le visuel

30/07/2019

Vosges : communiqué du sénateur Jackie Pierre

Jackie PIERRE CINE9389_2-1.jpgLe Sénateur Jackie PIERRE vient d’appeler l’attention du Gouvernement en la personne de Monsieur le Ministre de l’Agriculture et de l’alimentation au travers d’une Question écrite intitulée Crise climatique en forêt vosgienne et demande de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, en vue de relayer les préoccupations exprimées par des représentants de la filière bois, dont Monsieur le président de l’Association des Communes forestières Vosgiennes, qui s’est récemment ému de la situation de nos forêts auprès du Sénateur.

Cette question écrite sera publiée dans le prochain Journal Officiel Sénat de ce jeudi 1er août 2019.

Crise climatique en forêt vosgienne et demande de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle

Question écrite n° 11910 de M. Jackie Pierre (Vosges - Les Républicains) publiée dans le JO Sénat du 01/08/2019

    Jackie Pierre attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur la grave crise climatique et sanitaire que traverse actuellement la forêt du Grand-Est et donc la forêt vosgienne. Depuis quelques mois, nos arbres sont victimes de multiples fléaux : sécheresse, scolytes, chalarose, chenilles processionnaires, qui entraînent de lourdes conséquences. De plus en plus de sapins des Vosges meurent sur pied. Le manque d'eau depuis le début de l'année et les périodes répétées de canicule font ainsi la joie des parasites. Il s'agit d'une crise exceptionnelle qui nécessite des mesures exceptionnelles. Nous nous trouvons face à une crise climatique et sanitaire dont on ne sait quand elle va se terminer et pour laquelle, à ce jour, nous n'avons aucune visibilité quant aux répercussions économiques et environnementales.
    Dans l'immédiat, cette situation catastrophique génère la mobilisation d'importants volumes de bois communaux scolytés ou dépérissants, entraînant une chute des cours du bois qui malgré tout produira des recettes sur une ou deux années. À ce titre, il serait souhaitable que les importantes rentrées d'argent dues à ces produits exceptionnels ne pénalisent pas les communes dans le calcul de leur prochaine dotation globale de fonctionnement, n'étant pas sûr que les recettes couvriront les investissements que ces communes devront supporter à terme.
    L'office national des forêts (ONF) est en mesure d'isoler ces recettes, il serait bon de ne pas les prendre en considération. Par ailleurs, malgré l'investissement sans faille des élus des communes forestières, des agents ONF et des acteurs de la filière pour parer à l'urgence du terrain, les moyens mis en œuvre ne sont pas suffisants et nous sentons poindre chez ces derniers un sentiment d'abandon face à l'immensité de la tâche. Aussi, comme cela avait été le cas pour la tempête de 1999, une reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle apparaît comme primordiale pour agir vite et mettre en place aujourd'hui pour demain les mesures les plus efficaces pour le maintien de la filière et l'avenir de nos forêts.
    Ces dernières sont d'ores et déjà à recréer avec de nouvelles essences adaptées aux changements climatiques. Il souhaite par conséquent connaître les intentions du Gouvernement sur cette demande de reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle et les mesures structurelles et ambitieuses qu'il entend prendre en réponse à cette crise climatique majeure.
      Permanence parlementaire : 18 rue François de Neufchâteau – B.P. 70237 – 88000 ÉPINAL Tél. : 03.29.35.16.19 Email. : senateur.jackie.pierre@wanadoo.fr
      Palais du Luxembourg – 15 rue de Vaugirard – 75006 PARIS – Tél. : 01.42.34.28.63 Fax. : 01.42.34.42.12 Email. : j.pierre@senat.fr

 

15:36 Publié dans Environnement, Politique |  Imprimer |  Facebook | |

Vosges : Communiqué de presse de David Valence, Maire de Saint-Dié-des-Vosges

Absent du département, je serai représenté par Mme Françoise LEGRAND, Adjointe et Vice-Présidente du Conseil de surveillance, à la signature du contrat de performance entre le Centre hospitalier Saint-Charles de Saint-Dié-des-Vosges et l’Agence régionale de santé (ARS), lundi 29 juillet 2019.

Ce contrat de performance appelle de ma part les observations suivantes :

