Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2017

Saint-Dié-des-Vosges invite l’Afrique du Sud

Les dates des 29, 30 septembre et 1er octobre retenues pour la 28e édition du Festival International de Géographie sont mémorisées par les géographes, mais pas seulement. Car le rêve de Desmond Tutu d’une Nation « arc-en-ciel », société sud africaine post-raciale, dépasse les frontières d’un pays sorti de son isolement politique. En fondant en 2011avec la Russie, la Chine et l’Inde le groupe des « BRICS », grandes puissances émergentes, l’Afrique du Sud montre aussi ses ambitions économiques. En même temps, elle bénéficie d’un élan démocratique en mesure de cicatriser les blessures provoquées par l’apartheid. Il demeure des stigmates de ce concept d’inégalités.

Le FIG aiguise les appétits littéraires autour du Salon du Livre en accueillant des personnalités fortes. Richard Bohringer fera entendre la voix de Nelson Mandela. Brigitte Fossey lira des extraits d’un roman de Lydie Salvayre, présidente du Salon du Livre. Bien d’autres pointures de l’écriture, du cinéma, du spectacle... interviendront en conférences. 

21032386_2044228268936602_2903469747956398752_n.jpg

Le thème « Territoires humains, mondes animaux » décline la relation parfois ambiguë entre l’Homme et les bêtes. Jusqu’à savoir si l’homme a le droit de manger les animaux.

Les Cafés géo, le FIG Junior, les salons de la géomatique, de la gastronomie, les expositions, la photo, les marionnettes, la musique seront de la fête. Une fête intergénérationnelle ! Et si les vins sud-africains sont à consommer avec sobriété, le FIG éveille sans modération la soif de connaissances.

02/09/2017

Saint-Dié-des-Vosges : Le FIG Junior revient !

La création l’an dernier d’un FIG Junior a si bien séduit que la formule est devenue incontournable ! Tous ont immédiatement adhéré à cette nouveauté étudiée pour plaire à la jeunesse. Tout en s’inscrivant parmi le programme destiné aux « grandes personnes », le FIG Junior s’adresse réellement aux 3 à 15 ans de façon à leur permettre d’aborder sans appréhension le thème et le pays invité.

Sous le chapiteau central installé sur le parc Jean-Mansuy, mais aussi sur d’autres sites, le FIG Junior développera de nombreux temps forts.

Au premier étage de l’Espace Nicolas-Copernic, un atelier de dessins sur pierre inspirés par la grotte Chauvet, et une exposition consacrée (en partenariat avec l’association Deneb) à l’abbé Nicolas-Louis Lacaille, un astronome français du XVIIIe siècle, ouvriront de larges horizons géographiques. Avec l’AVSEA, la décoration de masques d’animaux en 3D précédera des flashmobs initiées par le Studio L’Dance. On s’y adonnera aux rythmes endiablés du Gumboot, une danse attribuée aux enfants mineurs d’Afrique du Sud et pratiquée avec des bottes en caoutchouc.

FigJjunior-21.jpg

Le Salon de la BD fera la part belle aux créations de bulles, tandis qu’un atelier permettra de composer des lithographies à l’ancienne.

De son côté, le club de rugby de Saint-Dié-des-Vosges-Raon-Baccarat et la Fédération de rugby s’associeront à la fête à la façon des Springboks.

Tout ceci n’est qu’un aperçu du FIG Junior qui prévoit aussi et entre autres animations des rencontres avec des géographes, des auteurs … De façon à ce que rien ne leur manque, les jeunes « figueurs » recevront un kit comportant un guide.

Alors, parents, si vous entendez votre enfant délaisser son écran et assurer qu’il  « kiffe trop grave la géo », ne tombez pas à la renverse, c’est l’effet FIG Junior !

31/08/2017

Saint Dié des Vosges : Trois beaux prix littéraires attribués

Parmi les premiers lauréats de la nouvelle saison littéraire 2017, ceux désignés mercredi 30 août à Saint-Dié-des-Vosges dans le cadre du Festival International de Géographie sont maintenant connus.

Le Prix Amerigo Vespucci 2017 honore Raphaël Jerusalmy pour son livre « Évacuation » paru aux Éditions Actes Sud. Le jury présidé par Nathalie Broutin, et composé d’une douzaine de membres, auteur, journaliste, écrivain-journaliste, libraire, professeur… salue un roman qui a été écrit à Tel-Aviv, une ville où vit l’auteur, actuellement en France.

« Évacuation » nous conte la guerre. L’ensemble de la population de Tel-Aviv est évacué. Sauf qu’à la dernière minute, Saba, le grand-père de Naor, descend du bus, entraînant le jeune homme et sa petite amie Yaël dans une dérive clandestine au coeur de la cité désertée, désormais toute à eux. Une expérience de « sur-vie » à hauts risques, à l’intensité démultipliée par trois. Trois âmes dont la fraternité efface les générations. « Évacuation » est un conte sans morale, une bulle de poésie arrachée aux entrailles de l’histoire au présent, une ode urbaine au désir de vivre, et de paix.

Pour Josée.jpg

Le Prix Amerigo Vespucci Jeunesse 2017 est décerné à Johan Dayt pour son ouvrage «  Une Italie ». Le jury présidé par Sylvie Mathuisieulx et composé d’auteurs, réalisateur télévision, enseignants, documentalistes, membre du bureau de l’A.D.F.I.G , bibliothécaire… s’est régalé de parcourir les pages publiées par la Maison Eliza, une petite structure d’édition à la ligne éditoriale affirmée, et qui conduit une politique de production respectueuse de l’environnement.

« Une Italie », c’est une grande balade portée par des aquarelles et des textes sympas. N’y voyez pas un guide, ni un carnet de voyage, mais une autre façon de raconter un pays avec et parmi bien d’autres une page sur les stradivarius, une sur les fontaines de Rome, une sur les glaces, Pompéi, les baleines... Surprenant, surtout pas exhaustif, tout à fait charmant ! A lire à partir de 7 ans et en famille.

Le prix de la Bande dessinée géographique 2017 créé l’an dernier est devenu incontournable. Sous la direction de Louis Marrou, professeur des universités à La Rochelle, vice-président du jury composé de douze membres, spécialistes de l’édition, dessinateur, géographe et amoureux de la bande dessinée s’est réuni pour la seconde édition du prix de la Bande dessinée géographique.

A l’issue des délibérations, parmi une sélection de 12 ouvrages, dont la qualité a été soulignée, le prix de la BGD 2017 est attribué à Laurent Bonnneau et Mathilde Ramadier pour «  Et il foula la terre avec légèreté » aux Éditions Futuropolis, 2017.

«  Et il foula la terre avec légèreté » est l’histoire d’un ingénieur pétrolier qui découvre au cours d’une mission en Norvège les idées de ce que l’on appelle l’écologie profonde autour de l’oeuvre de Arne Naess. C’est l’occasion pour lui d’une remise en question profonde. Le récit mêle l’intime et l’universel dans une grande variété de choix de mise en page. L’utilisation de la couleur est remarquable pour faire ressortir les magnifiques paysages scandinaves. L. Bonneau et R. Ramadier nous offrent une formidable balade au pays des aurores boréales. Une réussite !

