Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2017

Deyvillers : déploiement de gendarmerie

870x489_870x489_gendarmerie-voiture-ressource-ppale-maxppp.jpg Aux alentours de 9 h, un important déploiement de gendarmerie était en cours ce lundi matin au centre du village. A priori, il ne s'agit ni d'un accident de la circulation ni d'un contrôle routier. Fait divers ?

25/01/2017

Vosges : Marche sur les lacs gelés : Attention danger

9fdd47a657270374a9ddedf6210199e0_clipart-interdiction-interdit-clipart-attention-danger_416-371.gifM. Jean-Pierre CAZENAVE-LACROUTS, Préfet des Vosges rappelle qu’il est formellement proscrit de marcher ou de pratiquer toutes activités de glisse sur les glaces des lacs, rivières et canaux.

En effet, l’épaisseur inégale des glaces, la dangerosité que représente le gel partiel des cours d’eau et les mouvements d’eau importants générés par les manœuvres des ouvrages rendent la rupture de la glace susceptible de se produire à tout moment.

En cas de chute dans l'eau, même à faible profondeur, le froid peut avoir de très graves conséquences sur la santé : hypothermie , arrêt cardiaque, noyade...

 Il est donc recommandé d’observer la plus grande vigilance aux abords des cours d’eau et de veiller particulièrement à ce que toutes personnes y compris les enfants ne s’aventurent pas sur une pellicule d’eau solidifiée par le gel qui risque de se briser, à chaque instant, sous le poids des imprudents.

18/12/2016

Bruyères : sainte Barbe fière de ses soldats

 

La cérémonie de sainte Barbe s'est déroulée devant caserne des pompiers de Cheniménil-Docelles sous le commandement du Lieutenant-colonel Laurent Petitcolin, commandant en second le corps départemental

le Lieutenant Yvan Ertzbischoff, chef de centre du CIS : Centre d’Incendie et Secours de Bruyères a accueilli les autorités. Après la levée des couleurs, le Lt-Colonel Petitcolin a passé les troupes en revue, accompagné par Christian Bahoff maire de Cheniménil et par Christian Tarantola conseiller départemental et maire de Docelles.

Etaient présents à la prise d’armes quelque 70 pompiers des centres de : Bruyères, Cheniménil-Docelles, Fremifontaine, Gugnecourt, Lépanges sur Vologne, Les Poulières Biffontaine, Tendon et les maires des communes. Ainsi que les familles et amis des pompiers.

Après la Marseillaise, le lieutenant Ertzbischoff a cité les noms des SP Vosgiens morts en service commandé, de la Seconde Guerre mondiale à nos jours, auxquels ont été associés les camarades sapeurs-pompiers de France, décédés en service cette année, ainsi que les anciens SP vosgiens décédés en 2016.

Remises de décorations

L’adjudant-chef Jérôme Villaume du CIS de Lépanges est décoré de la médaille d’honneur des SP échelon vermeil. Le sergent Alain Pontécaille du CIS Bruyères est décoré de la médaille d’honneur des SP échelon vermeil. Le sergent Gérard Clément du CIS Tendon est décoré de la médaille d’honneur des SP échelon argent. Le caporal-chef Pascal Robert du CIS Tendon est décoré de la médaille d’honneur des SP échelon argent.

Remises de fourragères

La fourragère tricolore est une décoration portée par les SP du Corps Départemental depuis que celui-ci a été décoré collectivement de la médaille d’argent de 1ère classe pour acte de courage et dévouement, suite à son action lors de la tempête de 1999. Elle est remise aux SP qui ont obtenu le premier module de leur formation initiale.

Les sapeurs 2ème classe Frédérick Claudel du CIS Fremifontaine ; Charles Ficquemont du CIS Fremifontaine ; Marie Léonard du CIS Cheniménil-Docelles ; Favien Salvestroni du CIS Bruyères.

Prise d'armes 2.JPG

Remises de galons

Le sergent-chef Geoffroy Ruzzier du CIS Bruyères est promu au grade d’Adjudant. Le Sergent Lionel Villaume du CIS Tendon est promu sergent-chef. Le sergent Rémi Bégel du CIS Cheniménil-Docelles est promu sergent-chef. Le caporal Caroline Bosio du CIS Cheniménil-Docelles est promu sergent. Le caporal-chef Gérard Clément du CIS Tendon est promu sergent. Le caporal-chef Pascal Jacquot du CIS Lépanges est promu sergent honoraire. Le caporal Jérémie Koffolt du CIS Gugnécourt est promu sergent. Le caporal-chef Daniel Schall du CIS Bruyères est promu sergent. Le Caporal Anaïs Andres du CIS Bruyères est promu à la distinction de caporal-chef. Le caporal Benoit Aubert du CIS Tendon est promu caporal-chef. Le caporal Fabien Demange du CIS Les Poulières-Biffontaine est promu caporal-chef. Le caporal Pascal Robert du CIS Tendon est promu caporal-chef. Le caporal Jérôme Samper du CIS Cheniménil-Docelles est promu caporal-chef. Le sapeur 1ère Classe Maïck Fluck du CIS Bruyères est promu caporal. Le Sapeur 1ère Classe Damien Rolin du CIS Bruyères est promu caporal. Le sapeur de 2ème Classe Cassandre Aubert du CIS Tendon est promu à la distinction de Sapeur 1ère Classe. Le sapeur de 2ème Classe Lucien Babel du CIS Tendon est promu 1ère Classe. Le sapeur de 2ème Classe Gilles Demangeon du CIS Tendon est promu Sapeur 1ère Classe. Le sapeur de 2ème Classe Loriane Didier du CIS Bruyères est promu Sapeur 1ère Classe.

les 4 médaillés.JPG

Allocutions

Le Sergent-chef François Bosio chef du CIS Cheniménil-Docelles a fait le bilan des activités de la caserne. Le Lt-colonel Laurent Petitcolin a indiqué qu’il y avait eu 26500 interventions dans les Vosges et il a informé l’assistance qu’une plateforme commune 15 – 18 – 112 « blancs – rouges » allait être mise en place au niveau départemental. Le maire de Cheniménil Christian Bahoff a rappelé la gratitude et la reconnaissance de la population pour les pompiers. « Vous contribuez à l’honneur de notre beau pays qu’est la France et vous pouvez légitimement en être très fiers. » Le conseiller départemental maire de Docelles Christian Tarantola a déclaré son attachement à tous les pompiers du département et il a salué leur travail. Tous les intervenants ont félicité les SP et « Par Sainte Barbe, vive les Pompiers ! » Le verre de l’amitié a clôturé la cérémonie.

J.L.G.