  1. Pour rappel, la situation financière dégradée de notre C.H. n’est hélas pas une exception dans les Vosges comme ailleurs en France. Elle tient pour ce qui nous concerne en particulier aux choix effectués au moment de la construction du nouvel hôpital en 2011-2012, qui avaient trop insuffisamment anticipé le virage de l’ambulatoire et ont créé dans les faits une forme de surcapacité. À l’époque, le Centre hospitalier avait porté la plus grande partie de cet investissement de 87 millions d’euros en autofinancement, ce qui pèse aujourd’hui encore très largement sur ses bilans comptables.
  1. Les efforts demandés par l’ARS dans le cadre de ce plan de performance sont considérables. Ils représentent un véritable défi pour notre Centre hospitalier. Plusieurs plans de redressement ont déjà été mis en œuvre en effet depuis 2012. Le déploiement du plan de performance exigera donc une mobilisation très forte des équipes médicales, sanitaires et techniques. Pour autant, ce plan de performance préserve l’offre de soins dans sa voilure actuelle.
  1. L’effort exceptionnel de l’ARS en soutien au Centre hospitalier mérite d’être salué : 15 millions d’euros sont prévus dans le cadre de ce contrat de performance.
  1. Il n’est pas inutile d’indiquer que le plan de performance initialement présenté au conseil de surveillance du 24 juin 2019 prévoyait un 2ème volet d’économies à travailler dès début 2020. Cette proposition avait été très largement rejetée par le conseil de surveillance de l’hôpital, comme je l’y avais invité en ma qualité de Président. Notre position a donc permis le retrait de ce 2ème volet du contrat de performance, qui serait venu nécessairement affecter l’offre de soins.
  1. J’ai récemment sollicité à nouveau la Ministre des Solidarités et de la Santé ainsi que le Cabinet du Président de la République pour faire reconnaître le statut de « maternité isolée » à l’hôpital de St-Dié-des-Vosges. Ce classement aurait des conséquences favorables sur les recettes annuelles de fonctionnement de l’hôpital.
  1. Je demande solennellement à l’ARS de s’engager à ce que le CH de St-Dié-des-Vosges ne puisse en aucun cas voir son offre de soins dégradée vers celle d’un « hôpital de proximité » au sens de la nouvelle loi Santé.

05/07/2019

Saint-Dié-des-Vosges : le mag de l'été !

MAg_juillet_2019.jpg

Pour lire le magazine dans son entier cliquez sur le visuel

25/06/2019

Grand Est : les Bourgs Centre soutenus

GE_RVB.jpgLES BOURGS CENTRES : PREMIERS MAILLONS DU TERRITOIRE
L’attractivité des centres villes au coeur de la politique régionale en faveur des bourgs centres
La Région Grand Est compte près de 4 700 communes rurales comptant 2,8 millions d’habitants. La composante rurale de la région est donc très forte avec une armature urbaine qui comprend de nombreux bourgs exerçant des fonctions de centralité dans les zones peu denses.
Les bourgs centres ont une importance capitale, car ils abritent les services publics ainsi que les services du quotidien (supérette/boulangerie/…). Ils sont également le premier niveau de maillage territorial et participent à la structuration du territoire.
Confrontés depuis plusieurs années à la montée en puissance des grands centres urbains et des zones commerciales, la revitalisation des bourgs centres s’avère aujourd’hui être une nécessité. Citoyens et commerçants doivent se réapproprier ces coeurs de ville, pour leur rendre leur dynamisme.
En concertation avec l’ensemble des élus locaux, le département des Vosges et l’Etat, la Région mène une politique ambitieuse en faveur des bourgs centres et de leur attractivité.
D’ici 10 ans, ce ne sont pas moins de 22 bourgs centres du département qui auront été accompagnés et 5 d’entre eux ont déjà été sélectionnés dans le cadre du 1er appel à projet. Les villes de Xertigny, Rambervillers, Raon-l’Étape, Darney et Bruyères participent à cette première vague.
Une politique ambitieuse au service de la ruralité.
Lors de cette Commission permanente, la commune de Rambervillers a reçu le soutien de la Région.

Communiqué des élus de la Majorité Régionale des Vosges.

16:04 Publié dans Dossiers spéciaux, Politique |  Imprimer |  Facebook | |

Grand Est : la révolution numérique

GE_RVB.jpgDES LYCÉES CONNECTÉS
Déjà 9 lycées vosgiens en 4.0 ! La révolution numérique est en marche.
Avec l’arrivée des beaux jours et le début des épreuves du baccalauréat, les vacances d’été sont dans toutes les têtes. A la Région Grand Est, c’est à la rentrée que nous pensons en investissant pour améliorer le quotidien des lycéens, des agents territoriaux et des professeurs.
Le volet investissement voté lors de la commission permanente représente 419 000 € et le volet accompagnement social (aide au 1er équipement/Fonds social) 280 000€.
La région attache une grande importance au bien-être des agents des lycées c’est pourquoi elle conduit de nombreux travaux tout au long de l’année afin d’améliorer les conditions de travail.
La rentrée prochaine sera marquée par le passage de l’ensemble des lycées au 4.0 pour les élèves de seconde représentant un investissement de plus de 24 millions d’euros ainsi que par la mise à disposition de 100 000 ordinateurs gratuitement pour les lycéens. Dans les Vosges, 9 lycées ont déjà effectués la transition au 4.0 et à la rentrée prochaine l’ensemble des lycées du territoire auront entamé le processus de transition vers le numérique.
Le passage de l’ensemble des lycées en 4.0 doit permettre de transformer les usages du numérique mais aussi faire de la Région Grand Est, la première région connectée de France.
De plus, La mise à disposition gratuite du matériel informatique pour tous les lycées est de nature à garantir l’équité à tous les élèves mais surtout d’offrir à chacun les mêmes chances de réussite.
La Région Grand Est a fait de la jeunesse sa priorité et mobilise près de 600 millions d’euros par an.

