Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2012

Bruyères : La fontaine Saint Georges, source de fierté !

Côté route de Vervezelle, au pied de l'Avison, un chemin de terre très facile d'accès permet de rejoindre la chapelle de la Roche érigée tout contre la montagne en se servant d'un très vieil abri sous roche. Une statue de la vierge y est fleurie par des mains pieuses.c0d0dbf12ddf8acf16da77819d3eeb1f.jpg

À quelques pas de là, demeure la fontaine Saint-Georges, source du castrum gallo-romain. La légende assure que cette eau de source possède des vertus quasi miraculeuses pour les maladies des yeux. Jadis très bien aménagée, la fontaine était lieu de promenade.

Depuis des décennies, les Bruyèrois amoureux de leur patrimoine se désolaient du délabrement de la Fontaine Saint-Georges et de la quasi-impossibilité d'y accéder sans risques de tomber le nez parmi les friches d'un terrain détrempé par les eaux perdues.    

798ed5dc4d25f35e15830658560a608c.jpgLes années, les tempêtes, mais surtout le manque d'une véritable restauration ont failli conduire à la disparition de ce site chargé d'histoire. Il en fut très souvent question au cours des vingts dernière années. Les services municipaux de l'époque firent de leur mieux avec les moyens du bord. Mais comme soeur Anne, Saint-Georges ne vit rien venir sinon l'Arlesienne. 

Arrivé aux commandes de la ville, le maire de Bruyères, Alain Blangy promit de faire restaurer cet endroit dès que possible. Parole donnée, parole tenue.

07092012025.jpg

« La réception que nous faisons ce jour, est le fruit d’un travail, en amont, de la commission “forêt”. Dès le mois de juillet 2009, la commission “forêt” s’est réunie plusieurs fois pour élaborer une feuille de route des projets de travaux touristiques pour une allant de la période de 2008 à 2014. Nous avons consulté à plusieurs reprises la CCVV de nous suivre dans notre démarche. Pour les financeurs hypothétiques, ce projet n’entrait pas dans le créneau de leur compétence... » Expliquait, l'adjointe Michèle Peltier lors de l'inauguration officielle. L'élue en charge du dossier précisait encore que ce projet passé en conseil municipal et approuvé par ce dernier, la commission recevait le feu vert  du maire. Elle pouvait prendre contact avec l’ONF gestionnaire de la forêt communale bruyèroise et désigné maître d’œuvre de ce projet entrant dans le cadre des marchés publics. Administrativement, il s'agit là d'un marché de fournitures et de service en procédure adaptée.

07092012027.jpg

Au départ, trois lots furent définis. Le nettoyage, la mise en œuvre du mobilier en bois et les plantations furent attribués à l’entreprise Dieudonné pour 19 540 € HT. Le second lot fut classé infructueux, car les propositions sont apparues trop élevées par rapport au projet initial. Enfin le troisième lot concernant la conception et la réalisation et pose d’un bassin en grés attribué fut confié à l’entreprise Gérard pour la somme de 6840 € HT.

Finalement, l’ONF relançait la procédure d’appel d’offres pour le lot n° 2. Leque était alors divisé en 2 nouveaux lots. D'une par terrassement, empierrement allait à l’entreprise Tacca pour 16 988,46 € HT. Le sol étant très humide avec de nombreux ruissellements.

L’ONF jugeant qu’il était nécessaire de faire un avenant pour changer une buse une tête de buse, et protection du site avec 12 min 3 s de roches et tout-venant. Enfin, le renforcement des talus fut attribué à l’entreprise Dieudonné qui après un avenant au marché effectuait un enrochement au lieu du tunage initialement prévu pour une somme de 24 736.16 € HT. Le tout financé par la Ville de Bruyères soucieuse de son environnement.

Un tel ouvrage ne se conduit évidemment pas sans précautions. Des cartes postales du début du 20e siècle furent utilisées pour s'inspirer de ce qu'il convenait d'engager pour respecter au mieux l'identité de ce lieu. Nombreuses réunions sur le terrain donnèrent à penser qu'il était également judicieux de  relier le parcours de santé à la chapelle de la Roche. Il fut demandé aux entreprises choisies sur les environs proches d'utiliser des matériaux locaux, bois, tout-venant également du secteur. 

07092012031.jpg

Présent lors de cette présentation, les agents ONF mettaient encore l'accent sur le travail de plantation effectué. Environ 800 pieds d'essences adaptées ont été placés de façon à remplacer les arbres cassés ou abattus par nécessité. Le site étant exclusivement réservé aux marcheurs motos, quads, véhicules de toute sorte, chevaux et autres sont interdits à la circulation. Les jeunes pousses vont donc maintenant croitre en harmonie paysagère. On s'en rejouit, les responsables régionaux ONF citent cette restauration en exemple. Des déplacements sont même prévus sur place pour s'en inspirer

06/08/2012

Communauté de communes : pour des économies d'énergie

article.jpg

01/08/2012

Bruyères : le point des travaux rue Poincaré

travaux.jpgLes travaux de restructuration et d'embellissement de la rue Poincaré vont reprendre à partir du lundi 6 août 2012. La circulation sera alors interdite et une déviation sera remise en place.

Selon les prévisions et sauf imprévu, le planning à court terme est établi de la façon suivante :

Enfouissement des réseaux secs EDF, France-Télécom, Numéricâble, par l'entreprise SOTRECA durant les semaines 32 à 37, du 6 août au 14 septembre. 

Décaissement de la chaussée, semaine 38, du 17 septembre au 21 septembre par l'entreprise SCREG.

Début en pose des bordures, par l'entreprise SRE, semaines 39 à 44, du 24 septembre au 31 octobre 2012. 

13/06/2012

51 440 visiteurs pour la Girafe d'Avison Autrement en mai !

merci.jpgAvec 51 440 visiteurs, dont 16 208 visiteurs uniques, pour mai 2012, le cap des 50 000 a été largement dépassé en un mois par le blog de La Girafe.

Merci à tous ! 

Résumé ( vérifiable ) fourni par BlogSpirit pour mai 2012

Visiteurs uniques : 16 208

Visites : 51 440

Pages : 141 784

Pages par jour (Moy / Max) : 5473 / 7018

Visites par jour (Moy / Max) : 1659 / 3198

05/06/2012

Saint-Dié-des-Vosges : AquaNova América, c'est pour demain !

Impossible de le nier, sur tout le bassin déodatien, voire comme le souligne Christian Pierret « les activités économiques traditionnelles perdent du terrain. » On pourrait même dire qu'elles fondent comme neige au soleil.

« Face aux crises successives du textile, de la sous-traitance automobile et aux mouvements de délocalisation et de désindustrialisation, il est primordial de développer des activités nouvelles », martèle le maire de Saint-Dié-des-Vosges en enfonçant le clou « Autrement, nous sommes inexorablement condamnés au déclin. Agir pour ne pas périr... Cet engagement face au risque de l'immobilisme se concrétise autour de divers axes. Parmi ceux-ci, l'innovation et la recherche dans le domaine industriel, une formation de qualité dans les domaines scolaires et universitaire, une activité toujours renforcée... »

Indéniable, l'attrait touristique de Saint-Dié-des-Vosges s'intègre à l'intérieur un puzzle d'atouts propres à cette étonnante « capitale du Massif Vosgien ».

           Incrustation.jpg

La nécessité de renforcer le potentiel existant a conduit la majorité municipale à opter pour un projet d'envergure. « C'est là le sens profond de cet investissement d'avenir qu'est AquaNova América. Outre qu'il répond à une vraie demande des usagers à Saint-Dié-des-Vosges et dans ses environs pour les activités aquatiques, cet équipement de sport, de loisir, et de bien-être va conforter l'offre d'activités qui est proposée aux touristes qui séjournent à Saint-Dié-des-Vosges. AquaNova America, c'est une corde de plus à l'arc de notre développement. »

            Vue principale.jpg

Espace Récréa (leader français en matière de gestion d'espaces ludiques) a la charge du projet AquaNova América )

Tout ceci c'est bien beau, mais à combien va s'élever la facture de cet équipement ? Et pourquoi ne pas avoir tout simplement rénové l'actuelle piscine ? La Ville défend son choix. Ou rafistoler à grands frais l'ancienne piscine devenue obsolète ou se diriger vers un établissement complet, à vocation interrégionale. « Le coût d'Aquanova America est de 18 millions d'euros, dont 14 pour la construction. La réparation de l'ancienne piscine couterait 7,2 millions et obligerait à une fermeture de plusieurs mois, avec des couts élevés de transports scolaires vers des piscines voisines. »

Quant au fonctionnement, la comparaison fournie par la commune mérite que l'on s'y arrête. L'actuelle piscine coute 750.000 € de déficit annuel, auxquels il faudrait ajouter en cas de rénovation les 576.000 € du remboursement de l'emprunt pour les 7,2 millions de rénovations.

AquaNova coûtera 869 000 € par an en fonctionnement. L'État, la Région, le Département, la Ville contribueront à régler la facture. Le plan de financement est porté par un PPP (Partenariat Public Privé). Pour simplifier, une société privée se charge de l'exploitation et de l'entretien. À l'issue d'un contrat de 25 ans, la Ville récupère l'équipement en pleine propriété et en parfait état.

La Ville demeure le plus gros financeur. Elle abonde également par le biais d'un loyer, mais perçoit l'intégralité des recettes. Davantage si l'objectif de 1,1 million par an est dépassé. A contrario, si l'exploitant se révèle incapable d'assurer les recettes, après deux ans, la Ville en installe un autre.