L’ensemble des prix littéraires sera décerné officiellement durant le FIG samedi 30 septembre à 11 h à l’Hôtel de Ville.

30/07/2017

Saint Dié des Vosges : L'affiche du FIG ! :-)

20292603_2002627906429972_7429201763694608645_n.jpg

27/05/2017

Bruyères : des hôtes bienvenus

La visite éclair à Bruyères de Madame Phyllis Kurio-Oura et de son mari M. Kelvin Kurio fait partie des histoires extraordinaires. Les époux qui résident Honolulu sont tout deux, fils et fille de vétérans du 442° Régiment de Combat, libérateur de Bruyères.

1°Mai 2017Phyllis et Kelvin avec ass Chemin de la Paix.JPG

Le sergent James Oura , Cie K du 3° bataillon du 442°RCT, est entré les armes à la main le 18 octobre 1944 à Bruyères pour libérer la ville, maison après maison. Le sergent Georges Kurio était lui, dans le 232° bataillon du Génie du 442° RCT qui avait pour mission de faire sauter les barrages anti tank qui bloquaient les rues de Bruyères.

Quatre jours plus tard, la compagnie du génie de Georges Kurio sera en progression vers les hauteurs de Biffontaine pour la construction des voies d’accès nécessaires à l’acheminement du matériel lourd vers la borne 6 et James Oura sera blessé à l’assaut de la colline pour le sauvetage du bataillon perdu. James a reçu 4 distinctions, il est décédé le 3 janvier 2012 à l’âge de 88 ans.

Il faut ensuite remonter à 1976, lorsque le groupe des jeunes commerçants de Bruyères alors piloté par Pierre Moulin, Martial Hilaire et Bernard Hans organisait un premier voyage à Honolulu pour une soixantaine de Bruyérois. Le trio a parallèlement fait accepter à ses collègues du groupement des commerçants, le principe d’inscrire un voyage pour 2 personnes à Hawaii comme gros lot de la foire de printemps 1976.

oct 1976 Honolulu groupe Bruyèrois.JPG

Le sort désignait alors M. et Mme Jean Thiebaut de Gérardmer comme les heureux gagnants de ce gros cadeau, et c’est au retour de ce voyage paradisiaque dans les îles, qu’est née la petite Élisa. Les parents avaient sympathisé avec M. et Mme James Oura et leur fille lors d’une réception chez les vétérans du 442e RCT. Ils ont choisi pour Marraine la toute jeune Phyllis. Et maintenant le couple est venu dans les Vosges pour assister, fin avril à Xonrupt, au mariage de la filleule de Phyllis : Elisa Thiebaut.

Phyllis et Kelvin n’ayant pas d’enfant, ils ont profité de ce voyage dans les Vosges pour réaliser les dernières volontés de James Ooura qui voulait que sa « Congrès Gold Médal » soit offerte à la Ville de Bruyères.

Sergent James OURA Cie K 442° RCT Médaille d'or du Congrès.JPG

Yves Bonjean, maire de Bruyères, a reçu M. et Mme Kurio-Oura pour cette remise officielle. Et c’est l’association du Chemin de la Paix a servi de lien entre les hôtes hawaiiens et la mairie. Martial Hilaire retenu par ailleurs était représenté par Mrs et Mme Henry, Haby ,Hans et Géhin membres de l’association. La médaille d’or du Congrès est la plus haute distinction civile attribuée par le Congrès américain. Yves Bonjean a promis de placer cette pièce en bonne place dans la vitrine du hall de l'Hôtel de Ville.

Phyllis et Kelvin étaient déjà venus dans les Vosges, pour le baptême d’Élisa leur filleule, ainsi qu’en pèlerinage avec les parents Oura pour les 30e et 50e anniversaires de la Libération de Bruyères.

La famille Kurio-Oura compte de nombreux amis dans la cité de l’Avison et tout particulièrement au sein de l’association du Chemin de la Paix et du Jumelage Bruyères-Honolulu. L’association entretien en permanence des liens d’amitié avec les clubs de vétérans et les amicales de fils et filles du 100/442°RCT, aussi bien à Hawaii que sur le continent américain. Il est très important pour l’association bruyèroise que l’histoire des héros du 100/442°, l’unité la plus décorée de l’armée américaine, soit transmise au fil des générations afin qu’elle ne soit pas oubliée.

Remerciement à l’association du Chemin de la Paix et du Jumelage Bruyères-Honolulu pour cette information et ses photos

12/02/2017

Saint-Dié-des-Vosges : Communiqué de Gilles Fumey

725396197.jpgLe Festival International de Géographie, créé en 1990, est géré par son association de développement (ADFIG) que j’ai l’honneur de présider, en lien étroit avec la ville de Saint-Dié, ses personnels et ses habitants.
En 2016, le thème du FIG « Un monde qui va plus vite ? » était un pari, peu évident au premier abord, répondant à cette question pressante de tout un chacun, d’un sentiment d’accélération du temps qui change notre perception de l’espace. Même si ce défi a été « balancé » par l’accueil de la Belgique, pays voisin avec lequel la ville entretient des relations grâce au jumelage.

Des avis recueillis et des constats concernant la fréquentation, le FIG a été un succès, perçu comme tel par la municipalité, les habitants, les édiles, malgré les inévitables petits couacs dans ce genre d’événement.
En créant un salon de la BD, une déclinaison Junior de notre festival et en accueillant de très nombreux Belges, nous avons certainement été un peu victimes de notre succès. Le montant des dépenses a été plus important que prévu. Dans le même temps, nous avons des partenaires qui se sont désistés. Le résultat financier n’est donc pas à la hauteur de nos espérances. Dans le passé, il est arrivé que des dérapages aient lieu et des solutions ont toujours pu être trouvées.

La direction scientifique a tenu, non sans mal, mais intellectuellement avec succès, son pari d’un FIG exigeant mais riche pour les géographes présents. Les conférences ont été très appréciées et il faut rendre hommage à l’immense travail qui a été fourni pour cette édition. La nouvelle direction qui prend les rênes du FIG 2017 a changé de génération, et agira à sa manière. A nous de lui faire confiance et de l’accompagner dans ses choix tout en veillant à ce qu’elle œuvre pour un festival qui soit à la fois populaire et exigeant.

Le thème proposé « Territoires humains, mondes animaux » permettra cette année d’ouvrir de vastes débats, qui causeront au public particulièrement intéressé par ces liens entre l’Homme, l’animal et les territoires. Nous accueillerons comme pays invité l’Afrique du Sud et devrions garantir le dépaysement.

Notre volonté commune est de faire du FIG un événement scientifique et populaire. C’est avec de solides atouts que nous continuons l’aventure du FIG, mais il ne faut nous voiler la face devant les difficultés à surmonter. Chacun peut, à sa place, contribuer à ce qu’elles n’obèrent pas le très beau succès qu’est le FIG.