 

 

27/10/2016

Bruyères : un retraité de 88 ans égaré en forêt retrouvé sain et sauf.

article_gendarme-3-616x360.jpgMercredi soir 19 h, rue de Buémont, un vieux monsieur de 88 ans est porté disparu. Le retraité est sorti en milieu d'après-midi assez légèrement vêtu et il n'est pas rentré. Son épouse également octogénaire s'inquiète. La nuit est tombée, il commence à faire froid. Les gendarmes de la brigade bruyèroise sont sur place. Les militaires se montrent rassurants, mais les recherches ne mènent à rien. Un voisin patrouille le secteur. Un jeune homme serviable grimpe même sur le massif. Rien. Il est fait appel aux chiens, mais les recherches sont vaines.

Le ciel est étoilé, il ne fait pas chaud comme on dit ici. Où peut donc bien être passé le retraité qui se déplace difficilement ? 1 h 30 du matin, les gendarmes sont toujours là. Des collègues de l'extérieur sont arrivés en renfort. Malgré tous les efforts, aucun résultat. Les piles électriques s'éteignent. Les recherches reprendront au lever du jour, guère avant 8 h.

Les opérations de secours reprennent, l'homme est finalement découvert sur un chemin, rentrant à petits pas. Ses vêtements sont salis de terre et mouillés par la fraicheur de la nuit.

Malgré une nuit sans sommeil durant laquelle il explique, avoir marché dans la forêt après s'être égaré , il va plutôt bien. Mais il s'inquiète un peu : " ma femme va m'engue...r !" Ben oui, elle a eu peur pour lui ! Et dans le quartier, beaucoup de gens aussi ! Tout fini bien. C'est dans ces cas là que l'on est content de trouver les gendarmes. C'est bien d'y penser et de remercier ces femmes et ces hommes dévoués. Leurs sourires à 9 h du matin méritent bien un coup de chapeau.

14/10/2016

Bruyères : remise de commandement à la Brigade de Gendarmerie

!cid_1513D0DA-69DA-4906-9304-F3EB1DD3A99C@lan.png

Pour voir la vidéo cliquez sur la photo

03/10/2016

Bruyères : démarchage illégal

Attention2.gifDes individus se faisant passer pour des employés communaux proposent à la vente des calendriers sur le territoire de la commune.
La Mairie de Bruyères signale qu'elle est étrangère à ce démarchage et recommande la plus grande vigilance. Et remercie les personnes concernées de l'en avertir.

08/08/2016

Bruyères : l'adjudant-chef Trur nouveau commandant de brigade

La période estivale coïncide souvent avec des modifications parmi les effectifs des institutions. Les habitants du secteur ont peut-être déjà fait la connaissance de l'adjudant-chef Trur nouveau commandant de brigade autonome de Bruyères. En fonction depuis la mi-juillet, Michel Trur a immédiatement pris la mesure de l'importance sa mission. Il s'agit pour le nouveau commandant de gérer un effectif total de 18 militaires afin d'assurer la sécurité de 41 communes.

L'adjudant-chef Trur entend développer des actions d'information, notamment auprès des plus fragiles comme les jeunes et les personnes âgées. Autrement dit de prévenir plutôt que guérir. Pour cela, le militaire explique qu'il s'appliquera à conserver un contact étroit avec les élus, mais aussi avec l'ensemble des autorités et des forces vives du canton, sans oublier les gendarmes retraités, et le cas échéant les veuves de gendarmes.

                         P1020315.JPG

Originaire de Moselle, marié et père de deux enfants de 24 et 22 ans, Michel Trur est âgé de 51 ans. Son parcours démontre si besoin en était un homme pugnace doté une volonté d'aller de l'avant. Sorti à l'École de Gendarmerie de Châtelleraud qu'il avait intégrée en  1987, il rejoindra l'escadron mobile de Grenoble où il restera 4 ans, puis, et pour une même durée la brigade de Parthenay. Ce sera ensuite Monthureux sur Saône pendant 5 ans. Son avancement au grade de chef le conduit à Remiremont où il atteint l'échelon d'adjudant. Après 13 ans passés dans la cité des Chanoinesses, Michel Trur part pour Fraize où il exerce comme adjudant. Trois ans plus tard, il arrive donc au pied de l'Avison où son grade de major lui sera décerné en octobre.

Le nouveau commandant met l'accent sur le bien-fondé d'un rapport de confiance avec la population et assure chacun d'une écoute bienveillante. Et de rappeler aussi qu'une surveillance des domiciles peut être réalisée par les gendarmes pendant les départs en vacances ou d'autres absences.

Nul doute que Michel Trur trouvera ici de quoi satisfaire sa passion pour la généalogie, l'histoire en général, celle du canton et de la ville Bruyères en particulier. Sa prise de poste correspondant totalement à ses souhaits, les massifs forestiers lui offriront sans aucun doute un cadre idéal pour s'adonner à son plaisir de pratiquer la marche, la course à pied ou encore le VTT.

Bon vent et bienvenue à Michel Trur et à sa famille.   

 

02/08/2016

Bruyères : rappel, recrute Jeunes Sapeur-Pompiers (JSP)

L’Association des Jeunes Sapeur-Pompiers (JSP) de Bruyères recrute pour la rentrée de septembre 2016 des jeunes de 13 -14 ans.

Pourquoi devenir JSP ?

  • Envie de faire du sport
  • Envie de travailler en équipe
  • Envie d’aider l’autre
  • Envie de vivre les valeurs des sapeurs-pompiers :
  • courage, dévouement, fraternité, devoir, respect, honneur.

            Pompiers 2.jpg

La formation

Elle se déroule sur 3 ans et vous apprendrez toutes les techniques et gestes pour devenir un sapeur-pompier volontaire opérationnel.

pompiers 1.jpg

Les conditions pour devenir JSP

Etre motivé et en bonne condition physique

Etre apte médicalement

Accepter le règlement et l’éthique des Sapeurs-Pompiers

Avoir un autorisation parentale

Habiter sur le secteur Bruyères-Cheniménil

Etre né(e) en 2002 ou 2003

Si vous êtes intéressés vous pouvez contacter : 

Sergent-Chef Damien JACOB (Responsable des JSP) au 06-09-95-08-46

ou

Lieutenant Yvan ERTZBISCHOFF Chef de Centre de Bruyères au 06-76-22-30-05

 

20/07/2016

Bruyères : les cérémonies du 14 Juillet

582418425_295x166.jpg

Pour voir la vidéo, cliquez sur la photo

14/07/2016

Vosges : Domptail reconquis !

Vous l'ignorez peut-être, l'an dernier les Alsaciens ont annexé Domptail. Cette situation ne pouvait durer. Aussi, à l'appel de Roland Hartz, un habitant du village passionné d'histoire, les troupes lorraines bien décidées à en découdre ont levé les étendards. Et durant toute une journée, les armées ont engagé des combats sans merci.