                                       Powerpoint AQUANOVA AMERICA.ppt

                                             Cliquez sur le lien ci-dessus

La “première pierre” posée ce 2 juin 2012, AquaNova América n'a plus qu'à pousser comme un champignon. Espace aqualudique et de bien-être, le site profitera d'une évolution constante. Un espace aquatique avec en intérieur un bassin de 6 / 8 lignes d'eau de 400 m2 en inox, un bassin activités et loisirs de 253 m2 en inox, une plaine de jeux aquatiques, type aquaplash, un espace extérieur, plein Sud, de 120 m2, entourés d'un solarium, d'un espace bain-de-soleil, terrain de beach-volley, un espace wellness comprenant espace bien-être, partie humide en rez-de-chaussée, constitué de deux saunas, deux hammams, des espaces de relaxation, de douches massantes, une tisanerie, un bassin extérieur ouvert toute l'année entouré d'une zone de relaxation et d'un espace forme avec à l'étage une salle de cours collectifs, une autre de cardio training et de musculation...

Plan des facades.jpg

Une fosse de plongée, de 5 mètres de diamètre et unique dans la région descendra jusqu'à 10 mètres de profondeur. Une tribune de 100 places, un espace jeux pour enfants, un accueil avec boutique et snack-bar, deux salles de réunion dont une pour les associations sportives, un parking gratuit de 120 places...

AquaNova América devrait être opérationnel fin 2013. Le choix de son emplacement, à deux pas du camping de Saint-Dié-des-Vosges, du site de la Vanne de pierre, des stades et du Palais omnisports ne manque pas d'attraits. Desservi par bus et à 10 minutes à pied du centre-ville, le complexe dispose d'une superficie lui permettant d'envisager d'ajouter d'autres équipements.

Paris ne s'est pas fait d'un jour, les Déodatiens et tous les utilisateurs auront sans aucun doute de belles surprises encore à venir. 

Entrée.jpg

Mais, à propos, quid de l'ancienne piscine et de son personnel ? Les employés auront le choix entre rester au sein de la collectivité ou intégrer les rangs de la société gestionnaire. Quant à la piscine actuelle, elle sera rasée pour laisser place à un terrain sur lequel des logements aux normes actuelles seront construits. 

Soit, mais les tarifs vont ils rester abordables ? La mairie le promet. Pas question de réaliser une sélection par l'argent. Les prix seront établis pour répondre à la demande, fidéliser la clientèle, proposer des abonnements... Le tarif de base avoisinera 5 €. Les écoles bénéficieront de la gratuité sur leurs créneaux, soit 23 h 30 par semaine et une entrée privative leur est réservée. Les clubs continueront à profiter de la gratuité sur leurs créneaux...  

Aux critiques de ses opposants, qu'il estime bien trop pressés d'en découdre avec lui, Christian Pierret répond du tac au tac. Et, le maire de défendre le projet qui lui tient à coeur. « La première chose qui me motive c'est le bien-être des Déodatiens, c'est qu'ils restent à Saint-Dié-des-Vosges, qu'ils y trouvent un emploi. Mettons-y les moyens et poursuivons une véritable dynamique pour notre ville... Le plus grand des risques serait d'attendre que l'on s'enfonce lentement dans la décadence. Très vite, on en serait réduit à dire “Ah, si on avait su ! ” La critique est facile, l'art est difficile... »

Ainsi déjà, non loin de la Meurthe qui coule tranquille sous ses ponts, AquaNova América en cours de travaux ne laisse pas indifférent !

09:25 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

02/06/2012

Vosges : " Le " Claude fait Chevalier des Arts et des Lettres

Seuls les plus coincés iront prétendre le contraire. Not' Claude, oui « le » Claude, enfin on l'a compris, Claude Vanony est aux Vosges ce que Big-Ben est à la Tour londonienne de l'Horloge ! 

P1160878.JPG

Qualifié de « légende », par Jack Lang venu jusqu'au grand salon de l'Hôtel de Ville de Gérardmer pour honorer l'artiste de la Médaille des Arts et des Lettres, en présence du maire de la ville, l'ancien ministre de la Culture mettait l'accent sur « ... une culture populaire, d'une telle force... un art, un talent, une inventivité... et le parcours particulier d'un pur produit vosgien... » 

P1160874.JPG

Jamais récompensé officiellement jusqu'ici, Claude Vanony évoquait le souvenir de son Olympia, précisément 15 janvier 2012, lorsqu'il reçut Jack Lang venu le féliciter. « C'était la première fois qu'un politique se déplaçait jusque ma loge ! » Encore tout ébaubi, not' Claude ne s'attendait pas à la suite. Jack Lang était plus tard allé interpeller son collègue, Frédéric Mitterrand pour lui indiquer le mérite du fantaisiste. Le ministre de la Culture d'alors approuvait sans restriction l'idée de décerner une décoration au populaire Géromois. S'il a l'habitude de faire le pitre sur les planches, l'enfant du pays, né le 1 août 1935 n'en demeure pas moins doté d'une sensibilité à fleur de peau, qu'il cache le plus souvent sous quelques boutades.

S'il quitte l'école à 14 ans pour aller travailler chez son artisan de père, c'est pour une raison aussi bête que cela : « l'instituteur ne m'aimait pas et ne me trouvait pas capable d'aller au certificat d'études, il n'a donc pas voulu me présenter ! » Soit, foi de maître d'école, c'est donc dans l'entreprise paternelle de plomberie « mon père faisait un peu tout ! » que le garçon rêve de devenir pompier de Paris ou prof de sport. La vie est ainsi faite, qu'il faut parfois utiliser des chemins détournés. Il sera pompier, partira 27 mois sous les drapeaux pour effectuer son service militaire au Maroc, Il se jettera ensuite à l'eau en devenant plongeur « L'un des premiers dans les Vosges ».  Professeur de sports, il commençait à réaliser quelques spectacles avec ses potes du groupe folklorique des Menestrels. De fil en aiguille, comme on dit ici, « le » Claude se découvrait une âme de baladin. « Jean Grossier m'avait donné un rôle d'un montagnard, je portais le chapeau, une lanterne, des sabots et une pèlerine... j'ai conservé ce personnage... » 

P1160912.JPG

Un peu de théâtre, des pirouettes scéniques, des premiers sketches attiraient les rires de son public. Mais, pas son directeur d'établissement scolaire qui le somma de faire un choix. L'amuseur choisit et devint... l'artiste Vanony ! « Vous êtes un professeur de langue, de Lettres, hors pair », dira l'ancien ministre de l'Education Nationale. Et, Jack Lang de ne pas hésiter à désigner là une « vosgitude ». Mais aussi de voir chez Claude Vanony un reflet « une vraie tendresse, sans artifice, un artiste simple et direct... » 

Après 14 disque en bon vieux 33 tours, 6 CD, 3 DVD, un disque d'or en 1988 et le Prix Fernand Raynaud et des séries de spectacles qui font tous salle comble, Claude Vanony n'a pas chopé la grosse tête. Il n'oublie pas les siens, des joies, des peines, il en a connu. Pas toujours facile de conjuguer la vie de famille avec son métier. « Allez expliquer aux enfants que papa travaille le dimanche pour faire rigoler les gens... » Populaire, la comparaison avec Bourvil l'émeut. On le connait un tantinet grivois, gaulois souvent, jamais méchant. "Le" Claude il est comme cela, il arrive avec ses gros sabots, sa peau vache sur le dos, fidèle à lui-même, fidèle en amitié. Jamais cabot.

P1160901.JPG

Au moment de se voir épingler la médaille des Arts et Lettres par Jack Lang, il pose un regard embué sur son monde, sur ses proches dont un vieux monsieur assis là près de lui, Jean Grossier, tout aussi ému. « Quand on n'a pas travaillé à l'école ce n'est pas fichu, attention je ne dis pas qu'il ne faut pas travailler, mais quand on n'a rien fait, on peut réussir ! La preuve j'ai une décoration ! »

Joli pied de nez à l'ancien instituteur, qu'il faut remercier finalement. Car, sans son manque de jugement, « le » Claude, le vrai, l'unique, celui que l'on aime, parce qu'il nous ressemble, not' Claude, ben... il ne serait peut-être jamais devenu Vanony !

26/05/2012

Saint-Dié-des-Vosges : La Nef, pour label régional artistique pluridiciplinaire

Qui est passé du côté du quartier Kellermann de Saint-Dié-des-Vosges aura très probablement remarqué un bâtiment atypique : la Nef. Vestige d'un passé industriel, qui pour se profiler dans le rétroviseur, n'en demeure pas moins l'une des unités de valeur du patrimoine déodatien.

La Nef, cette construction sauvée de la démolition, parce qu'encore capable de s'ouvrir sur d'autres horizons, sans renier son histoire, renaît tel le Phénix. Ce n'est certainement pas Jack Lang, ancien ministre de la Culture invité à assister à la pose d'une très symbolique « Première pierre », de ce qui se profile comme un vaste chantier d'environ un an et demi, qui allait bouder son plaisir de connaitre le devenir cet endroit hors normes. Et, ce n'est pas sans fierté que le maire Christian Pierret exposait les tenants et aboutissants de ce lieu en voie devenir un centre artistique pluridisciplinaire, très certainement unique en son genre en des lieux à la ronde.