Communiqué des élus de la Majorité Régionale des Vosges.

07:10 Publié dans Politique, Vie scolaire |  Imprimer |  Facebook | |

24/06/2019

Grand Est : Réunion de la commission permanente du Conseil Régional du Grand Est

GE_RVB.jpgLE GRAND EST PRÉPARE L’AVENIR DES VOSGES
La Commission permanente du Conseil Régional du Grand Est s’est réunie le vendredi 14 juin 2019.
L’ordre du jour de cette Commission comprenait près de 150 dossiers pour le département des Vosges et un montant global d’aides attribuées de près de 3,5 millions d’euros.
L’action de la Région Grand Est se décline autour de 4 grandes thématiques (Développement et Valorisation des Potentiels/Transports et Mobilités/Attractivité/Cohésion des Territoires et Proximité) et accompagne aussi bien des projets d’envergure que des projets du quotidien.
Voici quelques dossiers emblématiques accompagnés par la Région :
- Soutien aux lycées
- Dispositif Bourgs Centre
- Méthanisation
Les élus réunis en séance plénière ce jeudi 20 juin 2019 ont décidé d’investir 12 millions d’euros en faveur de la ligne TER Ligne Épinal-Saint-Dié-de-Vosges afin d’aboutir à sa réouverture en 2022.
Cette séance plénière a également été marquée par l’adoption du Pacte de destination touristique des Vosges.

Communiqué de la Majorité régionale des Vosges

17:27 Publié dans Politique |  Imprimer |  Facebook | |

Grand-Est : travaux de rénovation visant la réouverture de la ligne Épinal – Saint-Dié-des-Vosges.

GE_RVB.jpgLES VOSGES : UN TERRITOIRE EN MOUVEMENT
La Région Grand Est s’engage dans des travaux de rénovation visant la réouverture de la ligne Épinal – Saint-Dié-des-Vosges.
Enjeu économique et social, les mobilités sont au coeur des préoccupations des français. Depuis 2016 la région se bat pour maintenir ouvertes ses lignes de proximité. C’est un combat quotidien qui est mené conjointement avec la SNCF, l’Etat et l’ensemble des acteurs locaux pour maintenir en activité ces petites lignes essentielles à l’attractivité et au maillage de notre territoire.
L’offre de transport et la mobilité de nos concitoyens sont des enjeux qui ne peuvent pas se limiter à la simple question de la rentabilité financière ou du financement. Il faut prendre en considération l’impact global de l’offre de transport pour un territoire.
Que ce soit en matière de développement économique, de créations d’emplois, d’aménagement du territoire, d’accès à la culture, d’inter-connectivité des territoires, l’impact d’une ligne TER peut être décisif pour nos concitoyens.
Afin de revitaliser les lignes TER abandonnées par la SNCF et l’État, la Région a décidé de prendre les choses en main. Investissement et ouverture à la concurrence, deux solutions pour les lignes du quotidien !
Pour la ligne Épinal – Saint-Dié-des-Vosges la Région va investir 12,6 millions d’euros sur un budget de 21 millions d’euros pour assurer les travaux nécessaires à sa réouverture d’ici 2022 et ainsi améliorer l’offre de transport sur l’Est des Vosges.

Communiqué de la Majorité régionale des Vosges

17:23 Publié dans Dossiers spéciaux, Politique |  Imprimer |  Facebook | |

22/06/2019

Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-des-Vosges : motion de soutien au Centre hospitalier Saint-Charles

Communiqué de la Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
 
Les élus de la Communauté d’agglomération de Saint-Dié-des-Vosges examineront mardi prochain 25 juin 2019 une motion de soutien au Centre hospitalier Saint-Charles de la ville-centre. Le Président de la CA sera rapporteur de ce point.
L’établissement déodatien est en effet confronté, comme de nombreux autres hôpitaux dans le Grand Est et en France, à une crise de sa démographie médicale et à des inquiétudes quant à son financement.
Pour mémoire, le Conseil municipal de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges a déjà adopté une motion comparable lors de sa réunion du 24 mai 2019, transmise notamment au Directeur général de l’Agence régionale de santé.

30/05/2019

Grand Est : soutien aux communes rurales

Communiqué

Grand Est.jpgLa Région Grand Est accompagne le monde rural dans ses investissements du quotidien.