C’est en ce sens qu’à l’avance, je remercie tous ceux qui nous aident dans cette tâche exaltante pour la région et pour la ville de Saint-Dié-des-Vosges

Gilles FUMEY, Président de l’ADFIG

 

02/10/2016

Saint-Dié-des-Vosges : Le Festival international de géographie invite l'Afrique du Sud

L'invité du Festival international de géographie 2017 sera l'Afrique du Sud et le thème : Terre des animaux, terre des hommes.

parc-national-kruger-afrique-sud-L-1.jpeg

30/09/2016

Saint-Dié-des-Vosges : Les chapiteaux du Parc Jean-Mansuy

La 27e édition du FIG s’oriente vers la famille, vers la jeunesse. Des nouveautés ont été concoctées pour séduire petits et grands enfants. Un chapiteau de 400 m2, dédiés à la bande dessinée, sera ouvert sur le Parc Jean-Mansuy durant les trois jours de 9 h à 19 h

Impossible en effet de parler de la Belgique sans évoquer cet univers extraordinaire de la BD que possède ce pays. Des dédicaces d’auteurs et illustrateurs de BD, on cite Simon Bailly, Julia Billet, Christophe Carmona, Beaudoin Deville, Claude Dubois, Jochen Gerner, Benoît Peeters Jean-Claude Servais, Turf, Henry Vincent...et quelques autres pointures, attendront les festivaliers.

BlocTimbresBelgique.jpg

Des dédicaces se feront Elles pourront se faire autour d’une table ronde afin de partager un moment sympa avec les illustrateurs. De leur côté, les bouquinistes étaleront un large choix de BD neuves et de collections. Un espace dédié aux jeunes auteurs-illustrateurs fonctionnera avec la participation de l’école de dessin Esprit HB. Vous vous sentez des talents de dessinateur ? Rejoignez vite le coin détente sur lequel vous pourrez commencer les premières pages de votre BD.

Autre chapiteau celui du FIG Junior où les gamins découvriront les puzzles de Jean, «Les jardins du vent» avec la création de girouettes, éoliennes, cerfs-volants sous la houlette de l’AVSEA et le dispositif Cèdres. Un atelier gourmandise avec (entre autres) confection de gaufres, la conduite de véhicules de modélisme à l’échelle 1/8ème animé par Carazard Modélisme Anould.

Les paris sont ouverts, après les lâchers de ballons samedi et dimanche à 15 h, 16 h et 17 h, lesquels vont parcourir les plus grandes distances ?

Les Petits Débrouillards seront également là avec leurs expériences scientifiques tirées de l’émission «C’est pas sorcier».

Vous ne quitterez pas le FIG sans être passé par le chapiteau du pays invité ouvert de 9 h à 19 h, samedi, dimanche, plus une nocturne le vendredi. Les Offices de Tourisme de Wallonie et d’Arlon, ainsi que le partenaire du FIG, Havas Voyage, tiendront un stand. Salée ou sucrée, dans votre assiette ou dans votre verre, la gastronomie belge possède de quoi régaler les plus fins palais.

Explorez la Belgique, vous n’êtes pas au bout de vos bonnes surprises !

Visuel DR

29/09/2016

Saint-Dié-des-Vosges : rappel, demandez le programme !

FIG programme.jpgDe la même façon, que l’on n’envisage pas de s’installer dans un restaurant sans s’informer du menu, un bon Festival de Géographie se prépare documents à l’appui. C’est pour cette raison que la Ville met en vente le programme officiel, 96 pages sur papier avec une bonne semaine d’avance sur l’événement.

D’un format facile à glisser dans la poche ou le sac à main, ce petit document a été entièrement conçu par le Service Communication de l’Hôtel de Ville et imprimé à 8000 exemplaires en Déodatie. Du 30 septembre au 2 octobre 2016, le Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges accueille la Belgique et développe le thème : « Un monde qui va plus vite ». De façon claire et précise, ce sont près de 500 rendez-vous qui sont proposés aux festivaliers de tous âges.

Histoire de prévenir le gaspillage, le programme est vendu au prix symbolique d’un euro en mairie de Saint-Dié-des-Vosges, à l’Office de Tourisme intercommunal sur le quai du Maréchal-Leclerc. On pourra aussi le trouver dans les cinq boutiques du FIG, à visiter sur la Place du Général-de-Gaulle, sur le Parc Jean-Mansuy, aux Espaces Nicolas-Copernic, François-Mitterrand, Georges-Sadoul et Nicolas-Copernic.

Des ajouts, des modifications de dernière minute peuvent intervenir. Pour vous en informer, consultez les pages FIG du site internet de Saint-Dié-des-Vosges. Et à ce propos, la possibilité vous est offerte de télécharger et d’imprimer gratuitement l’intégralité du programme. Vous pouvez aussi télécharger le programme depuis La Girafe. Organisez-vous, faites vos choix selon vos préférences. Un bon festivalier est un festivalier averti !

http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr/

28/09/2016

Saint Dié des Vosges : prochain Festival de Géographie

FIG-Infos_01.jpg

26/09/2016

Vosges : rappel, bientôt le FIG, prenez le train !

280px-GareSaintDié.jpgDu 29/09 au 02/10 se déroulera à Saint-Dié-des-Vosges le Festival International de Géographie.
Pendant 4 jours : rencontres, spectacles, expositions, débats, jeux, animations autour du thème : " Un monde qui va plus vite ? "
Vous n'avez pas de véhicule, pas envie de franchir un col ou de chercher une place de stationnement, prenez le train !


Au départ des gares d'Arches, Docelles, Lépanges, Bruyères, Laveline, Biffontaine, Corcieux, le train vous conduira, à travers forêts et prairies, jusqu'au centre-ville de Saint-Dié. Et sans vous ruiner !
Un exemple : un aller Bruyères Saint-Dié, 30 minutes

215001305_1.jpg
Tarif : 4,30€ pour un billet acheté en gare
Sa 01/10 Départ 8h30 / 13h05
Retour ( départ de Saint-Dié ) 17h23 / 20h23
http://www.ter.sncf.com/lorraine/depliant/recherche

Prenez le train!

ADELE-S ( Association pour le développement de la ligne Épinal / Saint-Dié )

23/09/2016

Saint-Dié-des-Vosges : Bernard Bruel chante Jacques Brel

961081965.jpg

tintin004.gifSaint-Dié-des-Vosges va vivre au rythme du Festival International de Géographie. Salon du livre, Salon de la gastronomie, Salon de la géomatique, Salon de la B.D, expositions (dont celle sur Tintin), tables rondes, conférences, cinéma, expositions, démonstrations culinaires, rencontres littéraires, spectacles, films,  jeux, concerts… vous attendent.

Demandez le programme en vente 1 € en mairie et sur différents sites du Festival International de Géographie.