P1160772.JPG

D'une superficie totale de 1600 m2, partagés sur deux étages, l'immense bâtiment vitré en de nombreuses ouvertures et jusqu'au toit a profité de l'action de levier engagée par l'EPFL. 420 000 € pour la mise à nu et du désamiantage, l'ensemble demeure sous l'aile de l'EPFL ( Établissement public foncier lorrain ) qui engagera 900 000 € pour de nécessaires aménagements et déboursera encore 600 000 € pour construire un parc paysager tout autour de ce point mythique qui entrera alors dans le bien commun de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges. Région Lorraine, Conseil Général, ministère de la Culture, ANRU ( Agence nationale pour la rénovation urbaine ) apportent leurs appréciables soutiens.

dossier_nef_04.jpg

Viendra là le moment pour le Directeur de l'action culturelle et de la Nef, Géraud Didier, le temps de développer un programme défini par la volonté politique du maire Christian Pierret et son équipe municipale, dont l'adjointe à la Culture Madeleine Fève-Chobaut. « Si notre souci est bien d'ouvrir un chantier en commun avec nos partenaires fidèles, c'est en tant que théâtre pluridisciplinaire, comme laboratoire de projets innovant et comme école de formation à forte dominante musicale, que nous nous y engageons. Il s'agira de profiter du fait que l'espace de l'expérimentation artistique est justement un lieu collectif de transformation et de transmission des valeurs sensibles pour donner lieu au sens figuré, mais aussi pratique du terme à ce changement qui s'opère... » dira Géraud Didier au moment du lancement officiel du projet.

P1160770.JPG

Incontestablement du bel ouvrage qui accueillera en son sein le Centre d'éveil musical ouvert aux amateurs, aux initiatives, aux talents individuels et collectifs. La Nef sera dotée d'un grand plateau de création et de deux studios de répétitions.

_nef_06.jpg

Au-delà des missions actuellement dévolues au CEMOD, elle accueillera des groupes ou associations pour des répétitions, des productions scéniques d'artistes émergents, les résidences d'artistes, l'organisation de manifestations publiques et événements... Des concerts de plus grande envergure, des séances de cinéconcert... Les partenaires, notamment l'Espace Sadoul, engageront la diffusion des productions ou coproductions... Label de qualité artistique, La Nef déodatienne, fabrique des cultures actuelles devrait faire des envieux !

_nef_06 2.jpg

10/05/2012

Laval sur Vologne : Mention "Très honorable" pour le Docteur Valance

Dorothée Valance vien soutenir avec succès sa thèse à Bordeaux.

Après un très beau cursus scolaire au primaire, au collège et au lycée à Bruyères, un engagement sportif bien rempli au sein du club Bruyères-Natation, dont elle fut la locomotive pendant de longues années en devenant Championne de France minime, Dorothée poursuivit brillamment ses études de médecine à Nancy. Elle a obtenu récemment son titre de Docteur, en soutenant sa thèse sur « les cas graves de paludisme importés à la Réunion de 2000 à 2011 » avec les félicitations du jury et la mention « Très Honorable ».

IMG_0215.jpg


Pourquoi l'étude du paludisme à la Réunion ?
C'est tout simplement l'endroit où Dorothée a décidé d'accomplir sa vie professionnelle.
Après la Suède où elle a effectué une partie de ses études avec Erasmus, c'est au Togo, au Mali et à Mayotte qu'elle a réalisé des missions humanitaires. Dorothée a maintenant choisi de poser ses valises à l'île de la Réunion.
Ses grands-parents à Mortagne, ses parents à Laval sur Vologne, ses deux soeurs Aurore et Ségolène et toute sa famille sont très fiers de ce beau parcours.

Un bel exemple de réussite que chacun salue. Tout le monde souhaite à Dorothée un bon vent sur une longue carrière professionnelle et beaucoup de bonheur. chapeau-1.gif

07:59 Publié dans Actualités, Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

22/01/2012

Bruyères : Le Lions Club accompagne le handicap visuel

Pour la 4e année consécutive, le Lions Club Bruyères-Gérardmer organisait une sortie en raquettes avec un groupe de jeunes malvoyants de 8 à 17 ans du CEDV (centre d'Éducation pour Déficients Visuels de Nancy Santifontaine). Le rendez-vous était donné sur le parking de Lou'Ski à Xonrupt.

Le propriétaire des lieux, M. Bouchon faisait une nouvelle fois preuve de générosité en équipant gracieusement toute la petite troupe. Le départ de la balade était donné par François Martin accompagnateur bénévole et moniteur E.S..F. depuis le parking de l'Hôtel du Collet. Le soleil était au rendez-vous, une superbe journée s'annonçait.
La « grimpette » fut rude pour atteindre le jardin d'altitude du Chitelet, puis les Trois Fours et enfin les crêtes au pied du Hohneck. Même si l'effort fut intense, chacun s'est surpassé avec entrain et bonne humeur, pour atteindre le sommet.

Dépasser leurs limites...

Les jeunes ne sont pas prêts d'oublier cette expérience sur les crêtes baignées de soleil. Une belle 
récompense attendait le groupe au sommet. Face au Hohneck, le spectacle était saisissant, sous un
soleil de plomb et un ciel tout bleu, la mer de nuages s'étalait aux pieds des marcheurs, la silhouette des arbustes couchés par le vent et glacés par le froid formant d'étranges premiers plans face au
majestueux massif du Hohneck, ce fut un véritable régal.
Les jeunes gens étaient ravis d'avoir pu dépasser leurs limites et d'avoir réussi ce défit tout en
appréciant cette expérience qui les sort de leur quotidien.  
Après quelques minutes de pause et quelques photos souvenirs, le retour vers l'hôtel du Collet fut
plus rapide et un peu moins pénible, il faut dire qu'une bonne table attendait le groupe au
restaurant.
En fin d'après midi, sur la route du retourvers Nancy, une halte était prévue à la confiserie CDHV
pour une visite et dégustation.

Cliquez dans l'angle qui se soulève et retrouvez l'album en diaporama dans la colonne de droite.

Rendez-vous est pris pour l'année prochaine.
Mission réussie pour les membres du Lions club, cette quatrième expérience permet de démontrer
à ces jeunes que la société est capable de porter un regard positif sur le handicap. Tous en ont besoin
en particulier à cet âge où ils sont particulièrement sensibles à leur déficience. Il s'agit enfin de les aider à construire une bien meilleure image d'eux même.
Depuis sa création, le Lions Club (international, national et local) agit dans le monde en faveur
des aveugles et malvoyants, tant en les aidant qu'en finançant la lutte contre les causes de cécité.
Peu de gens le savent, c'est le Lions-Club qui est à l'origine de la création de la canne blanche, de
l'école des chiens guides d'aveugles, des donneurs de voix et de la bibliothèque sonore...
Quelques dates :
1917 - Création du Lions Clubs International
1930 - Création de la canne blanche
1939 – Création de la 1ère école de chiens guides d'aveugles
1940 - Fondation de la banque des yeux
1972 - Création des bibliothèques sonores ( 120 en France avec 235 000 ouvrages ) ; création de « Médico Lions »au Havre (150 000 paires de lunettes recyclées chaque année et envoyées vers les clubs des pays en voie de développement)
1991 - campagne Sight-first « La vue d'abord » (300 millions $ investis dans 60 pays sur 5
continents en dépistage, traitement, équipement et soins.)
1995 - la création du Centre du Glaucome (hôpital des 15-20 à PARIS 1000 personnes soignées
chaque mois)
Le Lions Clubs International est le plus important Club Service International à vocation humaniste
du monde, doté du statut consultatif à : ONU - UNESCO - UNICEF - OMS - FAO - Conseil de
l'Europe présent dans 212 pays, il regroupe 1 300 000 membres dans 45 000 clubs.
En France 1300 clubs réunissent 33 000 Lions, hommes et femmes d'origines sociales, religieuses
et politiques variés, unis par le grand idéal du service et de l'action de solidarité humanitaire et
humaniste dans l'amitié et la fraternité.
La prochaine action hivernale du Lions Club Bruyères Gérardmer aura lieu le 14 mars.
Il s'agira cette fois d'emmener des handicapés moteurs pour une balade en chiens de traineaux. Cette « expédition polaire » en sera également à sa 4e édition, les précédentes ayant connu un fort
succès.

19:49 Publié dans Actualités, Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

Costa Concordia

http://www.kizoa.com/slideshow-maker/d2197002k3297031o1/costa-concordia

Cliquez sur le lien, un beau bateau pour une triste fin...

18:57 Publié dans Actualités, Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

05/01/2012

Saint-Dié-des-Vosges : du haut de gamme sur le site de l'ex Banque de France

Il en était question depuis des mois. La mairie vient de faire connaitre la nouvelle. C'est fait ! Un nouvel hôtel-restaurant haut de gamme devrait prochainement ouvrir ses portes sur le site de l'ex Banque de France.

 

P1000018.JPG

Le très beau bâtiment de l'ancienne Banque de France, quai Carnot à Saint-Dié-des-Vosges

 

Un compromis, en vue de céder la Banque de France à la SAS « la Cascade », a été signé dans un premier temps à Paris par Jean-Claude Luttmann, représentant de la  SAS « la Cascade », puis dans un deuxième temps à Saint-Dié-des-Vosges par le Maire Christian Pierret, en présence de la première adjointe, Lovely Chrétien, et du notaire, Maître Marie-Pierre Tabary. 

Signature_Banque_2.jpg

C'est signé !

La SAS « la Cascade » s’engage à réaliser dans le bâtiment actuel un Hôtel-Restaurant haut de gamme 4 étoiles proposant de la cuisine gastronomique. L’hôtel abritera 21 chambres, puis une trentaine de chambres supplémentaires seront envisagées dans la future extension. Les travaux commenceront dès que la signature définitive de l'acte de vente sera effectuée, c'est-à-dire et au plus tard, en septembre prochain. Plusieurs emplois devraient donc être créés à Saint-Dié-des-Vosges.