Que l'on se rassure totalement, tout ceci n'a donné lieu à aucune violence. A la suite du premier challenge, également organisé par M. Hartz, il s'agissait là d'un bien sympathique tournoi de figurines miniatures en 15 mm ( hors socle). Des armées de plomb qui pour être de tailles réduites n'en sont pas moins très précises tant dans leurs configurations que dans le détail de leurs présentations. Plusieurs dés sont utilisés pour définir certains points des parties, et tout est minutieusement régi par des règles consignées dans un livret définissant l'Art de la guerre. Durant les joutes, un arbitre veille au grain.

A l'issue des combats développés en période féodale à la salle des fêtes communale, le territoire de Domptail a été reconquis par la furia lorraine composée entre autres participants de membres du club nancéien Les Loups du Téméraire. Les guerriers alsaciens du Club de l'Amitié de Lingolsheim ont rendu les armes. Et, foi de Lorrains, le ruisseau d'Embleuvette peut couler tranquille !

Les résultats en individuel sont les  suivants et ont pour valeur : (V=victoire=3pts, NA=nul avec avantage=1pt, N=0pt,  D=défaite=-1pt) :

 1/  Daniel BALZINGER = 4V = 12pts ;  2/ Yvan GERUN = 3V + 1N = 9 pts ;  3/ Jean Michel LESTAGE =  2V + 1N + 1D = 5 pts ;  4/ Hervé ANDRE = 2V +2D = 4 pts ;  5/ Pascal PROST =  V+1NA+2N = 4pts ;  6/ Olivier PIEGLE = 1V + 1NA + 2N =  4pts ;  7/  Pepe DIAZ et Yvan GERMAIN = 1V + 2N + 1D = 2 pts ;  8/ Hervé BRIARD = 1V + 1 N + 2D = 1pt ;  9/  François SCHERRER = 1V + 1N + 2D = 1pt ;  10/ PIERRE = 1V + 1N + 2D = 1pt ;  11/ Eric MUTSCHELE  = 1N + 3D = -3pts ;  12/ Laurent BOUYER = 4 D = -4pts

Soit pour le groupe représentant l'Alsace = 12 points positifs et pour celui de la Lorraine = 24 points  positifs

Tout ce petit monde ne demande pas mieux que d'accueillir de nouveaux membres.

Contact : roland.hartz@wanadoo.fr

25/03/2016

Vosges : alerte accident

12033129_1022548297820035_4564549806175621165_n.pngLa Gendarmerie des Vosges alerte :

Point de situation :
La RN 57 est neutralisée dans les deux sens de circulation pour une indéterminée dans le cadre de l'accident du poids lourd transportant des matières dangereuses.
Mise en place de déviations à savoir :
Sens NANCY - ÉPINAL sortie CHARMES au niveau de la discothèque le Sphinx.
Sens ÉPINAL - NANCY sortie VINCEY.
La circulation risque d'être très perturbée dans

Pour lire la suite cliquez sur le logo de la Gendarmerie

 

06/03/2016

Vosges : à propos du service civique

tambour 2.gifLa Ligue de l’Enseignement des Vosges, en tant que mouvement d’éducation populaire et fédération d’associations, propose depuis cinq ans aux jeunes vosgiens des missions de service civique à effectuer soit au sein de sa propre structure soit au sein des associations affiliées. 

Le service civique permet à tous les jeunes âgés de 16 à 25 ans de se consacrer 6 à 12 mois à une mission d’intérêt général, au sein d’une association ou d’une collectivité publique, en étant indemnisés par l’Etat. Ce dispositif permet aux structures d’accueil de développer leur projet associatif/communal/intercommunal avec le renforcement de leur équipe de bénévoles et/ou salariés par des jeunes volontaires et ainsi contribuer à l’insertion sociale et civique des jeunes. 

La Ligue de l’Enseignement des Vosges va renforcer, en coordination avec ses partenaires, son dispositif de dynamisation du Service Civique auprès des potentiels organismes d’accueil de volontaires sur le département des Vosges. 

En effet, une antenne départementale du comité de coordination régionale du service civique récemment constituée, va permettre à la Ligue et ses partenaires, de créer de la transversalité et de la communication autour d’un tel dispositif rendu universel par le gouvernement en 2015. 

De fait, la Ligue de l’Enseignement a jugé utile de créer un poste de chargé de mission animation et dynamisation du service civique, que j’occupe, dans l’optique d’accompagner les jeunes volontaires et les organismes intéressés et de créer du lien vers la mise en œuvre du service civique.

Une personne sera chargée de promouvoir et valoriser le service civique auprès notamment des publics concernés ; de favoriser la mise en relation des personnes intéressées par un service civique avec les personnes morales agréées ; d’intervenir sur tous les territoires du département ; de communiquer sur le dispositif et sur le site internet de l’Antennes des Vosges qui permettra aux structures d’accueil d’inscrire une mission à pourvoir et aux jeunes d’y inscrire leur profil (www.service-civique88.fr).

N'hésitez pas à vous renseigner.

Guide organisme service civique.pdf

 

22/01/2016

Vosges : 1er régiment de tirailleurs d’Epinal au Sénat

Les mardis 12 et 19 janvier 2016, Daniel Gremillet et Jackie Pierre, sénateurs des Vosges, ont accueilli au Sénat, deux délégations du 1er régiment de tirailleurs d’Epinal, commandé par le colonel Franck Boudet, afin de témoigner leur reconnaissance et leur respect à l’engagement de ces militaires pour la sécurité des Français dans la cadre de la lutte anti-terroriste.

Le 1er régiment de tirailleurs, implanté au quartier Varaigne à Epinal, dans le département des Vosges, est un des régiments les plus projetés de France et « joue un rôle déterminant à l’échelon national à l’égard de la sécurité des Français et aussi à travers le monde dans le cadre des opérations extérieures, et nous ne pouvons être indifférents à leur engagement. A travers cette visite, nous avons ainsi souhaité leur faire partager un lieu de décision où les grandes orientations de leur action sont définies et exprimer notre profonde considération et notre soutien ». » a souligné le sénateur Daniel Gremillet.

2016-0030-001-SK.jpg

En outre, les deux sénateurs vosgiens se sont félicités de l’accueil qu’ont réservé leurs collègues à ces militaires. En effet, au moment de leur passage en tribune , dans l’hémicycle du Sénat, les militaires ont été salués pendant de longues minutes par l’ensemble des sénateurs, notamment pendant les questions d’actualité au Gouvernement, et en présence de ce dernier, « ce qui a rendu le moment extrêmement solennel et symbolique et a traduit le profond respect que portent les parlementaires pour ces hommes » estiment Daniel Gremillet et Jackie Pierre.
Depuis la fin du mois de décembre, ce sont près de 200 tirailleurs qui sont déployés en Ile-de-France dans le cadre de la mission Sentinelle. Cette opération de l’Armée française a été mise en œuvre au lendemain des attentats de janvier 2015, pour protéger les points sensibles du territoire et faire face à la menace terroriste renforcée lors des attentats du 13 novembre 2015 en Ile-de-France

09/01/2015

France : Prises d'otages émission spéciale

images.pngPrises d'otages, flashs spéciaux sur France Bleu chaque 15 minutes et chaque fois que l'actualité évoluera.