BREL incarn+-«.jpg


Parmi les incontournables lorsqu’il est question de la Belgique, Jacques Brel est magistralement interprété par Bernard Bruel le vendredi 30 septembre 2016 à 20 h 30 à l’Espace Georges-Sadoul.
Tout un programme vous attend.

Billetterie gratuite

 

17/07/2016

Saint-Dié-des-Vosges : à propos de l'usine Le Corbusier, la réaction du Maire David Valence

corbusier_1.jpg"Usine Le Corbusier : l'aboutissement d'un long combat"
"Exceptionnel ! C'est le premier mot qui vient à l'esprit quand on évoque le classement par l'UNESCO de l'usine Le Corbusier au patrimoine mondial de l'humanité, parmi 16 autres œuvres dûment sélectionnées de l'architecte franco-suisse.
Nous voyons là aboutir un long combat, dans lequel la ville de Saint-Dié-des-Vosges et son Adjointe à la Culture Claude Kiener ont pris toute leur part. Nous pouvons être fiers du travail accompli depuis deux ans en particulier, qui trouve aujourd'hui une pleine reconnaissance.
Mes sincères remerciements vont à mon ami Marc Petit, maire de Firminy, qui a créé et longtemps présidé l'association des sites Le Corbusier. Il a conduit le lobbying intense qui a permis de convaincre les états de déposer une nouvelle candidature au classement, après l'échec de 2011. Je suis reconnaissant à son successeur Benoit Cornu, élu de Ronchamp, d'avoir inscrit son action depuis 6 mois dans la continuité. Benoit Cornu a, on s'en souvient, été élu président de l'Association lors de l'assemblée générale qui s'était tenue à Saint-Dié-des-Vosges, pour la première fois, le 26 janvier 2016.
Cette reconnaissance de l'Oeuvre de Le Corbusier constitue une fierté pour chacune des villes concernées dans le monde, qui ont souvent entretenu des liens complexes dans le passé avec ce patrimoine contemporain.
A Saint-Dié-des-Vosges, c'est toute l'histoire du textile, de ses industriels originaux et généreux, des terribles lendemains de la Seconde Guerre mondiale et de la Reconstruction qui est symboliquement distinguée, une histoire hors du commun que les Déodatiennes et Déodatiens doivent s'approprier. Les Vosgiens, les Lorrains et les habitants du Grand Est dans leur ensemble peuvent être fiers de voir Saint-Dié-des-Vosges rejoindre la place Stanislas à Nancy ou les cathédrales de Strasbourg et Reims.
Cette distinction éminente sera un puissant outil d'attractivité à l'avenir. Elle nous met face à nos responsabilités pour imaginer de nouveaux lieux ou de nouvelles formes d'interprétation de ce patrimoine mondial : musée(s) bien sûr, mais aussi résidences d'architectes,... C'est un formidable défi que nous avons voulu nous donner à nous-mêmes !"

Saint-Dié-des-Vosges : l'usine Le Corbusier au patrimoine mondial de l'humanité !

La décision de l'UNESCO marquera le coeur de l'été 2016. Le maire de Saint-Dié des Vosges David Valence s'est fait une joie de l'annoncer ce matin sur sa page Facebook.

DSC_0056.JPG

" ÉNORME! La nouvelle vient de tomber : L'UNESCO distingue Saint-Dié-des-Vosges en classant l'usine Le Corbusier au patrimoine mondial de l'humanité. C'est une première absolue dans les Vosges. Saint-Dié-des-Vosges rejoint notamment la place Stanislas à Nancy, les cathédrales de Strasbourg ou de Reims, ... Très fier de voir aboutir ce combat auquel nous avons apporté notre pierre depuis 2 ans et heureux pour notre ville, pour notre histoire. Un merci tout particulier à Claude Kiener pour sa détermination et sa lucidité sur ce dossier"

19/06/2016

Bruyères, Honolulu : visites lointaines

Ce début de mois de juin, Bruyères a reçu d’autres visites que les nuages chargés de pluie. Le vendredi 3, Sylivia et Russel Yamada, venus de l’Oregon, ont été accueillis par Christian Deville pour la visite des sites des batailles d’octobre 1944.

Deux oncles de Russel, Kaz Fuji et Art Iwasaki avaient été blessés à Bruyères, alors qu’un de leurs amis, Max Hosoda, avait perdu la vie le 18 octobre 1944.

2A4547A7822244258616DE4D46050C0E.jpg

                                Russel et Sylivia au mémorial de l’Helledraye

Martial Hilaire, président du Chemin de la Paix et de la Liberté, a remis au couple une médaille à l’intention de Kaz Fuji qui est encore vivant

Samedi 11 juin, l’artiste américain, Glen Moriwaki accompagné de son épouse et de sa fille ont été reçus au grand salon de la Mairie, dont un des murs est orné d’une œuvre monumentale (un assemblage de 16 petits tableaux) offerte par l’artiste à la ville de Bruyères. Le Maire, Yves Bonjean a remis à Glen la médaille de la ville ainsi qu’une image d’Épinal. Quatre autres visiteurs venus de Californie, guidés par Gérôme Villain, participaient à la réception.

Visite du Soleil Levant

Le 14 juin, Martial Hilaire a accueilli deux citoyens japonais qui venaient de Honolulu. David Asanuma et Katsuhiro Takano. Le premier passe le plus clair de son temps à Honolulu, membre du conseil de la société Japon-Amérique d'Hawaii.

EB9F0F1F14A94B22B39D6C6C9E4CFC28.jpg

                                          David et Katsuhiro à l’abri à la mairie

Katsuhiro est conseiller spécial auprès du maire de la ville japonaise de Nagaoka, notamment dans le domaine du tourisme. Il vient souvent aux iles Hawaii.

Les visites du monument US de l’Helledraye, de la Borne 6, et du cours de l’Amitié se sont faites malgré une météo indigne ! Les visiteurs du Soleil Levant ont été intéressés par les vitrines du hall de la Mairie. Le lendemain, après une visite au cimetière du Quéquement, ils ont pris la direction de l’aéroport de Francfort pour le voyage retour à Honolulu.

Texte et photos, remerciements à Claude Freminet

04/12/2015

Bruyères-Honolulu : décès de George T. Sakato, vétéran Américain

C’est à presque 95 ans que George T. Sakato est décédé le mercredi 2 décembre 2015 à Denver, Colorado, États-Unis où il résidait avec sa fille Leslie qui veilla sur lui jusqu'à son dernier souffle.

Ce soldat américain d’origine japonaise était l’un des plus célèbres combattants du fameux 100/442ème régiment de combat composé, pendant la Seconde Guerre mondiale, exclusivement d’Américains d’ascendance japonaise.

Scan10001.JPGCette unité s’illustra avec brio en Italie et dans les Vosges dans le secteur de Bruyères. George Sakato fit connaissance avec la dure réalité de la Guerre à Laval-sur-Vologne le 14 octobre 1944 au début de la Bataille de Bruyères : alors qu’il se reposait avec son ami Yohei Sagami de Seattle. Un obus tomba à proximité des deux hommes et un éclat trancha la jugulaire de Yohei qui se vida de son sang dans les bras de son camarade. Une plaque est aujourd’hui apposée à l’endroit de son décès et un monument en granit récemment commandé par la municipalité de Laval sur Vologne va également bientôt y être érigé en souvenir de ce drame.