 

18:13 Publié dans Actualités, Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

12/12/2011

Saint-Dié-des-Vosges : 34 bijoux, parmi les joyaux de Braque

Sur le grand livre d'or du musée Georges-Braque- Métamorphoses de Saint-Dié-des-Vosges, la dédicace du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, de passage à l'occasion du FIG, exprime admiration et gratitude.

Dédicace F. Mitterrand.jpg

 

 

Georges-Braque, ici sur une photo, empruntée sur le Net, un artiste, un homme simple et gentil que la guerre marqua profondément.

georges_braque.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enchantement. Comment ne pas l'être en découvrant dans l'écrin protégé de la Tour de la Liberté la remarquable collection, réalisée par le maître lapidaire, le baron, Heger de Loewenfeld, seul autorisé par Georges Braque a reproduire son travail artistique sous différentes formes, dont des bijoux qui forcent chaque jour davantage d'émerveillement.

Conservateur du Musée Georges Braque-Métamorphoses, à titre bénévole, Armand Israël ne pouvait trouver collaboratrice plus précieuse que Michèle Lemaître, officiellement désignée Conservateur du Musée Georges-Braque-Métamorphoses. Parler de Georges Braque avec Michèle Lemaître, également bénévole, c'est ouvrir un grand livre en trois D, pour y aborder les périodes du « Patron ». Et, au travers ses différentes périodes artistiques, de rendre à Braque, ce qui appartient à Braque.

Discret, l'homme dispose de talents éclectiques. Impressionniste, peintre, graveur, sculpteur, il s'adonne avec bonheur au collage... Il passera d'un fauvisme pur, au cubisme. Expression picturale, dont on s'accorde aujourd'hui à enfin admettre qu'il en fut à l'origine. Le cubisme, c'est d'abord Georges-Braque ! Il ira ensuite vers une époque thématique. Métamorphoses sera l'aboutissement de son exceptionnelle carrière d'artiste. Métamorphoses, dont aujourd'hui grâce au don d'Heger de Loewenfeld, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges possède une jolie partie.   

P1140094.JPG

                                         Le regard d'une admiratrice, passionnée de Georges Braque

Du bonheur, rien que du bonheur, pour Michèle Lemaître, antiquaire à la retraite, devenue conservatrice. Pour l'amour de l'art. Lorsqu'elle évoque le maître qu'elle eut la chance d'approcher alors qu'elle n'était qu'une gamine haute comme trois pommes à Varangéville sur Mer, c'est de l'attachement sincère, de la passion.

Georges Braque apprivoisa l'espace en déposant sur la toile le jeu des couleurs, dompté, sans heurts, à pinceau sûr, inquisiteur, mais paisible. Braque, l'homme modeste n'avait que faire des mondanités. Sa vie rayonnait dans son atelier. Un local que connaissait parfaitement Michèle Lemaître. La fillette qui lorgnait les oeuvres du maître a grandi. Le peintre admiré a peint de façon lumineuse et indélébile le ciel de son coeur. Braque c'est son génie, sa bataille. L'enthousiasme, et l'engagement de Michèle ne faiblissent pas d'un iota.

L'artiste né le 13 mai 1882 à Argenteuil s'est éteint en 1963. Braque peut reposer tranquille dans le petit cimetière de Varengeville-sur-Mer. Son ayant droit, Armand Israël, Michèle Lemaitre, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges, ses amis veillent sur ses oeuvres comme sur la prunelle de leurs yeux.

P1140318.JPG

Fatiha Bendahan, guide émérite du musée

À côtoyer son amie, conservatrice, Fatiha Bendahan, diplômée des métiers du livre et guide du Musée Georges Braque-Métamorphoses, a fini par attraper le « virus » Braque. Fatiha s'est plongée dans la mythologie grecque, source d'inspiration de Braque dans ses Métamorphoses. Au dernier étage de la Tour de la Liberté, les présentations rutilent.

P1140312.JPG

Quelqu'uns des bijoux à offrir ou à s'offrir !

Il est désormais possible de faire acquisitions de nouvelles pièces dérivées de l'oeuvre. Trente-quatre bijoux or et vermeil, tous portent en eux une part de l'âme du « patron », Braque.

                                                           

P1140319.JPG

Horaires d'hiver : du mardi au vendredi de 14 h à 18 h ; vacances de Noël et février, du mardi au dimanche inclus de 14 h à 18 h. Tour de la Liberté à Saint-Dié-des-Vosges. Musée Georges Braque-Métamorphose, tél. 03.29.55.45.04   

 

05/12/2011

Saint-Dié-des-Vosges : Saint-Nicolas sait même faire cesser la pluie !

Jusqu'en milieu d'après-midi, la pluie battante et le vent glacial avaient de quoi inquiéter la petite armée de bénévoles qui s'était mise en quatre pour préparer le grand défilé du protecteur de la Lorraine et des écoliers. C'était sans compter sur les bonnes ondes de Saint-Nicolas. On ne sait pas si c'est ce qui a retenu au départ de la rue d'Alsace les 26 chars et musiques, très en retard sur l'horaire prévu, mais l'indulgence prévaut, le moment du défilé venu, le croirez vous, miracle ! Ouf ! Il ne pleuvait plus ! Le public massé derrière les barrières Vauban pouvait enfin se réchauffer les mains et les sourires en applaudissant chaque représentation d'associations.

Difficile de les citer toutes ici sans risque d'en oublier ( pardon si c'est le cas ), mais « La Forge Saint-Hérem » du Centre équestre de Pair-et-Grandrupt ouvrant le défilé, le Petit Chaperon Rouge » de l’Institution Sainte-Marie, avec une centaine d’enfants costumés, « Blanche Neige et les Sept Nains », 5 attelages de chiens accompagnés par leurs maîtres, présentés par le  club canin de Saint-Dié-des-Vosges, « Astérix et Obélix » de la MJC Louise Michel de Saint-Dié-des-Vosges , « La Fanfare Margaritaine » et ses 15 musiciens,, « Les Américaines », du groupe de majorettes de Saint-Dié-des-Vosges, « Aladin » conduit par la Maison du XXIe siècle, le Groupe d’Entraide Mutuelle, le Centre Social de Saint Roch et le Centre Social Lucie Aubrac , « Cook Music » de Colmar avec 35 musiciens , « Alice au Pays des merveilles » de l’Ecole des Nez -Rouges de Saint-Dié-des-Vosges, avec une centaine de personnes costumées, « Pinocchio » de l’association Sporty’Gym , « Music Attack Gugga », avec une vingtaine de musiciens costumés, « Merlin l’Enchanteur » de l’Institution Notre-Dame de la Providence, « Les Romliestoss’ Gugga Musik » du Comité de la Cavalcade de Lièpvre-Rombach, composé de 30 musiciens, « Casimir et l’île aux enfants ». de la Jeunesse Plainfinoise, Fanfarenzug « Kaiserstühler Herolde » d’Ihringen, et ses 25 musiciens, le grand « Bateau sur l’Eau » de l’Amicale des Donneurs de Sang de Saint-Dié-des-Vosges, « Tintin » de Sports Adaptés–APIST,« Les Spatzawaggis », de Roderen avec 45 musiciens costumés, « Dora sur la planète Mars » du « Bonheur des Enfants ».« Les Lus Buevas » de Mulhouse avec de 45 musiciens, « Bonne Nuit les Petits » du club des Molières de Saint-Dié-des-Vosges, Fanfanrenzug « Schwarzenberger Herolde » de Waldkirch avec 40 musiciens. « Karaba la sorcière » du Service Jeunesse, le conseil municipal des Jeunes, l’Atelier des Petites Mains Créatives des Passeports Vacances, les Chantiers Jeunes de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges, Fanfarenzug « Dodderdabber » de Karlsruhe avec 40 musiciens.... et enfin sur son magnifique char blanc Saint-Nicolas accompagné des anges méritaient bien des compliments.

Pour voir les 104 photos, cliquez dans l'angle qui se soulève de l'album et pour les apprécier en plus grand format, voyez l'album en diaporama, colonne de droite

Évidemment, la calèche du vilain Père Fouettard fut sifflée à souhait et le compagnon de route de Saint-Nicolas en fut pour ses verges de bois vert, à Saint-Dié et sur toute la Déodatie, tous les gamins sont adorables, et en tous les cas, feront beaucoup d'efforts pour le devenir. Que du bonheur, parfumé aux effluves de vin, de jus de pommes chauds, de marrons, et de churos dorés à souhait sur différents stands installés dans la rue ou à quelques pas sur le marché de Noël. Saint-Nicolas qui ne manque pas de bonnes manières saluait le maire, Christian Pierret et la tribune officielle, avant de rejoindre le parvis de la cathédrale d'où il exprimait son contentement de savoir les écoliers si sages et d'inviter chacun à la douceur de vivre. L'évêque de Myre disparaissait alors comme par enchantement dans la cathédrale d'où promis, il réapparaitra dans un an ! Le feu d'artifice, un peu gêné par la bruine et les rafales qui reprenaient embrassaient la nuit en éclairant d'étoiles les yeux des petits et des grands gosses.

 

163smd.gif

 

De mini-concerts avec Fanfarenzug « Schwarzenberger Herolde » de Waldkirch et Kaiserstühler Herolde“ d’Ihringen retenaient encore les gens, heureux de pouvoir profiter de la chaleur du marché de Noël.

14:09 Publié dans Actualités, Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

04/12/2011

Bruyères : les gendarmes musclent la surveillance

Le problème est récurrent. La période des fêtes attise la convoitise de malfrats toujours à l'affut d'occasions de nuire et qui profitent souvent de la nuit qui tombe tôt pour commettre des méfaits, parfois graves de conséquences. À pareille époque, la brigade de Bruyères accentue ses surveillances autour des magasins. Cette action, dirigée dans un but de prévention des vols et braquages est menée durant tout le mois de décembre et sera poursuivie après le premier janvier.