1ère Région française en nombre de communes, la Région Grand Est se caractérise par son caractère rural avec 5 132 communes dont 91 % comptant moins de 2 000 habitants.
Cette spécificité, la Région en a fait une force et accompagne les communes et les Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) du territoire dans leurs investissements pour développer les services à la population et améliorer le cadre de vie de leurs habitants et ce dans un contexte budgétaire contraint.
L’engagement de la Région Grand Est auprès des collectivités locales, c’est la volonté d’améliorer le quotidien de nos concitoyens à travers des aménagements urbanistiques, paysagers et de plein-air, la construction, la réhabilitation, l’extension de bâtiments nécessaires à l’installation de nouveaux services à la population, au développement de l’offre de loisirs, à l’accueil des associations locales ou à la construction et l’extension d’équipements scolaires.
La Région Grand Est a mis en place tout un éventail de politiques à destination des communes rurales (aide à l’investissement/redynamisation des bourgs structurants/soutien aux opérations collectives de rénovation de l’habitat/accompagnement à la reconversion de friches) et ceci dans une volonté d’être au service de sa ruralité avec le souci de maintenir l’équilibre des territoires mais surtout, la conviction que la ruralité est un atout et participe à la vitalité de notre collectivité.
Lors de la Commission permanente ce sont 8 communes qui ont bénéficié d’une aide de plus de 475 000 € :

- Bulgnéville : 122 070 €

- Rambervillers : 48 775 €

- Xertigny : 35 940 €

- Le Tholy : 86 328 €

- Isches : 7 986 €

- Longchamp : 10 042 €

- Ban-de-Sapt : 95 250 €

- Thiefosse : 71 356 €

07:54 Publié dans Politique |  Imprimer |  Facebook | |

14/04/2019

Vosges, canton de Bruyères : lettre de Christian Tarantola adressée au Syndicat Mixte Départemental d'Assainissement Non Collectif

Pour lire la copie de la lettre adressée au SDANC (Syndicat Mixte Départemental d'Assainissement Non Collectif)   par Christian Tarantola, conseiller départemental cliquez sur le lien ci dessous :

Lettre adressée au SDANC.pdf

20:25 Publié dans Politique |  Imprimer |  Facebook | |

Vosges : communiqué de Daniel Gremillet et Jackie Pierre sénateurs à propos de la limitation à 80km/h

Pour lire le communiqué de Daniel Gremillet et Jackie Pierre sénateurs à propos de la limitation à 80km/h cliquez sur le lien ci dessous :

Communiqué de Daniel GREMILLET et Jackie PIERRE - Examen du projet d'orientation des mobilités au Sénat.doc

20:04 Publié dans Politique |  Imprimer |  Facebook | |

03/03/2019

Déodatiens de mars

mars_2019.JPG

Cliquez sur le visuel pour lire le magazine en entier

27/02/2019

Grand Est : à propos de la ligne Epinal-Saint-Dié-des-Vosges

Communiqué de David Valence, Maire de Saint-Dié-des-Vosges et Vice-Président de la Région Grand Est
Absent du déjeuner à l’Elysée pour cause de réunion restreinte avec la Ministre des Transports, David Valence salue l'attachement réaffirmé de l'Etat aux petites lignes ferroviaires dans le Grand Est. La réforme de 2018 a ouvert la voie à une évolution de leur modèle, dans le sens d'une plus grande attractivité grâce à la concurrence notamment.
S'agissant de la ligne Epinal-Saint-Dié-des-Vosges, la parole du Président de la République a toujours été très claire. Il importe désormais que l'ensemble des parties se mettent autour de la table pour élaborer un plan de financement des travaux, ainsi qu'un calendrier.

21/02/2019

Champ le Duc : grand débat national

Grand Débat.pngUne réunion organisée dans le cadre du grand débat national par les municipalités de Beauménil, Champ le Duc, Fiménil, Laval sur Vologne est organisée vendredi 22 février 2019 à partir de 18 h 30, jusqu'à 21 h. salle de classe 2 rue de la mairie à Champ le Duc .

05:36 Publié dans Politique, Vivre ensemble |  Imprimer |  Facebook | |

20/02/2019

Raon l'Étape : Grand débat national

Grand débat national – Débat public à Raon-l’Étape – Mercredi 27 février 2019

Dans le but de recueillir la parole citoyenne à l’occasion du Grand débat national, la Ville de Raon-l’Étape organise un débat public qui se tiendra :

Mercredi 27 février de 20h à 22h, Salle Beauregard (Place des Martyrs de la Résistance).

Ouverture des portes à 19h15.

Cette rencontre sera animée et modérée par M. Claude JANEL, ancien inspecteur de l’Education nationale et acteur du monde associatif déodatien et par M. Jean HIRLI, chargé de communication à la Ville de Raon-l’Étape et acteur du monde associatif raonnais.

Durant ce débat, deux thèmes préconisés par le Gouvernement seront abordés et feront suite aux précédents échanges menés lors du débat du 31 janvier dernier à Saint-Dié-des-Vosges :

  • Organisation de l’État et des services publics,
  • Fiscalité et dépenses publiques.

L’objet du débat consiste à transmettre les propositions des Français au Président de la République. Pour celles et ceux qui le souhaitent, une urne sera également disponible à l’entrée de la salle pour recueillir des propositions.

Afin de garantir une parfaite transparence des discussions, la restitution sera envoyée au Président de la République sous forme d’enregistrement audio.