Quelques jours plus tard, le 29 octobre 1944, c’est en combattant les forces allemandes en position sur la colline au nom de code « 617 » alias le « Fourchon d’Erival » que George Sakato, après avoir perdu une seconde fois, un camarade dans ses bras, se leva comme fou et chargea vers l’ennemi en réalisant plusieurs actions héroïques qui lui valurent à l’attribution à l’époque d’une « Distinguished Service Cross » que l’on pourrait comparer à notre « Croix de Guerre » française. Cette décision fut logiquement réévaluée en juin 2000 et promue au rang de Médaille d’Honneur qui est la plus haute distinction militaire de l’armée des États-Unis d’Amérique. Quelques jours plus tard, George Sakato sera blessé par un éclat d’obus de mortier et sera hospitalisé pendant huit mois.


Après Barney Hajiro décédé en 2011, Joe Sakato était le dernier survivant des Médaillés d’Honneur du 100/442 promus dans les Vosges. Seul subsiste Charles Coolidge de la 36e Division d’Infanterie américaine du Texas. La mémoire de George Sakato n’est pas oubliée puisqu’en octobre dernier une plaque en son honneur et celle de ses camarades du 2e Bataillon fut apposée au sommet de la « Colline 617 » en collaboration avec la mairie de Bois-de-Champ, l’ONF et le cimetière militaire américain d’Épinal.

Sincères condoléances à ses proches

Remerciements à Hervé Claudon pour cet information, l'article et la photo.

10/10/2015

Bruyères : L’Armée Française sur le Chemin de la Paix et de la Liberté

La semaine dernière, un escadron dénommé 5e EIEC (escadron d’instruction élémentaire de conduite) avait pris ses quartiers au stade municipal pour quatre journées notamment consacré au devoir de mémoire. Les 23 hommes et les 2 femmes , commandés par le Capitaine Jack Fabignon, dépendent de l’école militaire de Bourges , et sont basés à Sissonne, dans l’Aisne. Leur formation consiste en la conduite de tous les véhicules terrestres militaires.

IMG_0367.JPG

 

Mardi, soit le 2ème jour de leur présence au pied de l’Avison, a été consacré au souvenir de la bataille pour la libération de Bruyères. Accueillis  par le Maire Yves Bonjean, par le président de l’association du Chemin de la Paix et de la Liberté Martial Hilaire et quelques membres , les militaires ont  d’abord assisté à la projection  d’un diaporama sur l’histoire du 442ème RCT, la bataille de Bruyères, le sauvetage du bataillon perdu sur les hauteurs de Biffontaine, ainsi que le projet « Camp US », un centre d’interprétation sur ces différentes batailles qui doit voir le jour d’ici à quelques années. Anaïs Cassin, de l’office de tourisme, a apporté des explications sur ce projet qui suscite l’intérêt aux USA et même au Japon !

               IMG_0363.JPG

L’après midi a vu l’escadron parcourir le chemin de la Paix sous la conduite et avec les explications des membres du CPL depuis  le mémorial US et le nœud de l’amitié en forêt de l’Helledraye, jusqu’à la borne 6 et le site du bataillon perdu.

Le lendemain, la visite du mémorial d’Alsace-Lorraine à Schirmeck, puis celle du Struthof étaient au programme.

Jeudi, des exercices d’escalade aux roches de Pointhaie ont précédé le retour à Sissonne.

Il ne serait pas impossible de revoir une partie de l’escadron venir à Bruyères participer au défilé de l’anniversaire de la Libération ce 25 octobre.

Remerciements à Claude Freminet pour cette information agrémentée de photos.

05/10/2015

Saint-Dié-des-Vosges : le prochain pays invité sera...

Pour tout savoir cliquez sur la vidéo ci dessous :

08/08/2015

Saint-Dié-des-Vosges : Faites entrer l'Australie !

affiche_fig_2015.jpg

02/10/2014

Saint-Dié-des-Vosges : Géographie quand tu nous tiens !

Ceux qui s'imaginaient que le changement de municipalité à Saint-Dié-des-Vosges aurait une incidence sur le Festival de Géographie naviguaient aux antipodes d’un territoire sur lequel les hommes savent dépasser leurs propres frontières pour le bien public. Et, tout le bonheur de pérenniser un événement sans lequel l'automne déodatien ne serait plus tout à fait le même.  

P1000113.JPG

La traditionnelle conférence de presse de présentation au Centre National du Livre (l'un des soutiens inconditionnels du FIG depuis moult années) à Paris l'a démontré si besoin en était. La démocratie s’est exprimée, le FIG poursuit sa route à travers le monde avec cette envie jamais démentie d'offrir un écrin à une discipline porteuse d'enseignements et de rêves. Le Président fondateur, Christian Pierret voit là : « Un accord naturel entre deux personnes qui ne portent pas le même engagement politique, mais qui laissent les armes aux vestiaires pour le bien de la Ville et celui de la Géographie ! »

Christian Pierret évoquait également l'avenir en annonçant une déclaration de sa part lors de la clôture du Festival. « Ce 25e anniversaire sera l’occasion d’un retour sur moi même. » Et d'ajouter à ce propos quelque peu sibyllin « ... de montrer que les choses peuvent évoluer dans la vie... »

Le maire, David Valence évoquait une motivation forte quant à l'organisation de cette manifestation d'envergure internationale. « Une unité de désir » dira le premier magistrat en comparant le FIG déodatien à « Une grande université populaire capable de permettre aux curieux de s'ouvrir au monde. » Et d'assurer : « Ce sera un très beau Festival, je n'en doute pas ! La géographie mène à tout, un Festival ce n'est pas un congrès, pas un colloque, mais un moment riche en pédagogie sous diverses formes... Bravo tout d'abord aux géographes ! Nous sommes décidés à ce que la Géographie trouve encore pendant de longues années un cadre rien que pour elle à Saint-Dié »

De son côté, Louis Marrou, président de l'ADFIG parlait du « miracle FIG » et de la capacité de chacun de se mettre à la portée de tout le monde.  

Iles Britaniques, invité d'honneur , le thème choisi « Habiter la Terre » sera porteur de nombreux points de réflexion.

Président du 25e FIG : Philippe Descola, anthropologue.

Grand Témoin : Dominique Schnapper, sociologue et politologue. Elle est la fille de Raymond Aron.

Invité d’honneur du Président fondateur : Raphaël Enthoven, philosophe.

Président du Salon du livre : Alex Taylor, journaliste.

 

P1000140.JPGDirecteurs du programme scientifique : Béatrice Collignon et Philippe Pelletier

P1000147.JPG Libraire et coordinateur du Salon du  livre : Olivier Huguenot  

 

11/10/2013

Bruyères : La Chine au lycée Jean Lurçat

 

 

C’est devenu une tradition bien établie que, chaque année, dans le cadre de l’opération Ecole du Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges, un universitaire participant à ce festival vienne faire un exposé à une classe du lycée Jean Lurçat.