08/01/2015

Charlie : la liste des victimes

10926223_760228714044551_7982021350432577237_n.jpg

 -Charb, de son vrai nom Stéphane Charbonnier, 47 ans, dessinateur, directeur de la publication de «Charlie Hebdo».
- Cabu, de son vrai nom Jean Cabut, 76 ans, dessinateur, pilier de «Charlie Hebdo» et du «Canard enchaîné», ancien du journal «Hara-Kiri», l’ancêtre de «Charlie Hebdo».
- Georges Wolinski, 80 ans, dessinateur, membre de la bande d’Hara-Kiri dans les années 1960 puis pilier de Charlie Hebdo.
- Tignous, de son vrai nom Bernard Verlhac, 57 ans, dessinateur, pilier de «Charlie Hebdo» et de «Fluide glacial».
- Bernard Maris, alias «Oncle Bernard», 68 ans, économiste, chroniqueur à «Charlie Hebdo» et sur France Inter.
- Honoré, 73 ans, dessinateur à «Charlie Hebdo».
- Michel Renaud, fondateur du Rendez-vous du carnet de voyage de Clermont-Ferrand, ex-directeur de cabinet du maire de la capitale auvergnate.
- Franck Brinsolaro, 49 ans, policier du service de la protection (SDLP), affecté à la protection de Charb.
- Ahmed Merabet, 42 ans, policier, membre de la brigade VTT du commissariat du XIe arrondissement.
- Mustapha Ourrad, correcteur.
- Frédéric Boisseau, agent d'entretien.
- Elsa Cayat, psychanalyste et chroniqueuse.

Onze autres personnes ont été blessées lors de l'attentat dont quatre se trouvaient mercredi après-midi «en situation d’urgence absolue» selon le ministre de l’Intérieur. Leur identité n’était pas encore connue ou confirmée mercredi soir.

Source Le Figaro

16/12/2014

Bruyères : La Légion Vosgienne honore les siens

Lors de la cérémonie du 5 décembre au monument aux morts, le président de la section le colonel Yvan Nourdin décernait la Croix du combattant au colonel Patrick Chenu et à Claude Médina.

Au salon d’honneur de l'Hôtel de Ville, la médaille de la Légion Vosgienne était remise à Mrs Jean Bertrand, Christian Frisonroche et Gérard Peltier.

Après cette remise de décoration, le président, Yvan Nourdin rappelait les états de service des médaillés du jour. Des états de service bien différents, mais tout aussi méritoires au regard du statut d’anciens combattants. Le parcours du colonel Patrick Chenu est celui d’un militaire de carrière qui a gravi les différents grades, de militaire du rang, de sous-officier et d’officier.

M. Claude Médina et colonel Patrick Chenu.jpg

 Claude Médina et  Patrick Chenu

Engagé volontaire en octobre 1971 au titre de l’Ecole militaire de haute montagne (EMHM) à Chamonix, il se signale très vite par ses qualités de meneur d’hommes et de montagnard, des qualités confirmées par l’obtention du diplôme de chef d’unité de haute montagne.

En 1975, Patrick est admis à l’EMIA (école militaire interarmes) à Coëtquidan St Cyr. Cette école forme les officiers de l’armée de terre issus du recrutement interne. Jeune officier, il suit ensuite une formation de spécialité d’un an à l’école d’application des transmissions à Montargis.

A l’issue de cette spécialisation, le lieutenant Chenu est affecté successivement à la Compagnie de transmissions, puis à l’état-major de la Division Alpine à Grenoble en qualité de lieutenant chef de section, de capitaine commandant d’unité puis de commandant des transmissions au grade de lieutenant-colonel.

Comme tous les officiers de nos armées, il va ensuite alterner tout au long de sa carrière des temps de commandement dans les unités opérationnelles et les périodes de responsabilité en état-major ou en école... aussi bien en métropole qu’en opérations extérieures.

 - Commandant de la division d’application des officiers élèves de l’Ecole supérieure des transmissions à Rennes ;

 - Chef de Corps du 48ème régiment de transmissions à Agen ;

 - Chef d’état-major à la brigade de transmissions à Lunéville

 - Conseiller Réserve du général commandant la brigade de transmissions.

 Le colonel Chenu a aussi servi à des postes de hautes responsabilités en OPEX, sous l’égide de l’ONU, de l’OTAN ou de l’état-major de notre Armée de Terre :

 - En Somalie en qualité de commandant des transmissions du commandement français stationné à Baidoa ;

 - En Ex-Yougoslavie en qualité de commandant des transmissions du contingent français stationné à Zagreb et Sarajevo ;

 - Au Kosovo à deux reprises, la première fois comme commandant du bataillon de commandement et de transmission stationné à Mitrovica/Mitrovicë et la seconde comme, responsable des systèmes d’information et de communication de l’armée de terre à Pristina.

En résumé, une belle carrière, complète, captivante et enrichissante, marquée par la mobilité fonctionnelle et géographique.

 Dans les différents postes qui lui ont été confiés, en métropole comme à l’extérieur, le colonel Chenu a fait montre d’un très grand professionnalisme, d’un niveau exceptionnel dans la performance opérationnelle et d’un commandement assuré et efficace, en particulier en 2006 et 2007, dans le cadre de deux exercices majeurs de la certification OTAN de la Force de Réaction Rapide France.

 Il est titulaire de la croix de chevalier de la Légion d’honneur, de la croix d’officier de l’Ordre national du mérite, de la médaille d’Outre-mer, de la médaille de reconnaissance de la Nation et de bien d’autres décorations, en particulier celles qui lui ont été décernées par les forces des Nations Unies et de l’Otan.

Le parcours militaire de M. Claude Médina est celui d’un officier de réserve qui a été appelé à servir en AFN. Claude Médina est appelé à l’activité le 24 avril 1951 et affecté au 3ème bataillon de zouaves. Il a 20 ans quand il embarque à Marseille, pose le pied en Algérie à Philippeville et rejoint l’école militaire d’infanterie de Cherchell. Sa formation terminée avec le grade d’aspirant, il rejoint sa nouvelle affectation, le 4ème régiment de tirailleurs tunisiens, basé à Sousse.