P1140223.JPG

Cette année, compte tenu de la crise et de plusieurs facteurs conjoncturels, notamment celui du prix du rachat de l’or, l’accent sera également porté sur les bijouteries, particulièrement visées dans certains endroits. Dans un premier temps, les commerçants sont contactés. Chacun disposera individuellement des recommandations et recevra aussi une notice contenant quelques conseils éclairés. Sachant que les patrouilles existent, les boutiques connaissent dès maintenant la marche à suivre à cas d'inquiétudes. Cela, dit la sécurité reste l'affaire de tous et se nourrit du civisme de chacun. Les gendarmes n'ont pas le don d’ubiquité et ne sont pas devins. Signaler un fait étrange, ou une présence anormale ne peut que contribuer à davantage de tranquillité pour tous.

28/11/2011

Une petite vidéo

Instructif, la fabrication d'un pneu Michelin.

http://www.gravurecaoutchouc.com/article-23008581.html

Cliquez sur le lien.

10:26 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

14/11/2011

Achats en ligne, attention aux arnaques !

Les fêtes approchent, vous allez peut-être faire des achats en ligne. C'est bien, c'est pratique et moderne.1-maisons-bretonnes-08.jpg

Mais, malheureusement, il arrive parfois des mésaventures, plus ou moins graves. C'est pourquoi la Gendarmerie nationale rappelle quelques conseils pour limiter les risques de se faire arnaquer lors de vos opérations sur internet.

Adhérez au service « e.carte » de votre banque. Elle délivre un numéro de carte unique à chaque transaction. Renseignez vous auprès de votre banque.

Prenez un nom d'utilisateur et un mot de passe différents pour chaque site. N'effectuez des achats que sur des sites connus. Vérifiez la fiabilité du site (cliquer sur le cadenas pour obtenir les informations sur le certificat). Consultez les mentions légales. Conservez les e-mails de confirmation d'achat. Évitez les achats à l'étranger. Préférez les sites sécurisés (https = secure).

En tous les cas, soyez vigilant, lorsque des propositions semblent vraiment trop avantageuses, elles peuvent cacher une escroquerie. Sur internet, au téléphone, comme dans la rue, n'importe où ailleurs, il convient d'observer des règles de prudence.

22/10/2011

Fabrication du papier hygiénique en Chine : sans commentaires...

Le Papier hygiénique.pps

Cliquez sur le lien

10:12 Publié dans Dossiers spéciaux, Humeur |  Imprimer |  Facebook | |

16/10/2011

Bruyères : résultat du concours du musée Henri-Mathieu

Concours « Les 2 font la Paire »

Sont classés premiers :

Mme et M. Bernard Absalon - 88110 Vexaincourt ; Danielle Hombourger - 88430 Gerbépal ; Nicole Morandi - 88600 Bruyères.

 4ème Frédéric Chassel et Laurence Holveck - 88460 Faucompierre.

5ème Huguette Freismuth - 88600 Bruyères ; Emmanuelle Beauné - 01500 Ambérieu en Bugey ; Claude Michel - 88500 Mirecourt

8ème Mme et M. Robert et Annie Faccini - 88600 Vervezelle.

9ème Hugues et Victor Serreau - 13600 La Ciotat.

 

Cliquez dans un angle de l'album

Concours « Le meilleur Observateur »

1ère Nicole Morandi - 88600 Bruyères.

2ème Mélanie Schmittinger - 88600 Bruyères ; Claudine Fruchard - 88700 Rambervillers.

4ème Gwenaëlle Gatti - 88330 Damas aux Bois ; Nicole Michel - 88500 Villers.

6ème Mme et M. Robert et Annie Faccini – 88600 Vervezelle.

Un courrier avec les récompenses sera adressé prochainement à tous par les organisateurs qui remercient vivement l’ensemble des participants.

 

08:29 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

07/08/2009

Bruyères : Jean-Claude Balland propose ses services pour aider à retrouver une meilleure forme

P1200299.JPGL'installation de Jean-Claude Balland au n° 28 de la rue Abel Ferry à Bruyères ne passe pas inaperçue. Pas mal de monde a même déjà trouvé à cette adresse une réponse à des petits problèmes de santé quotidiens. Bruyèrois d'origine, âgé de 59 ans, Jean-Claude Balland ne prétend pas guérir les maladies. Il invite raisonnablement à une bonne hygiène de vie et à ne pas se couper de la médecine traditionnelle. Mais, il assure que fort de son expérience d'avoir soulagé des collègues antiquaires, il peut apporter une aide appréciable par imposition des mains. Et ainsi, par don de magnétisme, stimuler l'énergie de chacun. Les migraines, les jambes trop lourdes, les soucis articulaires sont alors traités de façon naturelle. L'opportunité d'ouvrir un cabinet au pied de l'Avison dans un local désiré s'étant présentée, Jean-Claude Balland propose donc ses services sans rendez-vous du lundi au samedi de 9 h à 12 h et de 15 h à 19 h sur rendez-vous. Selon les cas, chaque séance dure de 20 minutes à près d'une heure et coûte 20 €. 

 Tél. 03 29 52 28 05 

17:07 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

04/08/2009

Biffontaine : Jean Bianchetti à Cassino

 

Lors de la commémoration à San'Angelo, hameau de Cassino, du 65éme Anniversaire de l'effondrement de la ligne " Gustaw ", le Vosgien, Jean Bianchetti était invité.  

 

le colonel de Vito avec Jean Bianchetti jb.JPG

 Il a alors rencontré, parmi les personnalités, le Colonel de Vito, commandant la base américaine à Gaeta.

Jean Bianchetti prenait la parole à la suite des autorités dans les termes résumés qui suivent : « Je remercie les autorités de la ville de Cassino de me donner la parole pour vous transmettre le message de Denis Henry, maire de la commune de Biffontaine, dans les Vosges en France. » Invité, excusé pour raisons professionnelles.

« Je le répète sans cesse dans mes discours, il n'est pas plus difficile de s’aimer que de se détester, même si la couleur de notre peau est différente, même si notre Dieu n'a pas le même nom. Le sang qui coule dans nos veines à la même couleur pour tout le monde. Une seule arme devrait être de rigueur : Notre Coeur. » « C'est avec un pincement au coeur que ce dimanche, je percevrais dans le silence, sur le pont du fleuve Gari et les trente coups de la » Cloche de la Paix qui, comme tous les soirs, résonnent vers le monde entier pour rappeler la mémoire de toutes les victimes civiles et militaires » Jean Bianchetti terminait ainsi son message de fraternité : « Rappelez-vous l'inauguration de ce monument au 100éme Bataillon le 20 mai 1992, une délégation d' Hawaii était présente. Aujourd'hui, nous devons avoir une pensée particulière pour John Tsukano, Lizo Honma et son épouse Yvonne, Ben Tamashiro, Stanley Akita, Rudy Tokiwa, Wallis et son épouse Catherine. Ces Héros Américains Nisei, étaient nos amis de Cassino ou de Biffontaine. Nous ne les reverrons plus. Ils sont décédés.

Alors, tous ensemble s'il vous plait, écoutons cette merveilleuse musique de l'Au revoir Aloha. Trois minutes de notre vie, c’est peu, pour l'amitié. Pour le souvenir. Pour un monde en Paix.»

Il faut savoir ou se souvenir que chaque année, depuis 1992, la municipalité de Cassino dépose une grande couronne qui est, depuis cette année, lancée dans le fleuve Gari infranchissable en 1944, afin d'honorer les milliers de combattants des 30 nations. Des paniers entiers de fleurs sont également lancés, depuis le haut du pont.

Un moment des plus émouvants vécu avec intensité par Jean Bianchetti et tous les participants.

 

Remerciements à Jean Bianchetti pour l'info et la photo.

09:27 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

15/07/2009

Bruyères : le 14 juillet 2009 avec nos vétérans américains

Ce nouvel album contient 127 photos qui montrent l'essentiel de la journée du 14 juillet 2009 avec les vétérans et les hôtes américains à Bruyères. Pour tourner les pages, cliquez dans un angle.         

                                                                                       

Pour voir les photos en détails et numérotées, retrouvez cet album  avec " 442 RCT " en couverture dans la colonne de droite. Vous pouvez alors voir l'ensemble en diaporama à la vitesse que vous choisirez.  Si vous souhaitez une photo, c'est tout simple et gratuit, envoyez un courriel avec l'indication de la ou des photos désirées : tomasi.josee@wanadoo.fr

 

 

11:52 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

Amitié franco-américaine : les vétérans sont revenus sur les pas du Bataillon-Perdu.

Les photos de cet album concernent l'essentiel de la journée de lundi 13 juillet 2009 sur le canton de Brouvelieures.

Cliquez sur un angle de l'album pour faire défiler 105 photos montrant là une partie du voyage des Vétérans américains dans les Vosges du 11 au 15 juillet 2009.

Ce grand voyage a été organisé par Lawson Sakaï, président et fondateur de l'association des Amis et Familles de Vétérans Nisei. Lawson Sakai est également représentant de l'association JAVA (association des vétérans japonais américains. Les vétérans et leurs proches sont arrivés à Paris samedi 11 juillet. Hervé Claudon et Gérome Villain ont veillé à la bonne marche de ce grand périple. Les deux jeunes vosgiens qui parlent parfaitement l'anglais ont servi de guides attentionnés pour ces visiteurs, pour certains très âgés.