Tous les citoyens peuvent également contribuer en ligne, sur une plateforme numérique nationale dédiée : www.granddebat.fr

 

08:10 Publié dans Politique, Vivre ensemble |  Imprimer |  Facebook | |

28/01/2019

Saint-Dié-des-Vosges : débat public à l’Espace Georges-Sadoul

Dans le cadre du Grand débat national initié par le Président de la République, un débat public est organisé par la Ville de Saint-Dié-des-Vosges jeudi 31 janvier à 20 h à l’Espace Georges-Sadoul (ouverture des portes à 19 h 15).
Cette rencontre sera animée et modérée par Sarah Polacci, animatrice à France Bleu Sud Lorraine, et Claude Janel, ancien inspecteur de l'Éducation nationale et acteur du monde associatif déodatien.
 
Durant ce débat, les quatre thèmes préconisés par le Gouvernement seront abordés :
 
-Transition écologique
-Démocratie et citoyenneté
-Organisation de l’État et des services Publics,
-Fiscalité et dépenses publiques.
 
L’objet du débat consiste à transmettre les propositions des Français au Président de la République.

Pour celles et ceux qui le souhaitent, une urne sera disponible à l’entrée de la salle pour accueillir des propositions.

Afin de garantir une parfaite transparence des discussions, la restitution sera envoyée au Président de la République sous forme d’enregistrement.

 

Pour plus d’information sur ce débat, cliquez sur : https://www.debatpublic.fr/grand-debat-national-1 et https://www.gouvernement.fr/le-grand-debat-national

 

10:33 Publié dans Politique, Vivre ensemble |  Imprimer |  Facebook | |

26/01/2019

France : la qualité d’artisan reconnue par le Sénat

Le Sénat sanctuarise la qualité d’artisan avec l’adoption d’un amendement de Daniel Gremillet

Communiqué de presse de M. Daniel GREMILLET - Adoption au Sénat de l'amendement droit de suite des artisans.doc

17:33 Publié dans Politique |  Imprimer |  Facebook | |

Saint-Dié-des-Vosges : grand débat national

960x430_header_v2.pngCommuniqué de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges

Dans le cadre du grand débat national, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges organise un débat public qui se tiendra jeudi 31 janvier à 20h00, à l’Espace George-Sadoul.

De manière complémentaire, une urne est mise à disposition à l’accueil de l’Hôtel de Ville, accessible aux horaires d’ouverture de la mairie. Cette urne est destinée à recueillir toutes contributions permettant d’alimenter le débat local et national.

Tous les citoyens peuvent également contribuer en ligne, sur une plateforme numérique nationale dédiée : www.granddebat.fr

 

20/01/2019

Bruyères : grand débat national

663877921.pngDans le cadre du grand débat national, demandé par le Président de la République, la Mairie de Bruyères organise une réunion vendredi 15 février 2019 à la salle des fêtes de Bruyères de 20 h à 22 h 30.

 

Tout le monde y est bienvenu

 

Le cahier de doléances est ouvert au secrétariat de la mairie.

08:28 Publié dans Politique, Vivre ensemble |  Imprimer |  Facebook | |

22/12/2018

France : Crédit d’impôt transition énergétique

Crédit d’impôt transition énergétique : le Gouvernement finit par entendre le Sénat sur les fenêtres et intègre l’amendement GREMILLET dans la loi de finances pour 2019

Au lendemain de la discussion, en nouvelle lecture, du projet de de loi de finances (PJL) pour 2019, Daniel GREMILLET, Sénateur des Vosges et Rapporteur des crédits « Energie », dénonce la manœuvre politicienne de l’Exécutif.

« Contrairement à ce que la communication gouvernementale diffusée ces dernières heures pourrait laisser croire, c’est bien le Sénat qui a réintroduit, le 10 décembre dernier, les fenêtres parmi les dépenses éligibles au crédit d’impôt transition énergétique (CITE) à hauteur de 15 % en adoptant l’amendement que j’ai déposé et fait adopter aux côtés de mes collègues de la Commission des affaires économiques » a rappelé excédé Daniel GREMILLET. « Une fois de plus le Sénat a prouvé sa proximité avec le terrain ».

Et de poursuivre : « les classes moyennes sont les grandes oubliées des dernières annonces du Gouvernement en matière d'énergie car elles ne pourront bénéficier ni de la surprime à la conversion, ni de la prime renforcée au remplacement des chaudières au fioul, ni des nouvelles dépenses éligibles au crédit d’impôt transition énergétique (CITE), qui sont soumis à plafonds de ressources, ce qui est inédit pour le CITE. Le Sénat a donc souhaité réorienter le curseur en faveur des classes moyennes à travers cet amendement qui figurait dans le PJL pour 2019 avant d’être supprimé par les députés de la majorité » a estimé l’élu vosgien.