 A cette époque la Tunisie est sous Protectorat français mais elle est secouée par des agitations nationalistes violentes depuis plusieurs années qui s’intensifient après l'arrestation de Bourguiba et d’autres dirigeants du parti Neo-Destour. La grève générale du 22 janvier 1952 tourne à l’affrontement armé. La guérilla et la lutte pour l’indépendance s’organisent alors. Elles aboutiront à l’indépendance de la Tunisie en 1956.

 C’est dans ce contexte que M. Claude Médina, nommé sous-lieutenant sur ces entrefaites, est appelé à participer aux combats en Tunisie - c’est désormais la qualification à donner à ces événements - pendant un an jusqu’à la fin de son service sous les drapeaux, le 15 octobre 1952.

M. Médina est titulaire de la médaille de la Reconnaissance de la Nation et de la médaille commémorative, agrafes Algérie et Tunisie.

 Les médaillés du jour .jpg

 La médaille de la Légion vosgienne remise récompense la fidélité à la Légion Vosgienne.

Cette belle qualité n’a pas fait défaut aux 3 décorés : à la dissolution de leur section de Bruyères - dont ils ont été durant de longues années des membres actifs - ils ont rejoint la section de Lépanges, montrant ainsi leur attachement à la Légion vosgienne et apportant une belle preuve de leur engagement citoyen. A la suite de ce ralliement, la section de Lépanges a pris le nom de Légion vosgienne Vologne-Avison.  Les récipiendaires ont aussi un parcours militaire méritoire et sont titulaires de la Carte du combattant : 27 mois de service au cours duquel ils ont été envoyés en Algérie. Ils avaient 20 ans.

La guerre d'Algérie a été une guerre d’appelés. Entre 1954 et 1962, elle a mobilisé plus de 1,5 million de jeunes appelés et, à ce titre, elle a profondément marqué toutes les familles françaises.

Le temps passe.. restent les souvenirs.

 

19/10/2014

Bruyères : entre Histoire et Mémoire

drapeau france 3.gif La Légion Vosgienne Vologne-Avison en association avec l’Amicale de la Légion d’Honneur et de l’Ordre national du Mérite de Bruyères ont organisé et offert à deux classes de troisième de l’Institution Jeanne d’Arc à Bruyères la visite d’un haut lieu de mémoire de la Première Guerre mondiale : l’Hartmannswillerkopf (ou Vieil Armand).

Quarante-deux élèves ont participé à ce voyage scolaire. L'encadrement de tous ces jeunes gens était assuré par le chef d’établissement, Raphaël Thomassin et leur professeur d’histoire-géographie Sandrine Poulard. Michèle Peltier et Yvan Nourdin représentant les associations organisatrices les accompagnaient.

Le Vieil Armand fait partie des quatre monuments nationaux de la Grande Guerre. Cet éperon rocheux surplombant la plaine d’Alsace a été l’enjeu d’âpres combats. Entre décembre 1914 et janvier 1916, le sommet changea huit fois de main. Près de 15 000 de nos vaillants poilus y sont morts. On comprend le surnom donné à cette montagne « La mangeuse d’hommes ».  

Pour voir les photos, cliquez sur l'angle qui se soulève

Préparée en amont par le professeur d’histoire, la visite du Vieil Armand s’inscrivait parfaitement dans le prolongement du cours d’histoire dont le programme met l’accent sur la violence des combats et le drame humain de la Première Guerre mondiale

Au programme de la journée : déjeuner à la ferme auberge du Freundstein (repas tiré du sac, complété par une belle part de tarte aux fruits offerte par les organisateurs) , dépôt d’une gerbe, visite guidée de la nécropole ou repose plus de 1 200 soldats français et déplacement sur le champ de bataille jusqu’au monument du 15.2, en cheminant dans les nombreux boyaux, abris, tranchées et fortins, autant de vestiges des lignes françaises et allemandes.

Mais le moment fort de la journée restera assurément la descente dans la crypte où les restes de 12 000 soldats, qui n’ont pu être identifiés, sont rassemblés  sous un immense bouclier de bronze. Là, les élèves se sont rangés autour du bouclier pour honorer la mémoire aux poilus tombés sur le champ de bataille  : dépôt d’une gerbe fleurie par trois élèves, minute de silence et Marseillaise reprise en chœur par tous. Une cérémonie courte et suivie dans le recueillement comme nous y invite l’hymne de Victor Hugo reproduit sur le pourtour du bouclier : «  Ceux qui pieusement sont morts pour la Patrie, ont droit qu’à leur cercueil la foule vienne et prie ».

 

26/09/2014

Beauménil : bien utile le préau de l’école

Ce 12 Septembre, 22 vététistes (12 Allemands et 10 Français) venus tout droit d’Allemagne réalisaient une pause casse-croûte avant de gagner Epinal dans le cadre des 50 ans du jumelage des sapeurs pompiers de Schwäbisch-Hall et d’Epinal mais aussi l’anniversaire des 30 ans de la section des Jeunes Sapeurs Pompiers d’Epinal.

Beauménil le 12-09-14.jpg

Leur intendance avait dressé les tables sous l’œil bienveillant de la municipalité qui avait répondu favorablement à la sollicitation de Maurice (ancien SP et beauménilois de cœur). Il s'agissait de se restaurer et se reposer un tantinet après un périple de 430 km en 3 jours via Karlsruhe et Ribeauvillé.

 Bel exemple de sportivité et d’amitié franco-allemande (sans oublier le staff technique qui en a admirablement géré l’organisation).

09/06/2014

Bruyères : Le gendarme David Belarbre part pour l'ile Bourbon

Ce n'est pas qu'une simple expression, les gendarmes forment une grande famille à l'intérieur de laquelle surviennent des événements partagés par l'ensemble de ceux qui la composent. En l'occurrence ici, même si l'on se réjouit pour lui, le départ vers l'ile de la Réunion du gendarme David Belarbre provoque son pincement au coeur de tous ceux qui nombreux ont apprécié cet homme sérieux, travailleur et souriant.

031.JPG

C'est par une petite leçon de créole que le major André commençait son propos à l'occasion du traditionnel pot de départ auquel participaient bien sur les collègues, parents et amis.  

026 2.jpgPlus institutionnellement, le commandant de brigade établissait un petit rappel sur les ( déjà) 12 ans et 6 mois de carrière du gendarme Belarbre. David est entré en gendarmerie,  le 24 juin 2002 à l'âge de 23 ans. Après sa formation de gendarme adjoint volontaire à Tulle, il est affecté en septembre 2002 à la brigade de Belin Beliet en Gironde et à 60 kilomètres de Bordeaux.  

Après avoir été promu Maréchal des Logis en mai 2007,  il intègre enfin l'école de Libourne à 40 kilomètres de Bordeaux. À l'issue de sa formation en février 2008, ce Putéolien est affecté chez les Lorrains et de surcroît chez les Vosgiens. 
 