Samedi, tous sont notamment allés au cimetière américain d'Epinal. Puis, ils ont déjeuné à la ferme auberge Remy à Laval. L'après-midi, ils sont allés sur les Hautes Vosges, sur la route des crêtes et revu des hauts lieux de la 36e DIUS. À Biffontaine sur le site de la Borne 6, puis à Brouaumont où ils ont découvert l'ancienne scierie. Plus tard, au Haut - Jacques puis à Fremifontaine des cérémonies étaient organisées devant les monuments du Souvenir. Plus tard encore, les hôtes américains ont soupé d'un repas campagnard avec barbecue organisé à la salle intercommunale de Belmont. Ils se sont ensuite dirigés vers Bruyères où ils étaient attendus pour la retraite aux Flambeaux et les feux d'artifice.

Pour voir les photos en détails et numérotées, retrouvez l'album avec les deux drapeaux en couverture dans la colonne de droite. Vous pouvez alors voir l'ensemble en diaporama à la vitesse que vous choisirez.  Si vous souhaitez une photo, c'est tout simple et gratuit, envoyez un courriel avec l'indication de la ou des photos désirées : tomasi.josee@wanadoo.fr

 

 

00:07 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

14/07/2009

Amitié franco-américaine.

P1200793.JPGEn attendant que la girafe fasse le tri dans ses photos de quoi faire patienter les accrocs d'infos ! :-)

Gérôme Villain et Hervé Claudon souhaitent partager ce reportage de France3, publié le lundi 13 juillet 2009. Il commence à 3.00 minutes. 

http://jt.france3.fr/regions/popup.php?id=b54a_1920&v...

Cliquez sur lundi 13 juillet 2009

21:21 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

01/06/2009

Secteur Bruyères et Brouvelieures : la déchetterie bientôt opérationnelle !

Il en était question depuis fort longtemps et les habitants du secteur de l'Avison l'espéraient. Une déchetterie va ouvrir ses portes. Benoît Jourdain, président du Sicovad présent pour une réunion de chantier mettait l'accent sur l'importance d'une telle réalisation. En charge de la gestion des ordures ménagères pour le compte de 80 communes situées dans dans la région d'Epinal, soit une population de 117 500 habitants le Sicovad est un syndicat mixte qui gère aujourd'hui 8 déchetteries. Trois ont été construites et financées par le Sicovad : Epinal-Razimont, les Forges et Arches. Cinq ont été mise à la disposition du Sicovad par des collectivités adhérentes : Saint-Nabord, Lépanges sur Vologne, Eloyes, Thaon les Vosges, Chavelot. Ambitieux de couvrir l'ensemble de son territoire d'exploitation, le Sicovad a pris la décision de construire à Bruyères une neuvième déchetterie. Voilà qui doit permettre à l'ensemble des habitants des cantons de Bruyères et Brouvelieures d'accéder à une déchetterie plus proche de leur domicile. Soit environ 7000 personnes concernées.

de gauche à droite sur la photo, le maire Alain Blangy, Benoît Jourdain du Sicovad, Didier Sonet directeur des services techniques de la ville, et l'adjoint au maire Yves Bonjean .JPG

Différents acteurs se sont déclarés partie prenante. La commune de Bruyères qui a acheté le terrain d'assises de la déchetterie et réalisé les réseaux. Le conseil général des Vosges qui a financé la totalité des travaux du « tourne à gauche » et qui subventionne, en partie, les travaux réalisés par le Sicovad et la communauté de communes de la Vallée de Vologne. La communauté de communes de la vallée de Vologne de Vologne qui a financé les voiries d'accès depuis la roue départementale jusqu'à la déchetterie ainsi que la traversée du ruisseau. Le Sicovad qui construit et finance la construction de la déchetterie de Bruyères. C'est donc une aire aménagée, gardiennée, connue du public qui offrira bientôt à tous les administrés, six jours sur sept, un moyen d'apport volontaire de tous leurs déchets ménagers ou assimilables non pris en compte par les services traditionnels de collecte. Et cela, avec la satisfaction écologique de savoir que la plus grande partie de ces déchets sera valorisée.

P1180569.JPG

Impossible au passage sur la D420 en venant d'Epinal ou de Saint-Dié de louper la déchetterie sise sur le territoire de Bruyères. D'une surface d'environ 2400 m2, elle se situe au lieu dit Pré de la ruelle, A nº 32, non loin pour ceux qui connaissent du croisement de l'Écrevisse et à proximité des 'étangs Monplaisir. La liste des déchets acceptés est identique à ceux réceptionnés sur toutes les déchetteries du Sicovad. À savoir ceux stockés dans des bennes métalliques : le tout-venant incinérable et non incinérable pour 30 m3 ; les gravats pour 10 m3 ; les déchets verts, les ferrailles, les cartons, les pneus, le bois, tous pour 30 m3. Quant à ceux stockés dans des conteneurs ou des aires spécifiques, on cite : le verre, les journaux et magazines, les textiles, les batteries, les huiles minérales et autres, les piles, des déchets d'activités de soins à risques infectieux, les déchets électriques et électroniques en fin de vie, les déchets ménagers spéciaux. Les professionnels (artisans et commerçants) pourront déposer leurs déchets à la condition de demander la carte DEBY auprès de SOVODEB, SEM crée à l'initiative des chambres consulaires et de SOVOTOM. Cette carte leur permet de déposer leurs déchets dans la majorité des déchetteries vosgiennes équipées du lecteur DEBY et en payant le même prix. Le maire de Bruyères, Alain Blangy, le conseiller général, Michel Langloix, le président de la communauté de communes, André Claudel, le bureau d'études Sigma, les entreprises et tous les gens présents à la réunion de chantier de mai ont mesuré l'avancement des travaux. Les aménagements sont maintenant quasi terminés. Sa surface étant inférieure à 3500 m2, la déchetterie n'est pas soumise à une déclaration spéciale. Benoît Jourdain indiquait la conception d'un quai revêtu surélevé donnant accès à 9 bennes accessibles aux usagers. Sa dimension autorise un déchargement pratique et facile des déchets dans les bennes métalliques. Véhicules et remorques jusque 35 tonnes peuvent manoeuvrer. Une plate forme revêtue est prévue pour le stockage des conteneurs (huiles, verre, papier, textiles...). Une autre plate forme revêtue est destinée aux véhicules d'enlèvement des bennes. Par mesure de sécurité, des voies de circulation et des aires de stationnement sont différenciées pour les usagers et les récupérateurs.

P1190042.JPG

Un local de gardiennage, chauffé, équipé de sanitaires d'un bureau avec téléphone, ainsi qu'un local destiné à stocker le petit outillage apporteront leurs parts de confort. Un local aménagé réservé au stockage de déchets ménagers spéciaux ne sera pas accessible au public. La déchetterie bruyèroise sera clôturée et un portail interdira l'entrée en dehors des heures d'ouverture. Éclairage, espaces verts, point d'eau et panneaux d'informations seront mis en place. La déchetterie devrait être ouverte environ 30 heures par semaine sur 6 jours, dont le samedi toute la journée et le dimanche matin. En 2008, les déchetteries du Sicovad dans les Vosges ont pris en charge un total de 17 066,33 tonnes de déchets. 18 % sont entrés en valorisation énergétique, 13,72 % en valorisation matière, 30,11 % en valorisation biologique...

P1180562.JPG

On s'en doute la facture d'une telle installation est conséquente. Le montant des investissements est réparti selon le plan de financement suivant :

Ville de Bruyères : achat du terrain d'assise de la déchetterie et réseaux : 58 170 € TTC ; Conseil Général, tourne à gauche 150 000 € TTC ; communauté de communes de la vallée de la Vologne , réalisation de la voie d'accès depuis la route départementale 420 jusque-là déchetterie et traversée du ruisseau 125 210 € TTC ; Sicovad, construction et financement, 466 440 € TTC. Soit un total de 799 820 € TTC. Le Conseil Général subventionne aussi les travaux de la communauté de communes de vallée de Vologne pour 31,80 % et le Sicovad pour 30,80 %

L'actuelle déchetterie de Lépanges sur Vologne continuera d'exister et sauf imprévu, la nouvelle déchetterie ouvrira au plus tard courant juillet ! Et maintenant... triez !

  

22:41 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

28/04/2009

Gérardmer : Des jonquilles par milliers !

AFFICHE VM OK.JPGDu ciel bleu, du soleil, un printemps fleuri, la Perle des Vosges ne pouvait espérer plus beau cadre naturel pour inviter le public à sa 44e fête des jonquilles. Des milliers de spectateurs n'ont pas boudé leur plaisir d'applaudir, filmer, photographier le corso couleur d'or. Pas moins de 30 beaux chars, dont le coq du Cercle d'animations de Bruyères, autant de formations musicales, la petite fleur jaune flirtait dimanche 26 avril avec les lumières du lac géromois.
Avec un clin d'oeil à Bourvil, Lino Ventura, Jean-Claude Rolland , Marie Dubois, Jess Hahn, Henia Suchar, Marcel Pérès, Michel Constantin... et aux Grandes Gueules du film de Robert Enrico, voici quelques photos d'une édition 2009 qui restera dans les annales des animations vosgiennes dont on se régale sans modération.
Et, il faut le dire que l'Amérique nous envie !
DSCF0042.JPG
DSCF0063.JPG
DSCF0069.JPG
DSCF0075.JPG
DSCF0077.JPG

DSCF0084.JPG

DSCF0092.JPG

DSCF0097.JPG
Plein les yeux !
DSCF0100.JPG
DSCF0108.JPG
DSCF0101.JPG

DSCF0105.JPG

DSCF0106.JPG

Et pour terminer le défilé, le char de la reine Sandra et ses dauphines Marlène et Amandine.
DSCF0107.JPG



Remerciements à Sylvie et Hervé Claudon pour les photos

06:35 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

21/04/2009

Amitié franco-américaine : un émouvant pélerinage

drapeaux français et américain [1].jpg2009, le soixante-cinquième anniversaire de la Libération de Bruyères commence de bonne heure ! Deux jeunes hommes passionnés d'histoire que l'on ne présente plus, Gérôme Villain & Hervé Claudon viennent d'avoir le plaisir d’accueillir dans nos Vosges Hideki Obayashi et sa femme Genie.
Hideki est membre actif de l’association californienne « Japanese American Living Legacy » ( lien direct dans la liste des sites amis, colonne de droite ) qui fixe la mémoire de vétérans japonais-américains combattants de la seconde guerre mondiale.