 « D’abord opposé à la mesure le 10 décembre, le Gouvernement a fini par se rallier aux arguments du Sénat neuf jours plus tard, en nouvelle lecture à l’Assemblée nationale. Bien qu’il n’en dise rien, le texte du Gouvernement reprend presque mot pour mot le dispositif du Sénat et de mon amendement : éligibilité des fenêtres au taux réduit de 15 %, sous condition de remplacement d’un simple vitrage et dans la limite d’un plafond de dépenses par fenêtre ».

Saluant le recul du Gouvernement, Daniel GREMILLET s’est dit, toutefois, écœuré par ce jeu de dupes auquel s’est livré l’Exécutif. « Ce type de manœuvre politicienne ne sert ni les Français, ni la qualité de la loi et nous fait perdre un temps précieux ».

 « Plus généralement, la séquence de ces dernières heures, marquée par l’annonce puis la contre-annonce d’une annulation partielle des mesures décidées fin novembre pour compenser le poids de la fiscalité énergétique, interpelle sur la capacité de ce Gouvernement à entendre les Français : si l’on voulait encore décrédibiliser la parole publique et jeter de l’huile sur le feu, on ne s’y prendrait pas autrement ! » a, enfin, relevé le sénateur des Vosges.

Communiqué de presse de M. Daniel GREMILLET - CITE fenêtres et chaudières et annonces puis contre-annonces du Gouvernement-1.docx

10:12 Publié dans Politique |  Imprimer |  Facebook | |

13/12/2018

Vosges : communiqué de Daniel Gremillet et de Jackie Pierre, sénateurs des Vosges

"Deux personnes sont mortes, une autre est en état de mort cérébrale, à la suite d’une fusillade sur le marché de Noël de Strasbourg, ce mardi soir. Treize personnes ont également été blessées, 8 grièvement et 5 personnes blessées légèrement.

Face à l’horreur de ce terrible drame qui endeuille encore une fois la France et la capitale de la Région Grand Est, nous tenions à exprimer toute notre solidarité aux victimes, aux blessés, à leurs familles ainsi qu’aux forces de l’ordre, au personnel médical et de secours mobilisés.

Le gouvernement vient de décréter le plus haut niveau du plan Vigipirate "urgence attentat" avec des contrôles renforcés aux frontières. Les contrôles seront aussi renforcés sur l’ensemble des marchés de Noël pour “éviter le mimétisme”.  Le dispositif Sentinelle est renforcé sur l’ensemble du territoire.

En cette journée de douleur, notre nation meurtrie souffre. Face à l’émotion commune et collective, nous appelons nos concitoyens à se recueillir, à respecter la peine et à ne pas tomber dans l’excès lequel malmènerait l’action en cours des forces de l’ordre.

Nous exprimons toutes nos condoléances aux proches des victimes et le meilleur rétablissement possible à tous les blessés parmi lesquels se trouvent deux vosgiens."

09/12/2018

Champ le Duc : Ouverture d’un cahier de doléances et de propositions

imagemairie.png"Ouverture d’un cahier de doléances et de propositions en mairie de Champ le Duc pour favoriser la parole de nos concitoyens.

L’association des maires ruraux a annoncé sur les radios et à la télévision l’ouverture de cahier de doléances et de propositions. La commune de Champ le Duc retient cette idée et ouvre un cahier de doléances et de propositions pour favoriser la parole de nos concitoyens.

Venez sur les heures d’ouverture le lundi de 17 à 19h ou le mercredi de 14 à 16h ou le vendredi de 9 à 11h pour exprimer dans ce cahier vos remarques, vos difficultés, vos attentes, vos suggestions…

Il sera mis à votre disposition à l’accueil.

Les doléances et les propositions seront transmises aux élus nationaux, envoyées à l’association des maires ruraux pour les faire remonter au sommet de l’état."

08:23 Publié dans Politique, Vivre ensemble |  Imprimer |  Facebook | |

24/11/2018

Bruyères : "Accès aux soins sur Bruyères et environs, communiqué du PCF

"Accès aux soins sur Bruyères et environs : réunion publique à Bruyères mardi 27 novembre à 20h30 au relais de la cité à Bruyères. 72 familles ont répondu au sondage sur l’Accès aux soins en Vologne et ont manifesté leur inquiétude quant aux médecins généralistes proches de la retraite, et leur exaspération face à l’accès difficile aux soins de spécialistes (RDV éloignés, insuffisance de spécialistes dans les Vosges, problèmes de déplacement pour les personnes âgées et ceux qui n’ont pas de véhicule, dépassements d’honoraires non remboursés…)  

La création d’un centre de santé public adossé par exemple à l’ancien hôpital de Bruyères associant des praticiens et personnels de santé salariés de droit public et libéraux pourrait permettre de répondre aux besoins de la population de notre territoire.

De plus, intégrant des services d’urgences et de maternité de niveau 1, utilisant la télémédecine et proposant des permanences de spécialistes, regroupées sur un jour ou deux par mois, un tel centre conduirait à désengorger les centres hospitaliers d’Épinal et de Saint Die et notamment leur service d’urgence.  