Découvrant le froid et la neige, il se met en mode hibernation et attend le printemps pour s'adonner à un de ses sports favoris : la pétanque. Grâce à ses qualités relationnelles, il sut rapidement s'intégrer et se faire apprécier de tous. 


Durant les six années passées à Bruyères des bouleversements sont intervenus dans la vie de David. Bien qu'il ait juré qu'il ne resterait pas dans les Vosges n'ayant aucune attache, il se marie à Élodie le 22 juin 2013. Son travail au sein de la brigade a été récompensé à deux reprises par des lettres de félicitations du commandant de groupement et par l'attribution de la médaille d'argent de la Défense nationale.
 
En 2013,  David a établi une demande pour l'outremer, car ce père de famille, Vosgien par mariage avait envie de soleil et de changement. Il sera muté à la mi-août à la brigade de Saint Philippe à la Réunion.
hop 006.jpgChacun souhaite bon vent à David Belarbre, à son épouse Élodie et toute leur petite famille.

Gageons qu'ils n'oublieront les leurs et le bon air des sapins vosgiens !   

avion.gif

12/12/2013

Laval sur Vologne : Sainte-Barbe honore ses soldats

Samedi 7 décembre, la traditionnelle fête de Sainte-Barbe donnait lieu à une belle cérémonie agrémentée d'une remise de médailles à des pompiers méritants.

                     P1120537.jpg

"Dévouement, abnégation, acceptation d'un risque toujours possible... sont le quotidien des soldats du feu dont la simplicité, le courage, la persévérance et avec le sentiment d'obéir à un devoir librement assumé..." ont été salué par les très nombreuses autorités présentes, dont le député Gérard Cherpion, le maire de Laval sur Vologne, René L'Homme, le conseiller général du canton, Christian Tarantola, ses collègues, Étienne Pourcher conseiller général du canton de Brouvelieures, Michel Langloix conseiller général honoraire, le président de la communauté de communes de la Vologne, André Claudel, Jean Michaud, président du SIVIC, le major André, commandant de gendarmerie à Bruyères... Chez les pompiers, le colonel Laurent Petitcolin, directeur départemental adjoint, le commandant Roger Elandaloussi, le lieutenant Fabrice Clément, chef de secteur... faisaient également l'honneur de leurs présences.

P1120567.jpg

Des médailles, cinq fourragères de décoration à titre collectif, dix-huit galons promotionnels de 1ère classe et pour terminer des écussons et galons de poitrines destinés à huit jeunes sapeurs-Pompiers intégrés en septembre 2013 ont été décernés.


 

11/12/2013

Laval sur Vologne : la sécurité routière s'apprend très jeune !

L'association départementale de la Prévention routière des Vosges organise annuellement un challenge de sécurité routière pour les élèves des classes de CM2 des écoles primaires des Vosges.
Avec le soutien du Département, des municipalités le concours de la Gendarmerie nationale et de la Police nationale assistées de la Police municipale des épreuves théoriques (connaissance des règles de circulation, de la signalisation routière et de la bicyclette) et des épreuves pratiques (circulation sur un circuit pédagogique) sont soumises aux élèves. Tout ceci permet de sélectionner un enfant qui représentera son école et sa commune lors d'une finale départementale.

P1120518.JPG


L'épreuve théorique est composée d'une projection informatisée avec réponse sur boîtier dans le pur style de l'épreuve du Code de la route du permis de conduire « voiture ». Quant à l'épreuve pratique, elle se déroule à bicyclette sur un circuit pédagogique mis en place dans la cour de l'école, agrémenté de feux tricolores et de panneaux de signalisation routière.
Les gendarmes organisateurs sont : l'adjudant Jean-François Guillot, le gendarme Francis Adam (réserviste)et le GAV Jérémy Grosmann de la brigade de Bruyères.
Le candidat ayant obtenu les meilleurs résultats concernant les épreuves pratiques et théoriques de la prévention routière est ici Abdussamet Aydogdu.
La finale regroupant tous les élèves sélectionnés dans le département (120 enfants environ) se déroulera le mercredi 11 juin 2014 à Épinal et sera dotée de nombreux prix, dont des bicyclettes qui seront offertes aux lauréats

 

20/09/2013

Bruyères-Brouvelieures : les Médaillés militaires en amicale

urne vote.jpgRécemment, la 673°section des titulaires de la Médaille militaire de Bruyères-Brouvelieures se réunissait en assemblée générale extraordinaire en vue de répondre à la question : « Désirez-vous la dissolution de la section et la création d'une amicale des médaillés militaires ? »
 

Au total 32 votants avait alors à s'exprimer et  pour obtenir la majorité en vertu du règlement intérieur = les deux - tiers devaient être dépassés. Le résultat a été édifiant puisque 32 votes ont été prononcés pour la dissolution et la création d'une amicale. 

Noël Henry.jpgAprès avoir clôturé l'AG extraordinaire, les participants ont ouvert une assemblée ordinaire de l'amicale. Il en ressort que l'association prend le nom de : Amicale des médaillés militaires de l'Avison et des environs - Cantons de Bruyères - Brouvelieures  et le siège social se trouve chez le président : Noël Henry , 27 rue de bel air - 88600 Bruyères.
Le but de l'association est le maintien de la solidarité entre médaillés ; la rencontre avec des camarades partageant les mêmes valeurs ; l'aide à ses membres et le devoir de mémoire et de présence aux cérémonies.

Il sera constitué un dossier en vue de déposer les statuts en préfecture afin d'exister légalement sous la loi de 1901.
L'amicale reste membre de l'union départementale des Vosges du président Jean Denis.
Un courrier informant de ce changement est adressé aux autorités. 

15/09/2013

Bruyères : les Médaillés militaires en balade

Jeudi 12 septembre 2013, dans le cadre d'une journée conviviale, la 672e section des Médaillés militaires a organisé une sortie découverte et restauration à l'ancien couvent des Cordeliers du XVe siècle à Les Thons (88). Selon le souhait formulé à la dernière assemblée générale, les Bruyèrois ont été heureux d'y associer l'amicale de Granges sur Vologne.

IMGP1282.JPG


Après les présentations d'usage par le père Anatole,  les visiteurs ont pu apprécier le récit historique des lieux, la bonne table dressée dans une salle du couvent  et l'après-midi récréatif, mené avec la rigueur d'un maitre de cérémonie aux anges pour conduire les hôtes dans des rôles, en rapport bien sûr avec l'établissement.
Cette journée appréciée par tous les convives s'est terminée dans l'allégresse en fin d'après-midi. Un grand merci au personnel de l'auberge campagnarde-musée de Les Thons  pour cette journée dont les jeux de rôle ont été jugés excellents par l'ensemble du groupe.