DSCF0848.jpg


Genie est la fille de Tom Nakano. Ce dernier faisait partie de la compagnie F du 442ème Régiment de combat Nisei (japonais-américains) qui libéra le secteur de Bruyères-Biffontaine en octobre-novembre 1944 et effectua un assaut héroïque dit « Banzaï charge » sur le Mont Avison alors que le combat était à son intensité maximum.

Genie & Hideki April 2009 Vosges France (12).jpg


DSCF0942.jpg
Hideki fut notamment reçu spécialement par le surintendant du cimetière d’Epinal où douze soldats Nisei sont encore aujourd’hui inhumés.

DSCF0985.jpg


Lors de cette visite le petit groupe eut la surprise et le plaisir de rencontrer Gail Harada de Hawaï guidée jusque là par des amis alsaciens. Elle est la fille de Saburo Harada qui combattit en automne 1944 dans une section Anti-char du 442ème RCT.

DSCF0957.jpg

Comme l’explique Thomas Cavaness, les visites de japonais-américains sont occasionnelles en France mais cette semaine le hasard en a décidé autrement puisque c’est en compagnie d’Hideki que nous avons reçu et guidé Noël Okamoto et sa fille Vicky dans la découverte des environs. Noël est âgé de 86 ans.

P1010001.JPG


Noël combattit au sein de la 232ème compagnie du génie du 442ème RCT. Il eu la douleur de perdre son sergent de peloton et un collègue conducteur dans le premier jour de l’attaque de Bruyères. Il fut blessé en avril 1945 lors de la campagne de la ligne Gothique en Italie peu de temps avant l’armistice.
Genie & Hideki April 2009 Vosges France (10).jpg

DSCF0998.jpg



P1010008.JPG


Hideki et Genie restèrent une semaine dans nos Vosges où ils visitèrent tous les sites touristiques du secteur et profitèrent des beautés locales avec une météo de printemps des plus favorables.

DSCF0797.jpg


L’accueil vosgien semble leur avoir séduit puisqu’ils parlent de revenir…


Remerciement à Hervé Claudon et Gérôme Villain pour l'information et ces magnifiques photos très touchantes.

10:40 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

23/03/2009

Communiqué du père Jean-Paul Mathieu, évêque de Saint-Dié

J’aime mon Église parce qu’elle porte l’Évangile !

Émotion, perplexité ! Tout le monde s’en est mêlé, personnalités politiques, leaders d’opinion et autres : l’on s’en prend à notre pape Benoît XVI, après la levée d’excommunication des 4 évêques de la Fraternité Saint Pie X, et désormais pour avoir parlé du préservatif. Autant de domaines où les nuances apportées par le pape n’ont pas été perçues, et où les simplifications se sont multipliées. Je ne ferai pas ici de nouveaux commentaires : ils ne manquent pas !

Je dirais seulement que la levée d’excommunication n’est que le début d’une réconciliation possible où tout un chemin reste à faire. L'Évangile nous invite à la réconciliation en vérité ! Il va de soi que les propos négationnistes ne sauraient à aucun moment être tolérés.

À propos du préservatif, la fidélité dans le couple est un idéal auquel invite l'Église ; ce n’est pas une valeur dépassée. Mais il vaut mieux utiliser le préservatif pour ne pas transmettre le Sida plutôt que de devenir criminel ou suicidaire. L'Église est aussi engagée dans l‘accueil, l’accompagnement et le soin des personnes touchées par le SIDA. Elle est la première organisation privée de soins aux malades (44% sont des institutions d'État, 26,70% sont des institutions catholiques, 18,30% sont des ONG et 11% d'autres religions. Source CEF).

L'Évangile appelle aussi à l’écoute. Dans ce contexte d’une médiatisation maladroite, je voudrais être à l’écoute de tous les vosgiens qui ont quelque chose à dire à l’Église.
Je crois utile de permettre à ceux qui sont émus et s’interrogent de s’exprimer. Ils peuvent m'écrire. Plusieurs m’ont déjà dit leur souffrance, voire leur colère. Je lirai tous les courriers, même si je sais que je ne pourrai répondre à tous. De ces lettres, j’espère pouvoir faire une synthèse utile, notamment auprès des jeunes que ces questions concernent au plus haut point.

Il me semble nécessaire, pour annoncer Jésus-Christ, d’être attentif aux préoccupations de tous ceux qui sont touchés par une mauvaise communication de la part de l’Église, mais aussi et de façon plus constante, de prêter l’oreille à tant de souffrants de notre société mondialisée, qui restent le plus souvent silencieux.

Pour écrire à l’évêque :
Père Jean-Paul Mathieu - Évêché
7 rue de la Préfecture - 88 000 Épinal
Courriel : peremathieu@saint-deodat.net

08:17 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

11/03/2009

Bruyères : réunion des aides à domicile de l'ADAPAH

Si le grand public connait plutôt bien la maison de retraite du home du Cameroun, propriété de l'ADAPAH des Vosges rue de Vielsalm à Bruyères et en cours de restructuration totale, l'éclairage est moins souvent porté sur l'action phare de l'aide à domicile. Une véritable fourmilière de femmes et d'hommes dévoués à d'autrui. Un peu d'histoire, l'ADAPAH se trouve dans le peloton de tête parmi les plus anciennes associations de services à la personne des Vosges.

P1140892.JPG

Mardi 10 mars 2009, l'ADAPAH réunissait les aides à domicile du canton bruyèrois au relais de la cité. Il s'agissait, comme cela peut être ponctuellement le cas, d'une prise de contact avec les différents responsables, dont le président François Thiriat et Sandrine Behra, responsable de secteur. L'occasion était donnée de rappeler les vues associatives.
Depuis son ouverture en 1963, l'ADAPAH ( Association départementale d'Aide à la Personne, aux personnes Agées et personnes Handicapées ) a été reconnue d'utilité publique et a acquis une réelle expérience dans le domaine de l'intervention à domicile en proposant un large panel de prestations aux personnes retraitées, handicapées ou en activité. On cite : ménage, repassage, bricolage, jardinage, garde d'enfants à domicile, téléassistance, courses, accompagnement, aide à la toilette, aide à la préparation des repas...
Aujourd'hui l'ADAPAH emploie plus de 600 salariés au service de la population vosgienne. Ce travail est devenu un véritable métier qu'il convient de reconnaître à sa juste valeur. C'est la raison pour laquelle depuis plus de 4 ans, l'association a mis l'accent sur la formation de son personnel. Plus de 50 % du personnel est qualifié. Sur le canton de Bruyères ce sont 19 aides à domiciles de l'ADAPAH qui interviennent auprès de 115 bénéficiaires âgés, en situation de handicap ou auprès de familles. Leurs compétences sont reconnues. La rencontre de mardi permettait à chacune d'évoquer son quotidien, ses possibles soucis et interrogations. Sachant que la discrétion demeure une de leurs qualités premières. Toutes ici sont sous la responsabilité de Sandrine Behra, qui est la référente locale sur le canton et qui accompagne les personnes qui souhaitent les services de l'association dans les différentes étapes pour obtenir une aide à domicile. Cela, de la constitution d'un dossier d'aide financière à la mise en place de la prestation. Sandrine Behra se tient à l'écoute de chacun.
Elle est joignable du lundi au vendredi de 8 h à 12 h et de 13 h 30 à 16 h 30 au 03.29.35.77.33.
Pour tout renseignement, contacter l'ADAPAH au 03.29.35.23.06

ADAPAH LastScan.jpg


15:52 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

03/03/2009

Bois de Champ prend un virage sur la sécurité

La pugnacité du maire Jacques Caverzasi à enrayer, voire de faire cesser une succession d'accidents de la circulation sur sa commune a fini par atteindre un premier objectif. Il fallait en effet faire accepter par toutes les autorités concernées l'absolue nécessité de reconstruire une partie de la RD 420 sur la traversée du village. Mais aussi de réaliser différents aménagements urbains. P1140414.JPG
Beaucoup de monde pour cette inauguration
P1140417.JPG


" Moi c'est Christian et toi mon garçon ? "

P1140422.JPG









La présence samedi 28 février 2009 à Bois de Champ de hauts responsables, dont le tout nouveau préfet des Vosges, Dominique Sorain, le président du conseil général des Vosges, le sénateur, Christian Poncelet, le député, Gérard Cherpion, des autorités civiles, et militaires, indique si besoin en était toute l'attention portée à ce problème sécuritaire.

P1140432.JPG

P1140434.JPG

Et hop, un p'tit bout de ruban tricolore pour chacun !