 

Cette année, c’est François Pavé, docteur en histoire contemporaine, spécialiste de la Chine, qui est intervenu vendredi dernier, de 9 à 11 heures, devant les élèves de la Terminale ES 1 de Gilles Grivel. Il s’est intéressé à ce grand pays d’Asie pour des raisons familiales. Il a d’abord étudié le journal qu’avait tenu son arrière-grand-père lorsqu’il s’était trouvé dans ce pays. Il était, en effet, un des soldats envoyés en 1900 à Pékin pour réprimer le soulèvement des Boxers, qui menaçait les Européens résidant dans cette ville.

IMGP2224.JPG


 

Après cette première étude, François Pavé a réalisé une thèse de doctorat sur le péril jaune à la fin du 19e siècle publiée aux éditions de l’Harmattan, dont il a fait un résumé aux élèves. L’idée de péril jaune est apparue en Europe et en Amérique du Nord à partir de 1895. Certaines personnes dans ces deux continents se mettent à craindre la puissance militaire, démographique et économique de la Chine et du Japon. Ce péril relevait du fantasme. La Chine était alors dominée par les Occidentaux, mais le fait que ces derniers ne pouvaient pas à cause de sa taille contrôler totalement le pays, le coloniser, comme ils colonisaient le reste du monde, les exaspérait. Un autre motif d’irritation pour les Occidentaux était la rapide modernisation du Japon capable en 1905 de vaincre militairement la Russie. C’était la première victoire des Asiatiques sur les Européens. L’idée de péril jaune a disparu avec la montée des tensions qui menèrent à la Première Guerre mondiale. Les Européens n’ont pas été attaqués par les « Jaunes » mais se sont entretués.

 

Après avoir évoqué le passé, François Pavé a évoqué la Chine actuelle, où il a vécu deux ans. Il a, en effet, été enseignant à l’école française de Shanghai. Il a évoqué les points forts de « l’Empire du milieu » : sa croissance rapide, qui a fait de ce pays la deuxième puissance économique mondiale, après les Etats-Unis, et a permis l’apparition d’une classe moyenne importante. Il a évoqué aussi des faiblesses qu'il relève comme : " un régime autoritaire, une corruption importante, une forte dépendance envers les importations américaines, un vieillissement rapide de sa population et de graves problèmes de pollution".

 

L’exposé de M. Pavé a beaucoup intéressé les élèves qui ont conscience que la Chine devient l'une des grandes puissances du XXI siècle.

 

03/10/2013

Saint-Dié-des-Vosges : La Chine, un éventail sans pareil.

« Saint-Dié a fait éclater les frontières ! » aestimé le président du Centre National du Livre Xavier lors de la conférence de presse à Paris destinée à la mise en orbite du Festival de Géographie. Xavier Bredin saisissait également l'occasion de réaffirmer tout l'attachement du CNL à son partenariat avec le Fig depuis 1996. Un événement dont on entre dans la 24e édition.

 

DSC_0033.JPG

 

Le pays invité d'honneur étant en luimême « Le » sujet, le président fondateur, Christian Pierret y allait de sa connaissance de cet immense territoire, mais aussi d'un vrai coup de cœur en mettant l'accent sur « l'importance que représente pour nous la Chine. »  Pas question de se cacher derrière des paravents de non-dits. On l'a constaté lors de précédents festivals, notamment avec la venue de la Russie du Rwanda, de la Turquie... on peut compter sur les organisateurs pour aborder tous les aspects de l'hôte à l'affiche du FIG 2013. La Chine n'est pas le pays des Bisousnours, tant s'en faut, mais, Christian Pierret l'assure toutes les questions seront soulevées « avec franchise et loyauté dans toute la courtoisie des relations internationales.»

 Sachant que la Chine réalise actuellement environ 70 % des jouets de la planète, 60 % des vêtements... qu'elle dépose plus de 20 000 brevets par an, ses 7 250 000 créations d'emplois pour le premier semestre de cette année donnent le tournis. Comme dit le maire de Saint-Dié-des-Vosges, « Il y a de quoi rêver ! » Et de donner son sentiment : « Ce que je vois en la Chine, ce n'est pas une menace économique, industrielle ou militaire, mais un partenaire à mieux connaître, à mieux fréquenter et à considérer comme le partenaire privilégié Christian Pierret ne voudrait surtout pas rater l'arrivée de la Chine dans le monde.« La France n'est actuellement que le 16e partenaire économique de la Chine, alors que les Italiens sont déjà à la 6e place... »

 

DSC_0037.JPG

Des journalistes chinois étaient présents

 

Saint-Dié-des-Vosges n'a pas attendu. La Ville a déjà posé ses jalons du côté de l'Empire du Milieu en tissant des liens d'amitié dans un jumelage avec Changzhi, une ville moyenne de Chine, de plus de... deux millions d'habitants. Par ailleurs, conformément aux projets municipaux, une école Confucius devrait bientôt ouvrir ses portes à Saint-Dié-des-Vosges et accueillir des étudiants de haut niveau. Christian Pierret évoquait également, mais sans autres précisions pour le moment, l'arrivée possible en Déodatie d'investisseurs chinois en capacité de créer de l'emploi.

À la barre de l'association pour le développement du Fig, Louis Marrou parle de « l'esprit Fig » et « d'aller à la rencontre de l'autre ». De son côté, le directeur scientifique, Louis Lemartinel affirme que « Les Chinois sont finalement bien moins compliqués qu'ils ne paraissent !...Il y a mille façons d'être Chinois!...»

Dans l'assemblée très à l'écoute, Éric Meyer tout juste débarqué de Pékin juge la situation actuelle. « Nous sommes au bord d'un basculement de toute la Chine, le débat est vif entre réformateurs et conservateurs... » La session plénière du Parti devrait définir le parcours de ce pays dont la population représentera plus d'un quart de celle de la planète. Respect forcement, mais aussi bien des questionnements.

Le Festival de géographie s'appliquera non pas à lorgner par dessus la grande muraille, mais à en franchir les images toutes faites et autres préjugés pour regarder en face, sans angélisme, mais avec clairvoyance, les réalités d'une superbe civilisation.

Des conférences, des tables rondes, des expositions, des spectacles inédits dans les Vosges, un salon du livre, un salon de la géomatique, des animations... le Fig attend également des invités de marque.

Un Festival exceptionnel, pour un pays exceptionnel en tous les cas une fête de la géographie à l'intérieur de laquelle chacun doit trouver son compte d'enseignements, d'étonnements, de joies et de belles rencontres.

 

02/10/2013

Saint-Dié-des-Vosges : L'euro symbolique pour le programme du FIG

FIG.jpeg« Quoi ? Il faut maintenant payer le programme du Festival de géographie de Saint-Dié-des-Vosges ??? Même pour les Déodatiens ? » râlent déjà certains festivaliers habitués à trouver le précieux document jusqu'ici gratos.