En lien avec les services de soins de suite et de retraite pour les personnes âgées (Ehpad, USLD), la psychiatrie de secteur et le CMP (Centre Médico Psychologique) pour adultes (Le CMP pour enfants scandaleusement fermé est à rouvrir), un tel centre de santé public est indispensable pour notre territoire.

Une réunion est organisée MARDI 27 novembre à 20h30 au Relais de la cité à Bruyères pour proposer des solutions pérennes d'accès aux soins de 1er niveau, la nuit et le WE, et plus urgent encore, d'obtenir un accès de proximité aux soins de spécialistes (Ophtalmologie notamment).

Le secteur de Bruyères et environs doit continuer de vivre !

Pour la section du Parti Communiste Français de Bruyères et environs

Claude GALIMARD"

08:20 Publié dans Politique, Santé |  Imprimer |  Facebook | |

21/10/2018

France : Taxe d’habitation et campagne de dénigrement des maires : trop, c’est trop ! pour Daniel Gremillet

Communiqué

"Depuis plusieurs jours, la campagne #BalanceTonMaire, et des tweets dénonçant la hausse de la taxe d’habitation dans certaines communes, fleurissent sur les réseaux sociaux. Pour Daniel GREMILLET, Sénateur des Vosges, c’est la goutte d’eau de trop dans un vase déjà bien plein …"

« Cette campagne de dénigrement des maires, d’une rare violence, est proprement abjecte, et ce, alors que les tragiques événements des dernières heures dans l’Aude rappellent l’importance du rôle joué par les élus locaux et leur engagement à toute épreuve » a réagi Daniel GREMILLET.

Et il poursuit : « Au cours des dernières années, les collectivités territoriales ont dû faire face à un désengagement croissant de l’Etat et à une baisse sans précédent de leurs dotations. Et maintenant, elles doivent faire face à la suppression de la taxe d’habitation, qui constituait jusqu’alors un levier fiscal déterminant ».

 « Dans ce contexte, il est plus que jamais nécessaire de faire confiance en nos élus locaux et en leur capacité à prendre les bonnes décisions, toujours dans l’intérêt de leurs habitants, y compris en matière d’impôt, j’en suis convaincu » estime l’élu vosgien.

 « Par ailleurs, il y a urgence à travailler à une vraie réforme de la fiscalité locale, plus juste et qui préservera les ressources des collectivités territoriales, en particulier celles des communes, mais également le lien direct entre le citoyen et sa commune ».

"Le sénateur interpellera le Gouvernement en ce sens, avec ses collègues, lors de l’examen du projet de loi de finances pour 2019 qui interviendra au Sénat dès la fin du mois d’octobre."

 

09:32 Publié dans Politique |  Imprimer |  Facebook | |

19/09/2018

Bruyères : à propos de l'accès aux soins en question

Communiqué

L'accès aux soins : comment envisage-t-on son avenir en Vologne?

L'accès aux soins sur le secteur de Bruyères et des environs et, sans doute plus généralement dans les zones rurales vosgiennes, devient une question très importante pour les familles.

Qui n'a pas la crainte de ne plus avoir de médecin de proximité, de gynécologue, avec le départ en retraite de la plupart d'entre eux et elles dans un proche avenir ?

Qui n'est pas confronté à la difficulté, voire l'impossibilité d'obtenir un rendez-vous rapide auprès d'un spécialiste (Ophtalmologue, Gynécologue, Pneumologue etc. ...)?

Adhérents PCF du secteur de Bruyères et des environs, comme beaucoup d'entre vous, nous n'acceptons pas cette situation qui n'a rien de fatal.

Nous voulons que l'accès aux soins, et notamment auprès des spécialistes, soit au plus proche de chez soi, sans être obligé d'aller en Alsace, en Lorraine nord ou ailleurs pour obtenir un rendez-vous dans des délais raisonnables.

Nous vous invitons au débat public que nous organisons sur cette question cruciale 

samedi 22 septembre 2018 à 18h00au Relais de la Cité à Bruyères.

Ce débat sera animé par Michèle LEFLON, membre de la commission nationale Santé du PCF, ancien médecin. Il rendra compte de la consultation lancée auprès de la population.

Pour la section PCF de Bruyères et environs

Claude GALIMARD

 

10:48 Publié dans Politique, Santé |  Imprimer |  Facebook | |

28/06/2018

Saint-Dié-des-Vosges : Signature d'un contrat de maîtrise des dépenses de fonctionnement entre l’État et la Ville

Le contrat "de Cahors" signé par la Ville de Saint-Dié-des-Vosges (la seule ville du département) sur la base du volontariat avec l’État est un contrat de "sincérité et d’exigence" comme l'a souligné le Maire, David Valence.
En effet, "la Ville s'engage à limiter ses dépenses, à maintenir son niveau d’emprunt de 2 millions d'euros par an et sur une période plus courte, à savoir de 15 ans au lieu de 20 ans".

