Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2012

Rambervillers : Chante la vie à plein choeur !

Belle soirée que celle proposée à la Maison du Peuple de Rambervillers par la chorale Chante la Vie. On sait la qualité de cet ensemble de choristes de Romont, mais cette fois la représentation avait l'avantage de proposer un programme spécial anniversaire. Comme l'annonçait en préambule la présidente associative, Fabienne Lainte-Boulay, il s'agissait de célébrer dignement le quinzième anniversaire de cette formation conduite par le chef Emmanuel Paris. 

P1170034.JPG

Très vite le public appréciait la prestation vocale et les jeux scéniques d'une première partie débutée par une jolie rétrospective. Les petits cafés, Chariot, Quand on a que l'amour, tous les cris, les SOS, vivre pour le meilleur, Harley Davidson, L'envie, L'effet papillon... conduisaient vers une seconde partie dont les surprises demeurent à préserver. À aucun moment le panel des chants choisis ne laissait place à l'essoufflement. Sur scène et dans la salle comble, personne ne boudait son plaisir.

P1170049.JPG

Le rappel et les applaudissements soutenus récompensaient Chante la Vie à qui l'on espère un long chemin musical. chapeau étoile.gif

 

08:18 Publié dans Arts, littérature... |  Imprimer |  Facebook | |

02/06/2012

Vosges : " Le " Claude fait Chevalier des Arts et des Lettres

Seuls les plus coincés iront prétendre le contraire. Not' Claude, oui « le » Claude, enfin on l'a compris, Claude Vanony est aux Vosges ce que Big-Ben est à la Tour londonienne de l'Horloge ! 

P1160878.JPG

Qualifié de « légende », par Jack Lang venu jusqu'au grand salon de l'Hôtel de Ville de Gérardmer pour honorer l'artiste de la Médaille des Arts et des Lettres, en présence du maire de la ville, l'ancien ministre de la Culture mettait l'accent sur « ... une culture populaire, d'une telle force... un art, un talent, une inventivité... et le parcours particulier d'un pur produit vosgien... » 

P1160874.JPG

Jamais récompensé officiellement jusqu'ici, Claude Vanony évoquait le souvenir de son Olympia, précisément 15 janvier 2012, lorsqu'il reçut Jack Lang venu le féliciter. « C'était la première fois qu'un politique se déplaçait jusque ma loge ! » Encore tout ébaubi, not' Claude ne s'attendait pas à la suite. Jack Lang était plus tard allé interpeller son collègue, Frédéric Mitterrand pour lui indiquer le mérite du fantaisiste. Le ministre de la Culture d'alors approuvait sans restriction l'idée de décerner une décoration au populaire Géromois. S'il a l'habitude de faire le pitre sur les planches, l'enfant du pays, né le 1 août 1935 n'en demeure pas moins doté d'une sensibilité à fleur de peau, qu'il cache le plus souvent sous quelques boutades.

S'il quitte l'école à 14 ans pour aller travailler chez son artisan de père, c'est pour une raison aussi bête que cela : « l'instituteur ne m'aimait pas et ne me trouvait pas capable d'aller au certificat d'études, il n'a donc pas voulu me présenter ! » Soit, foi de maître d'école, c'est donc dans l'entreprise paternelle de plomberie « mon père faisait un peu tout ! » que le garçon rêve de devenir pompier de Paris ou prof de sport. La vie est ainsi faite, qu'il faut parfois utiliser des chemins détournés. Il sera pompier, partira 27 mois sous les drapeaux pour effectuer son service militaire au Maroc, Il se jettera ensuite à l'eau en devenant plongeur « L'un des premiers dans les Vosges ».  Professeur de sports, il commençait à réaliser quelques spectacles avec ses potes du groupe folklorique des Menestrels. De fil en aiguille, comme on dit ici, « le » Claude se découvrait une âme de baladin. « Jean Grossier m'avait donné un rôle d'un montagnard, je portais le chapeau, une lanterne, des sabots et une pèlerine... j'ai conservé ce personnage... » 

P1160912.JPG

Un peu de théâtre, des pirouettes scéniques, des premiers sketches attiraient les rires de son public. Mais, pas son directeur d'établissement scolaire qui le somma de faire un choix. L'amuseur choisit et devint... l'artiste Vanony ! « Vous êtes un professeur de langue, de Lettres, hors pair », dira l'ancien ministre de l'Education Nationale. Et, Jack Lang de ne pas hésiter à désigner là une « vosgitude ». Mais aussi de voir chez Claude Vanony un reflet « une vraie tendresse, sans artifice, un artiste simple et direct... » 

Après 14 disque en bon vieux 33 tours, 6 CD, 3 DVD, un disque d'or en 1988 et le Prix Fernand Raynaud et des séries de spectacles qui font tous salle comble, Claude Vanony n'a pas chopé la grosse tête. Il n'oublie pas les siens, des joies, des peines, il en a connu. Pas toujours facile de conjuguer la vie de famille avec son métier. « Allez expliquer aux enfants que papa travaille le dimanche pour faire rigoler les gens... » Populaire, la comparaison avec Bourvil l'émeut. On le connait un tantinet grivois, gaulois souvent, jamais méchant. "Le" Claude il est comme cela, il arrive avec ses gros sabots, sa peau vache sur le dos, fidèle à lui-même, fidèle en amitié. Jamais cabot.