Eh bien oui, et la mairie de Saint-Dié-des-Vosges ainsi que l'ensemble des organisateurs du Fig assument parfaitement ce changement qui s'est imposé de lui-même et qui n'a rien de choquant. De France et de Navarre quasiment tous les Festivals et manifestations d'envergure vendent leurs programmes.

  
« Comment cela ? » S'étonneront encore les ronchons. C'est très simple.
Les recettes de cette vente sont destinées à soutenir le développement le Fig qui du fait de la crise économique reçoit beaucoup moins de soutiens financiers qu'en des temps meilleurs. L'euro symbolique demandé sera aussi un acte de civisme pour la protection de la planète. Chaque année, il était constaté que du fait de la gratuité, des centaines de programmes étaient gâchés, abandonnés un peu partout et utilisés en doublon, en triples exemplaires, voire plus. Une solution a donc été recherchée pour faire cesser ce gaspillage monstre.


À l'accueil de l'Hôtel de Ville, à l'Office de tourisme, à la Nef, à l'espace François Mitterrand, à Sadoul, au Musée Pierre Nöël... jusqu'au 6 octobre plusieurs points de vente du petit livret de 86 pages produit par l'Imprimerie de l'Ormont sont répartis sur la ville. 
Le programme est téléchargeable gratuitement sur les sites Internet du FIG, du Tourisme, de la Ville et même depuis le blog (colonne de gauche) de La Girafe. Alors, elle n'est pas la vie ?

01/10/2013

Saint-Dié-des-Vosges : La Chine, une puissance mondiale

1 FIG.jpg

Cliquez sur l'image

30/09/2013

Saint-Dié-des-Vosges : prochain festival de géographie

A2.gifLes prochaines dates du Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges ont été fixées par les organisateurs du FIG au premier week-end d'octobre. Le 24e Festival International de Géographie se déroulera donc du 3 au 6 octobre 2013 à Saint-Dié-des-VosgesLe FIG aura pour thème et pays invité d’honneur : La Chine.

Toutes les informations sont consultables sur http://www.fig.saint-die-des-vosges.fr

28/09/2013

Senones : café géo, les entreprises chinoises à la conquête du monde

 Bar le Voltaire, vendredi 04 octobre 20 h 30. 

La Chine est devenue riche en 60 ans. Maintenant elle utilise sa richesse pour conquérir le monde. En Afrique, rares sont les pays où la Chine n´a pas investi des sommes énormes. Résultat : les gouvernements locaux garantissent aux entreprises chinoises des contrats de livraison de matières premières.

En fait ; il n´y a pratiquement pas de pays qui ne soit en train de passer sous influence chinoise... Qui arrivera à arrêter la conquête chinoise ? Personne, à moins d´en revenir au protectionnisme ce qui occasionnerait une inflation.

Galanz, TCL, Lenovo, SAIC, Hisense… Connaissez-vous ces entreprises ? Elles sont chinoises. Elles ont déjà commencé à (tenter de) conquérir le monde, comme un certain nombre de leurs collègues. À la mesure de l'incroyable développement de la Chine, de nouvelles « multinationales émergentes », championnes sur le marché chinois, commencent à s'intéresser au monde avec une fraîcheur insoupçonnée. Certaines ont déjà mis la main sur des fleurons occidentaux, tels les PC d'IBM, les téléviseurs de Thomson ou Rover.

D'autres, tels Huawei ou ZTE, ont rejoint récemment le club mondial des grands des télécommunications. D'autres encore dessinent une nouvelle géopolitique des matières premières et de l'énergie, en Afrique, en Asie Centrale, en Amérique latine. Des géants financiers majeurs sont apparus sans prévenir, hors de la République Populaire, telles les quatre grandes banques ou la gigantesque société d'État dotée de fonds impressionnants prélevés dans les réserves de change. Pour nous, ces entreprises venues du froid sont-elles des concurrentes, des sauveurs, des partenaires ou tout cela à la fois ? Quelles stratégies mènent-elles, avec quelles intentions et quels ressorts ?

L'intervenant : François Bost, né le 21 juillet 1963 à Melun (77), marié, trois enfants.

-Agrégé de géographie (1989)

-Docteur en géographie : thèse soutenue le 1er décembre 1995 à l'Université de Paris-X-Nanterre.

-Maître de Conférences à Paris-Ouest-Nanterre (1996-2013)
-Habilitation à diriger des recherches (HDR) soutenue avec succès le 12 / 12 / 12 (sous la direction de Jean-Luc Piermay, Professeur à l'Université de Strasbourg).
-Élu Professeur à l'Université de Reims en juin 2013

Chevalier dans l'ordre des Palmes académiques (décret du 8 février 2012. Participe très régulièrement en tant qu’intervenant au FIG.

27/02/2013

Saint-Dié-des-Vosges : Louis Marrou élu Président de l’Association pour le Développement du FIG

Communiqué

« Louis Marrou élu Président de l’Association pour le Développement du Festival International de Géographie de Sain-Dié-des-Vosges

À l’occasion de l’assemblée générale de l’Association pour le Développement du Festival International de Géographie tenue le 25 février 2013, Louis Marrou a été élu Président de l’ADFIG succédant ainsi à Jean-Robert Pitte, titulaire de ce poste depuis 2008. Christian Pierret a salué, à l'issue de cette AG, l'excellent travail mené par Jean-Robert Pitte pour le développement du Festival.

Louis Marrou est Professeur de géographie humaine à l'Université de La Rochelle, mais également Vice-président du Conseil National des Universités et fut co-directeur scientifique du FIG de 2010 à 2012. Excellent connaisseur de la manifestation, il mettra au service de l’ADFIG sa grande connaissance de l’événement et de ses enjeux pour la promotion de la Géographie en lien avec la Ville de Saint-Dié-des-Vosges, co-organisatrice de l’événement. »

12/10/2012

Saint-Dié-des-Vosges : une fonction, une couleur !

Facile à reconnaitre sur le Festival de Géographie, les agents qui porteront un tee Shirt "Le FIG c'est du propre !" sont les agents d'entretien. Les agents qui sont habillés d'un polo rose et muni d'un badge seront les chauffeurs. Enfin, les « hôtesses » porteront, elles, un « chèche », une écharpe rouge aux couleurs de la Turquie. Tous sont dévoués au service des « figueurs ». Soyez sympas aussi avec eux ! 

 

!cid_D2F770BE-FE96-41DD-BC53-C87F45BE2F67@sddv.jpg

Des agents souriants et dévoués

 

00:05 Publié dans Juste un peu d'histoire-géo |  Facebook | |  Imprimer | |

09/10/2012

Saint-Dié-des-Vosges : Plus de 400 bénévoles sur le pont !

A2.gifParmi les facettes les moins exposées à la lumière, tout au long de l'année, cinq salariés se retroussent les manches pour concocter les moindres détails du FIG. Dans les starting-blocks, plus de 400 bénévoles attendent le coup d'envoi.