 

 

22/04/2013

Bruyères : la 673e section des Médaillés Militaires

À l'image d'une vie associative de qualité, les assises annuelles de la 673e section des Médaillés Militaires se sont déroulées au relais de la cité dans une ambiance de parfaite camaraderie. Le président, Noël Henry rendait hommage à l'ensemble des disparus, dont son prédécesseur, le président Joël Rosselli, décédé prématurément en 2012 des suites de maladie. Le responsable avait aussi une pensée pour ceux qui connaissent des ennuis de santé. Au 1er janvier 2013, la 673e section comptait 43 membres, dont 30 médaillés, 10 dames d'entraide et 3 sympathisants. Des contacts sont pris en vue d'adhésions possibles.

P1110222.JPG

Au cours des mois écoulés, les Médaillés militaires ont été représentés lors de toutes les manifestations patriotiques du secteur. À cet égard, Noël Henry n'a pas manqué pas de saluer l'abnégation et le dévouement du porte-drapeau Maurice Cunin, toujours fidèle pour porter haut les couleurs de la Médaille militaire.

L'idée d'un rapprochement avec l'amicale de Granges sur Vologne fait son chemin dans le cadre des différentes activités et sorties en vue. La même démarche est engagée avec l'amicale de la Légion d'Honneur et de l'Ordre du Mérite, présidée par Yvan Nourdin. Des après-midi récréatifs et goûter sont envisagés dans le but de mieux se connaitre et ainsi tisser toujours plus de liens amicaux.

P1110223.JPG

Suivant les avis de l'administration centrale, le président a déclaré laisser toute latitude aux membres en ce qui concerne la date du 19 mars chez les AFN. Le drapeau restera lui dans son fourreau.  

P1110221.JPG

Lors de sa réunion du 10 janvier, le bureau a souhaité élever Paul Parisot, trésorier de 1963 à 2012 au titre d'honorariat et en reconnaissance de son dévouement au sein de la section et de lui décerner une Médaille militaire de l'UD et de lui offrir l'image d'Épinal de la Médaille Militaire. Et d'associer Paulette son épouse à ce moment de sympathie en lui remettant une jolie composition florale. 

IMGP0464.JPG

La doyenne des Médaillés 90 ans au mois de mai, Geneviève Baudoin était présente

Les personnalités présentes exprimaient toute leur estime envers les Médaillés Militaires dont on connait tout l'attachement aux valeurs patriotiques et sociétales de notre pays.

 

01/04/2013

Bruyères : Dernière inspection pour Philippe Gangloff

Dernière inspection du chef d'escadron du chef d'escadron Philippe Gangloff, commandant de la Compagnie de Gendarmerie départementale de Saint-Dié-des-Vosges.

Vendredi 29 mars 2013, le chef d'escadron Philippe Gangloff avait choisi Bruyères pour clore la série d'inspections des Brigades de la Compagnie de Saint-Dié-des-Vosges placées sous son commandement. Dernière inspection pour le chef d'Escadron qui devrait quitter le pays déodatien au cours de l'été.

1Gendarme.png 

 2 Gendarme.png

 

 

 

 

 

 

 

Comme à l'accoutumée, à son arrivée, les militaires de l'unité sous les ordres du Major Philippe André commandant la Brigade lui ont rendu les honneurs.

Profitant de ce rassemblement d'élus conviés à clore cette journée, le chef d'escadron Gangloff a évoqué le travail réalisé par ses subordonnés depuis la dernière inspection et les belles affaires traitées par la Brigade. Deux militaires ont par ailleurs été mis à l'honneur : le Mdl-Chef Pilleyre et le gendarme Blaise qui pour leur investissement dans le cadre de deux enquêtes portant sur des trafics de stupéfiants se sont vus remettre une lettre de félicitations du commandant de Groupement des Vosges.

3 GENDARME.jpg

À l'issue, militaires et élus ont pu échanger en toute convivialité.

 

06/02/2013

Bruyères : la grande famille des gendarmes réunie

Il y a quelques jours, une réunion bien sympathique regroupait les gendarmes de Bruyères et leurs ainés au relais de la cité à Bruyères.

2IMGP0046.jpg

C'était l'occasion d'échanger des nouvelles les uns des autres et d'évoquer l'actualité, les projets de chacun.

17/10/2012

Nice : mort d'un gendarme

Un gendarme a trouvé la mort après avoir été renversé par un véhicule en fuite, volé en début d'après midi à Peille.

01/10/2012

Bruyères : prise officielle de commandement du Major André

DSC02801.JPGPlus d'un automobiliste de passage se sera posé de question de savoir pourquoi autant de voitures se trouvaient stationnées vendredi 28 septembre à 9 h 30 près de la caserne de gendarmerie bruyèroise. Effectivement, tout un aréopage de représentants des unités de compagnie, réservistes, anciens de l'Arme, élus, familles et amis de la Gendarmerie marquait de sa présence l'un de ces événements qui ponctuent la vie de la brigade autonome de Bruyères.

DSC02802.JPG

L'assistance assistait là à la prise officielle de commandement du Major Philippe André. « Après plus de 4 années passées à la brigade de Bruyères. Plus de 6 mois déjà qu'il occupe les fonctions de commandant de brigade... En effet, c'est presque naturellement si je puis dire que vous avez repris le flambeau. Le sens de cette partie de la formule d'investiture “vous reconnaitrez désormais pour votre chef” en est un peu anachronique... » Soulignait le chef d'escadron Gangloff, commandant de la compagnie de Saint-Dié. 

DSC02806.JPG

En effet, en mars 2012, Philippe André prenait immédiatement le gouvernail après le départ du lieutenant Dominique Lallemand à destination de la compagnie de gendarmerie de Sarrebourg. Cela, à la faveur de sa promotion au grade de capitaine.

DSC02811.JPGLe chef d'escadron retraçait le parcours du commandant. Le major André entre en gendarmerie le 10 août 1981 après un service militaire débuté le 10 avril 1980 effectué dans l'armée du Génie. À l'issue de sa formation à l'école de Chaumont, il opte pour la Gendarmerie mobile. Il sera affecté le 11 février 1982 à l'EGM de Saint-Mihiel où il restera 4 ans. 

Philippe André effectuera deux déplacements, l'un en Corse, l'autre en Nouvelle-Calédonie.

Le 1er août 1986, il change de subdivision d'arme et fait son arrivée dans la Gendarmerie départementale avec une affectation à Longyon. Quinze ans s'écouleront dans cette brigade territoriale. La réussite en 2001 de l'examen d'officier de police judiciaire lui permet une mobilité vers la BT Neuves-Maisons. Il deviendra Maréchal des logis en 2002. C'est suite à son accession au grade d'adjudant qu'il quitte la Meurthe-et-Moselle pour Dompaire dans les Vosges. En 2005, il prend les fonctions de commandant de brigade de proximité. Son avancement au grade d'adjudant-chef en mai 2008 l'amène à la BTA de Bruyères où il devient adjoint au commandant de brigade en 2010. Son ascension professionnelle continue puisqu'il devient Major le 1er octobre 2011. 