P1140435.JPG
Après l'inauguration et une visite de terrain des réalisations les hotes du jour se retrouvaient en mairie. Avec une sincère émotion, Jacques Caverzasi évoquait les mois passés. « Notre petite agglomération érigée en virages successifs a vu deux poids lourds couchés en sortie de courbe, un nombre incalculable de véhicules légers en perte de contrôle, avec pour l'un d'eux des tonneaux effectués devant la mairie. Ces accidents heureusement sans victime passent inaperçus, sauf pour la population riveraine, en proie à la crainte de l'irréversible pour leurs familles. Bien plus douloureux en sortie de village, les décès de cet enfant de 6 ans et de son père. Ou encore au même endroit cet automobiliste resté prisonnier durant 3 jours dans sa voiture accidentée, avant d'être découvert au fond du ravin. Même lieu, la population locale se souvient avec effroi du bus scolaire occupé par nos enfants qui percuté de face par une automobile s'est couché dans le ravin, engendrant des conséquences corporelles aux deux conducteurs. Bois de Champ est située dans une vallée de zone de montagne, particulièrement boisée, avec pour conséquences des chaussées humides, forcement verglacées en hiver et propices aux accidents de la circulation avec pour origines le non-respect des règles de vitesse. Sensibilisé on le serait à moins, le conseil municipal a décidé de l'unanimité d'aménager la traversée du bourg... » dira le premier magistrat.
P1140450.JPG

Ainsi, il fut décidé la réfection et la création de trottoirs, la réalisation d'emplacement pour sécuriser le stationnement, l'aménagement d'aires d'arrêts de bus scolaires; l'aménagement de dispositifs de rétrécissement de la chaussée afin de tenter de réduire la vitesse, la création d'un assainissement pluvial pour canaliser l'eau sur la chaussée, le renforcement et l'enfouissement des réseaux électriques et téléphoniques et enfin l'enfouissement de gaines permettant l'alimentation d'un éclairage public, pour un coût d'aménagement de 201 194 € HT et de 64 308 € HT pour ce ce concerne l'enfouissement et le renforcement des réseaux EDF et France Télécom.
À la décision des travaux, la 420 se trouvait être une RN d'où l'origine de la dotation globale d'équipement de 62 861 €, plus après intervention du député Cherpion, une dotation exceptionnelle de 10 000 €, alors débloqués par le ministre de l'Intérieur de l'époque Nicolas Sarkosy. Le Département mettait la main à la poche pour 62 178 € pris sur les fonds des amendes de police. Plus 8700 € de subvention pour la création de l'assainissement pluvial, ainsi que la somme de 5700 € à titre exceptionnel.
P1140452.JPG

On parle forêt vosgienne !
P1140454.JPGPour la petite histoire, en cours de travaux il fallut revoir les plans d'accès à la mairie et les rendre conformes à l'obligation d'accès aux handicapés.
P1140462.JPGP1140464.JPG
P1140468.JPG

Jacques Caverzasi ne manquait pas de remercier ceux qui ont apporté leur concours. Et de saluer Jean-Marie Jeandin ancien conseiller municipal qui a tenu à suivre avec la nouvelle équipe municipale les travaux qu'il avait votés au précédent mandat. Le conseiller Thierry Cherrière qui fut lui aussi très présent était également salué. Le concours des services de l'Équipement à Bruyères, puis de la subdivision de Saint-Dié, en particulier le travail mené par Mme Lidlet responsable du service d'appui territorial, et par M. Droin qui suivit le chantier fut très apprécié. Le maire tenait au passage à rendre encore hommage aux gens de l'ONF et des services de secours départementaux dont le travail est tout simplement remarquable. Les entreprises Houillon, Citéos, Voignier, EDF, France Télécom, le syndicat d'électrification rurale n'étaient pas de reste pour les compliments. Le député, le président du Sénat, le préfet disaient tour à tour leur contentement de l'initiative prise à Bois de Champ. « La sécurité c'est l'affaire de tous ! » martèlera encore Christian Poncelet.
P1140490.JPG P1140494.JPGP1140496.JPGP1140461.JPG
P1140501.JPG

20:10 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |

02/03/2009

Bruyères : CLIC à la carte !

Comment fonctionnement les CLIC Vosgiens et quelle est l'activité du CLIC de Bruyères et de Neufchâteau ?

Tout d'abord, qu’est ce qu’un CLIC ?
Au nombre de six, les CLIC Vosgiens assurent une mission de service public pour le compte du Conseil Général, qui en est le financeur majoritaire. Le CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination gérontologique) intervient sur un territoire
cantonal déterminé. C’est un service de proximité, pouvant intervenir à domicile.

P1140387.JPG
De gauche à droite sur la photo, Martine Gimmillaro, conseillère générale du canton de Rambervillers, son collègue Michel Langloix, vice-président du Conseil-Général des Vosges et conseiller général du canton de Bruyères, Sylvie Sombret, directrice de l'ensemble hopital de l'Avison et maisons de retraite, Gilles Chabrier, vice-président de l'Ordre des Pharmaciens en Lorraine et présent à ce titre à la présentation de la nouvelle carte CLIC. Egalement, et en avant-première, un très beau manuel d'information édité par le Conseil Général se révèle être un véritable guide pratique du senior vosgien.

Les CLIC proposent une aide individualisée, gratuite (pour l’usager et sa famille) et confidentielle :
- à l’ensemble des personnes âgées de plus de 60 ans, valides ou en perte d’autonomie qui vivent à
domicile,
- à leur entourage : famille, voisins, bénévoles …
- aux professionnels médico-sociaux du territoire.

Les missions d’un CLIC
Créés en 2001, les CLIC se sont installés progressivement sur le département : 3 ont été créés en 2002,
1 en 2004 et les 2 derniers en 2005. Ils sont gérés par un CCAS, un hôpital ou encore une association.
L’ensemble du territoire départemental est donc couvent par l’un des 6 CLIC.
En 2008, 2 401 personnes âgées vosgiennes ont bénéficié de l’intervention d’un des 6 CLIC (soit une
augmentation de 15 % par rapport à 2007) pour des demandes liées à :
- la vie quotidienne ;
- l’accès aux droits ;
- l’évaluation des besoins ;
- la mie en place d’un plan d’accompagnement personnalisé ;
- l’amélioration de l’habitat ;
- l’accès aux soins.
Les CLIC sont également des observatoires attentifs des problématiques liées à la vieillesse sur leur territoire. Ils sont notamment amenés à mettre en place des actions de prévention et de sensibilisation du grand public, de soutien aux aidants naturels, et de professionnalisation des acteurs du domicile. Ils participent ainsi à la dynamique du territoire. Enfin, depuis 2005, les CLIC sont identifiés comme « référents » dans l’analyse des situations de risque ou de maltraitance à domicile des personnes âgées. Plus de 200 dossiers gérés en 3 ans et 71 en
2008.

Les moyens humains d’un CLIC :
Pour mener à bien ces différentes missions, une équipe pluridisciplinaire composée de trois personnes : 1 secrétaire, 1 travailleur social et 1 infirmier ou cadre de santé travaillent au CLIC.

Une action de communication nouvelle :
P1140394.JPG

Depuis leur installation, les CLIC Vosgiens ont le souci de communiquer sur leurs missions. Cependant, le Conseil Général a souhaité renforcer la connaissance de ce service auprès des usagers et de leurs familles. C'est pourquoi une action originale de communication va être menée, en partenariat avec l’Ordre régional des Pharmaciens, et 2 des 6 CLIC Vosgiens.
· d’une part le CLIC Entre Montagne et Mortagne sur les cantons de Bruyères et Rambervillers,
· et d’autre part le CLIC de la Plaine des Vosges sur les cantons de Neufchâteau et Bulgnéville.
L’action prévoit que les pharmaciens remettent à leur clientèle âgée une carte (format carte de visite) qui renseigne sur le CLIC et qui permet d’indiquer les coordonnées du pharmacien, du médecin et de la personne ressource de la personne âgée. Le pharmacien prendra quelques minutes pour expliquer de ce dont il s'agit.
Clic.jpg



Données plus spécifiques sur le CLIC Entre Montagne et Mortagne installé à Bruyères :
Ce CLIC est opérationnel depuis février 2005; il est géré par l’hôpital de l’Avison et la direction est assurée par Mme Sombret. Le CLIC couvre les 5 cantons suivants : Bruyères, Brouvelieures, Rambervillers, Corcieux et Gérardmer.
En 2008, le CLIC Entre Montagne et Mortagne a accompagné 297 personnes, dont 41% habitant le canton de Bruyères et 20 % habitant sur le canton de Rambervillers. Le canton, de Bruyères regroupe 30 communes, 3 485 personnes âgées de 60 ans et plus y vivent dont 1375
personnes de 75 ans et plus.
En 2008 :
· Le CLIC est intervenu sur 26 des 30 communes de ce canton, 121 personnes ont été aidées soit 2,59¨% de la population âgée de 60 ans et plus (chiffre stable par rapport à 2007).
· 73% des personnes aidées sont âgées de 60 ans et plus et 28 % de 75 ans et plus
· La moyenne d’âge d’une personne aidée par le CLIC est habitant sur ce canton est de 79 ans.
Le canton, de Rambervillers regroupe 29 communes, 2 975 personnes âgées de 60 ans et plus y vivent dont
1081 personnes de 75 ans et plus.
En 2008 :
· Le CLIC est intervenu sur 18 des 30 communes de ce canton, 59 personnes ont été aidées soit 1,46% de
la population âgée de 60 ans et plus (chiffre en augmentation par rapport à 2007).
· 78% des personnes aidées sont âgées de 60 ans et plus et 22 % de 75 ans et plus
· La moyenne d’âge d’une personne aidée par le CLIC est habitant sur ce canton est de 78 ans.

16:22 Publié dans Dossiers spéciaux |  Imprimer |  Facebook | |