Signature contrat Cahors.jpg

Communiqué de la Préfecture et de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges

"Signature d’un contrat de maîtrise des dépenses de fonctionnement entre l’État et la ville de Saint-Dié-des-Vosges
A l’occasion de la conférence nationale des territoires le 17 juillet 2017, le Président de la République a annoncé son souhait d’instaurer une relation de confiance dans les relations financières entre l’État et les collectivités. Cette démarche se traduit par la participation des collectivités territoriales au redressement des finances publiques, en signant un contrat triennal avec l’État, couvrant la période 2018-2020, sur la maîtrise de leurs dépenses.
Ainsi, ce sont 322 collectivités territoriales importantes (conseils départementaux, intercommunalités et communes) qui ont été ciblées au niveau national : il s’agit des collectivités dont les dépenses réelles de fonctionnement sont supérieures à 60 millions d’euros dans leur compte de gestion du budget principal de l’année 2016.
En signant ce contrat, ces collectivités s’engagent à limiter l’augmentation de leurs dépenses de fonctionnement à 1,2 % par an sur les 3 ans à venir (2018, 2019 et 2020).
Cette contribution des collectivités à la réduction de la dépense publique a été calculée sur la base de l'objectif national d’évolution de ces dépenses. Ce point a fait l’objet de discussions entre l’État et les collectivités concernées.
La ville de Saint-Dié-des-Vosges ne figurait pas sur la liste des 322 collectivités concernées. Néanmoins, les collectivités et établissements ne figurant pas sur cette liste qui souhaitaient s’engager dans cette démarche de participation à la réduction des dépenses publiques, pouvaient contractualiser avec l’État, sur la base du volontariat.
Le maire de la commune a ainsi informé le préfet de son intérêt pour que la ville de Saint Dié des Vosges s’engage dans ce dispositif contractuel. Si l’objectif national d’évolution maximale des dépenses réelles de fonctionnement des collectivités locales et des EPCI à fiscalité propre a été fixé à 1,2% par an, par rapport à
une base 2017, la loi a toutefois prévu des critères de modulation pour tenir compte des spécificités locales, lesquelles pouvaient réduire ou augmenter la marge de croissance des dépenses réelles de fonctionnement.
Ainsi, pour la ville de Saint-Dié-des-Vosges, le taux retenu pour la maîtrise des dépenses réelles de fonctionnement de Saint-Dié-des-Vosges est de 1,35 %, compte-tenu de :
• la diminution de la population
• la part de la population résidant en quartiers prioritaires de la politique de la ville
(28%)
• les efforts déjà consentis pour maîtriser les dépenses réelles de fonctionnement, lesquelles ont diminué de 5,1 % entre 2014 et 2017
Les pistes mentionnées au contrat, par la ville, pour poursuivre cette démarche vertueuse de maîtrise des dépenses de fonctionnement sont, notamment, le non remplacement d’un départ en retraite sur deux, la mutualisation ou l’externalisation de services, la systématisation du contrôle de gestion, ou encore la réalisation d’investissements générant des économies de fonctionnement, par exemple sur l’éclairage public.
Lors de la séance du 25 juin, le conseil municipal de Saint Dié des Vosges a, à l'unanimité, autorisé le maire à signer ce contrat de maîtrise des dépenses de fonctionnement avec l’État.
C’est ce contrat qui est aujourd’hui signé entre, M. Pierre ORY, préfet des Vosges et M. David VALENCE, maire de Saint-Dié-des-Vosges."

10/06/2018

Saint-Dié-des-Vosges : Dalkia livre la cogénération du réseau de chaleur

Communiqué

Le mardi 12 juin 2018 aura lieu, dans la matinée, la livraison et la pose des moteurs de cogénération au sein de la chaufferie gaz (34, avenue Ernest Colin) du réseau de chauffage urbain de Saint-Dié-des-Vosges.

Cette cogénération sera composée de 2 moteurs à gaz, de marque Jenbacher, d’une puissance globale de 2,8 MW électriques et de 3,1 MW thermiques. Chaque moteur, qui sera directement couplé à son alternateur, pèse
17 tonnes et mesure 7 mètres de longueur pour 1,80 mètre de large.

Capture.PNG

Financée et installée par Dalkia, la cogénération fonctionnera en continu chaque année, pendant 5 mois, soit du 1er novembre au 31 mars. Elle permettra de produire près de 27 % de la chaleur du réseau de chauffage de Saint-Dié-des-Vosges. L’électricité produite alimentera le réseau électrique de la ville.

La cogénération est une solution énergétique particulièrement performante car elle permet d’augmenter le rendement de l’installation en comparaison à des productions séparées d’électricité et de chaleur. Elle s’inscrit dans une démarche globale de maîtrise des coûts énergétiques et de réduction des impacts environnementaux. Cette opération fait partie des travaux d’extension et de modernisation du réseau de chaleur et de sa chaufferie centrale gaz. Pour rappel, le réseau de chaleur de la ville de Saint-Dié-des-Vosges utilise 60% d’énergies renouvelables, évitant l’émission de 5000 tonnes de CO2 par an (l’équivalent de plus de 2 800 voitures retirées de la circulation).