 

DSC02807.JPG

 

Philippe André est bien connu des autorités et la population de tout un large secteur autour de l'Avison. « La symbolique d'une prise de commandement n'a rien d'anodin, elle a tout son sens. Elle marque de façon solennelle, votre prise de fonction comme chef militaire, commandant des femmes et des hommes dans un but unique, la tranquillité et la sécurité de nos concitoyens. La présence de nombreux élus est la traduction de cette attente. Elle est aussi le témoignage de la sympathie portée de l'encontre de la Gendarmerie et plus locale de la brigade de Bruyères. Votre personnel est à votre disposition pour mener à bien cette mission exaltante, mais ô combien prenante aussi. »

                                      DSC02822.JPG               DSC02830.JPG

                                         DSC02825.JPG                           

 

 

 

  

 

 

 

Philippe Gangloff saisissait l'occasion de remettre félicitations et attestations au Major et à plusieurs gendarmes reconnus particulièrement méritants.

DSC02832.JPG

Et, le chef d'escadron d'ajouter encore « Ce commandement doit s'effectuer dans la confiance vis-à-vis de vos subordonnés. Commander n'est pas uniquement gérer l'administratif, c'est savoir déléguer et contrôler, tout en montrant l'exemple quand c'est nécessaire. Les mois passant, je mesure l'homme d'expérience que vous êtes... Vous savez la confiance que j'ai en vous pour perpétuer l'excellente implantation locale de votre unité au travers votre investissement et celui de vos personnels. Je sais que vous mettrez un point d'honneur de ne décevoir ni votre hiérarchie, ni les élus, ni la population locale. La récente résolution de plusieurs cambriolages dans Bruyères ou encore le démantèlement d'un réseau local de trafic d'héroïne sont des preuves palpables de votre engagement et de celui de vos personnels. C'est avec fierté que je vous compte parmi mes commandants d'unité... Bonne chance dans la continuation de votre mission. » Le chef d'escadron saluait l'épouse et les deux enfants du Major « conscient du rôle non négligeable que jouent nos proches à côté de nous. »

Sans manquer de remercier le chef de centre de la caserne des pompiers Fabrice Clément pour le prêt de la salle de réunion où se tenait les discours Philippe André exprimait avec sobriété son sentiment de légitime contentement. Chacun souhaite un bon vent au commandant André. Félicitations.

12/08/2012

Bruyères : invasion de papillons sur l'Avison

question- dubitatif.gifOn constate parfois l'été quelques désagréments provoqués par des invasions de moustiques, de punaises des bois, de fourmis, de guêpes, de méduses... voire même de requins sur les bords de plages. On se souvient qu'il y a deux ou trois ans de véritables armées de coccinelles chinoises débarquaient sur la cité de l'Avison.

Cette fois, rien de tout cela. Mais, voilà que l'on assiste à une véritable pluie de vilains papillons. Ces indésirables, n'ont rien avoir avec les inoffensifs insectes de la famille des lépidoptères puisqu'il s'agit là des papillons que l'on découvre coincés sous les essuie-glaces des véhicules dans le collimateur du brigadier-chef principal de la police municipale bruyèroise. Lequel cartonne, sans difficulté aucune puisque la zone bleue locale n'étant plus active depuis plusieurs années, quasiment personne n'a été prévenu de ce changement pour le moins radical ! 

Certes, il existe des lois à respecter, mais encore faut-il ne pas changer la règle du jeu sans en avertir. Cela dit, on peut aussi s'interroger. En plein mois d'août, est-il bien judicieux alors que les commerçants tentent de rattraper un début de saison calamiteux d'aligner ainsi les clients potentiels stationnés à priori normalement au centre-ville ? Quant aux touristes ainsi verbalisés, il est probable que Bruyères ne leur laissera pas un souvenir très sympa... D'autant, que les P.V ne sont pas distribués de la même façon pour tous les contrevenants. 

Curieusement, un papillon peut atterrir sur votre voiture et pas sur celle de votre voisin de stationnement... On pourrait n'y voir que du bleu, certaines contredanses paraissent même très discutables du point de vue de leur degré d'évaluation et donc de tarif.papillon41.gif

Ainsi, alors qu'en période de vacances, la tolérance est le plus souvent de rigueur, la Police municipale bruyèroise semble surfer à contre-courant lâchant les papillons à la pelle !

21/07/2012

Bruyères : la République fière de ses soldats !

Parmi les différentes animations qui viennent s'articuler autour de la Fête nationale, la cérémonie officielle demeure toujours un moment fort auquel assistent nombreuses autorités et simples citoyens. Parmi les édiles, on remarquait notamment la présence de l'échevin de Vielsalm, Jean-Pierre Bertenes venu en toute amitié participer aux festivités du 14 Juillet. 

P1170618.JPG

Le maire Alain Blangy, le conseil général du canton de Bruyères, Christian Tarantola, son collègue de Brouvelieures, Étienne Pourcher, le conseiller général honoraire, Michel Langloix, le président de la communauté de communes, André Claudel, le colonel Chenu, déposaient une gerbe devant le monument aux morts de l'Esplanade du Souvenir. L'absence de la musique municipale était compensée par un enregistrement porté par une sono. 

P1170603.JPG

Après la revue des drapeaux, l'inspection montrait un matériel rutilant destiné aux différentes interventions de secours par les pompiers.

P1170608.JPG

Pour 30 ans de service, l'adjudant-chef, Sylvain Brouiller du CIS Bruyères ; Joa Neves du CIS de les Poulières-Biffontaine et Laurent Fays du CIS de Gugnécourt recevait la médaille d'or.

Pour 25 ans de service, Jean Barotte et Laurent Fays de Gugnécourt recevaient la médaille de vermeil.

Pour 20 ans de service, l'adjudant-chef François Bosio et le caporal-chef Frédéric Pauthier du CIS de Cheniménil Docelles et les sapeurs Nicolas Deloy, Paul Alphonsine du CIS de Bruyères, recevaient la médaille d'argent.

P1170617.JPG

La fourragère tricolore était épinglée sur le revers de plusieurs soldats du feu. Tous les pompiers vosgiens la portent fièrement depuis Lothar, la tempête du 26 décembre 1999. Ceux du secteur de Bruyères l'arborent également au titre de services exceptionnels rendus pendant la Seconde Guerre mondiale. Plusieurs remises de galons honoraient ensuite leurs titulaires.

P1170605.JPG

Tout ceci finissait place Stanislas où l'apéritif était offert à tous. Et chacun de lever son verre à la Liberté, l'Égalité, la Fraternité.