Cette année, on reconnaitra les 200 hommes et femmes attachés aux services par leurs écharpes rouges.

 

 

La cinquantaine de gens de la brigade de nettoiement arborera des maillots fuchsia sur lesquels on pourra lire «Le FIG c'est du propre».

Quarante chauffeurs conduiront les invités et autres personnalités vers les lieux d'animations.

D'autres prendront leur poste au comptoir de trois boutiques ouvertes pour la circonstance. Nul doute que les chalands afflueront vers le souk « Bazard Sublime » d'un Espace Sadoul, tout beau tout neuf. La tentation risque exacerbée du côté des délices d'une épicerie turque sise à l'Espace Mitterrand. Douceurs et surprises sont promises aux « Turbulences du Bosphore » de la Maison du XXI siècle.

La culture enrichit l'esprit, mais les estomacs réclament leur compte. Cette fois, les repas ne seront plus servis à la salle Carbonnar ( réservée à des conférences), mais à la salle polyvalente de Mozaïque où le cuisinier mitonnera environ 240 repas quotidiens.

Que l'on se rassure, pour traverser la ville des navettes seront affrétées. Sûr qu'il va falloir gérer l'imprévu. Le pain sur la planche ne fera pas défaut, mais la bonne humeur reste de rigueur. Alors, profiter du FIG c'est génial, avoir une petite pensée du respect pour ceux qui vont bosser jusqu'au dernier coup feu c'est encore mieux !

07/10/2012

Saint-Dié-des-Vosges : soyez accros de géographie !

Il en a coulé de l'eau sous les ponts de la Meurthe depuis l'idée de Christian Pierret de lancer un Festival de Géographie accessible et populaire à Saint-Dié-des-Vosges. Devenu international, le FIG attire toujours plus !Affiche Fig.jpg

Le temps passe et voici que la 23e édition (ben oui, déjà !) du FIG se déroulera du 11 au 14 octobre 2012 avec la Turquie pour invité d'honneur. En collant à l'orientation des décisions européennes et à une conjoncture diplomatique particulièrement épineuse, le choix du pays peut faire lever le sourcil. La mise officielle en orbite réalisée lors de la conférence de presse donnée au Centre National du livre à Paris n'a pas échappé au flux des questions des journalistes français et étrangers présents. 

Recevoir la Turquie au FIG, pourquoi pas, mais est-ce que le génocide en Arménie sera évoqué ? Parlera-t-on des Kurdes ? « Oui, mais avec le tact nécessaire, et la distance qui s'impose ! » assure Christian Pierret. 

                         20092012066.jpg

De gauche à droite (sur la photo bien sûr), assis devant une table, Jean-Robert Pitte, Jean-François Colosimo, Christian Pierret. Debout près de la fenêtre, Louis Marrou.

Les organisateurs, dont Jean-Robert Pitte, Président de l'association de développement du FIG, promettent de ne rien laisser pour compte. « L'esprit du festival est que la géographie sert d'abord à faire la paix. L'ignorance géographique est une arme de destruction massive!... Mieux on connait l'autre et l'ailleurs, mieux l'on peut s'entendre... On a cette année un thème magnifique qui est le paysage... et l'on a choisi un pays invité à risques, si je puis puis dire, car il y a beaucoup jugements et de préjugés sur ce pays qui est la Turquie... On espère apaiser les choses en éclairant... Il n'y a aucun tabou, on abordera tous les sujets... On essayera de donner à comprendre ce pays qui est à nos portes. » Lance Jean-Robert Pitte.

Saint-Dié-des-Vosges n'a pas joué la carte de la facilité, mais pour Jean-François Colosimo, il faut en tirer profit. « Les sujets qui fâchent sont aussi des sujets. Est-ce que l'on peut arriver à ne pas se fâcher sur les sujets qui fâchent et les dépasser ?... C'est l'ambition de ce genre de rencontres. » Le président du Centre national du Livre (CNL) voit surtout là une opportunité d'offrir des clefs à un public qui n'est pas spécialiste. « La géographie est une discipline majeure... elle répond à des questions éminemment citoyennes. Elle enrichit cette conscience citoyenne... »  

A1.jpg

Géographe et Professeur des Universités, Louis Marrou, enseignant en géographie humaine et culturelle à l'Université de La Rochelle évoque différents angles des paysages. Des aspects notamment économiques, mais aussi des réalités virtuelles. L'éminent professeur espère intéresser un nouveau public. Professeur agrégé de Géographie à l'Université de Perpignan Via Domitia et Docteur d'État, Bertrand Lemartinel met l'accent sur demain « Les paysages c'est notre avenir, notre futur... »

Grand Témoin du FIG, l'écrivain, Régine Deforge se plait dans le paysage, son inspiration s'en nourrit, son esprit s'y enrichit de connaissances approfondies.

A2.gifChristian Pierret invite à goûter à la géographie. « Un festival qui se déroule sur 20 points différents de la ville... Des sujets abordés qui sont les paysages, leurs diversités, la transformation par l'homme, la modification, parfois l'altération des paysages et en même temps des sujets très contemporains à travers ces thèmes-là ou à travers le pays invité d'honneur qui est la Turquie. Turquie et Europe, Turquie et Iran, Turquie et Syrie, Turquie et économie, industrie, localisations, délocalisations... tous ces sujets sont abordés par le géographe avec l'objectivité et le recul nécessaire, mais avec la qualité scientifique qui est indispensable à un festival de qualité qui a pour principale caractéristique d'être populaire et d'être ouvert à tous, géographe ou non, cultivés ou non, de toute façon on fait son miel au festival de géographie de Saint-Dié-des-Vosges ! » 

Des conférences, des expositions, des films, des animations avec le groupe « Turquoise » et dix musiciens dirigés par Mahmet Kaba, pour un voyage musical à travers les chants populaires et classiques turcs ; des danses traditionnelles turques, par l’Association Franco-Turque de Saint-
Dié-des-Vosges ; un concert en plein air de « Haïdouti Orkestar », fanfare tzigano-turque qui
présente un joyeux melting-pot qui traverse les frontières et nous livre un véritable message d’amitié et de partage entre les peuples, des ateliers, des boutiques, un salon de la gastronomie, un salon du livre, des nouveautés, des surprises... le Festival de Géographie 2012 présidé par Mireille Delmas-Marty avec pour Grand Témoin, Régine Deforges et pour Président du Salon du livre, Jean-Pierre Rioux s'affiche plein de promesses !

A 3.jpgPlus de 50 000 festivaliers sont attendus, en attendant, Freddy Clairembault, directeur du FIG et salarié par l'association qui gère l'ensemble du Festival de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges, tient les rênes d'une organisation titanesque. Un travail de Romain soulagé par un bataillon de bénévoles. Des petites mains qui... « Bosphore » !   

Pour télécharger le programme complet du FIG cliquez sur le lien :

PROGRAMME FIG Festival International Géographie 23ème édition.pdf