P1160901.JPG

Au moment de se voir épingler la médaille des Arts et Lettres par Jack Lang, il pose un regard embué sur son monde, sur ses proches dont un vieux monsieur assis là près de lui, Jean Grossier, tout aussi ému. « Quand on n'a pas travaillé à l'école ce n'est pas fichu, attention je ne dis pas qu'il ne faut pas travailler, mais quand on n'a rien fait, on peut réussir ! La preuve j'ai une décoration ! »

Joli pied de nez à l'ancien instituteur, qu'il faut remercier finalement. Car, sans son manque de jugement, « le » Claude, le vrai, l'unique, celui que l'on aime, parce qu'il nous ressemble, not' Claude, ben... il ne serait peut-être jamais devenu Vanony !

28/05/2012

Bruyères : un agréable moment musical

Bonne idée que celle de l'école intercommunale de la Vallée de Vologne des Arts vivants que de proposer un concert de plein air.

P1160820.JPG

Dommage que par manque de publicité, la prestation soit restée un peu trop confidentielle. Mais l'ensemble des personnes présentes n'a pas manqué d'apprécier la qualité de cette prestation des cuivres installés sur le square de la place Stanislas. 

P1160816.JPG

De la musique sous le soleil, on en redemande ! 

 

09:48 Publié dans Arts, littérature... |  Imprimer |  Facebook | |

26/05/2012

Saint-Dié-des-Vosges : La Nef, pour label régional artistique pluridiciplinaire

Qui est passé du côté du quartier Kellermann de Saint-Dié-des-Vosges aura très probablement remarqué un bâtiment atypique : la Nef. Vestige d'un passé industriel, qui pour se profiler dans le rétroviseur, n'en demeure pas moins l'une des unités de valeur du patrimoine déodatien.

La Nef, cette construction sauvée de la démolition, parce qu'encore capable de s'ouvrir sur d'autres horizons, sans renier son histoire, renaît tel le Phénix. Ce n'est certainement pas Jack Lang, ancien ministre de la Culture invité à assister à la pose d'une très symbolique « Première pierre », de ce qui se profile comme un vaste chantier d'environ un an et demi, qui allait bouder son plaisir de connaitre le devenir cet endroit hors normes. Et, ce n'est pas sans fierté que le maire Christian Pierret exposait les tenants et aboutissants de ce lieu en voie devenir un centre artistique pluridisciplinaire, très certainement unique en son genre en des lieux à la ronde.

P1160772.JPG

D'une superficie totale de 1600 m2, partagés sur deux étages, l'immense bâtiment vitré en de nombreuses ouvertures et jusqu'au toit a profité de l'action de levier engagée par l'EPFL. 420 000 € pour la mise à nu et du désamiantage, l'ensemble demeure sous l'aile de l'EPFL ( Établissement public foncier lorrain ) qui engagera 900 000 € pour de nécessaires aménagements et déboursera encore 600 000 € pour construire un parc paysager tout autour de ce point mythique qui entrera alors dans le bien commun de la Ville de Saint-Dié-des-Vosges. Région Lorraine, Conseil Général, ministère de la Culture, ANRU ( Agence nationale pour la rénovation urbaine ) apportent leurs appréciables soutiens.

dossier_nef_04.jpg

Viendra là le moment pour le Directeur de l'action culturelle et de la Nef, Géraud Didier, le temps de développer un programme défini par la volonté politique du maire Christian Pierret et son équipe municipale, dont l'adjointe à la Culture Madeleine Fève-Chobaut. « Si notre souci est bien d'ouvrir un chantier en commun avec nos partenaires fidèles, c'est en tant que théâtre pluridisciplinaire, comme laboratoire de projets innovant et comme école de formation à forte dominante musicale, que nous nous y engageons. Il s'agira de profiter du fait que l'espace de l'expérimentation artistique est justement un lieu collectif de transformation et de transmission des valeurs sensibles pour donner lieu au sens figuré, mais aussi pratique du terme à ce changement qui s'opère... » dira Géraud Didier au moment du lancement officiel du projet.

P1160770.JPG

Incontestablement du bel ouvrage qui accueillera en son sein le Centre d'éveil musical ouvert aux amateurs, aux initiatives, aux talents individuels et collectifs. La Nef sera dotée d'un grand plateau de création et de deux studios de répétitions.

_nef_06.jpg

Au-delà des missions actuellement dévolues au CEMOD, elle accueillera des groupes ou associations pour des répétitions, des productions scéniques d'artistes émergents, les résidences d'artistes, l'organisation de manifestations publiques et événements... Des concerts de plus grande envergure, des séances de cinéconcert... Les partenaires, notamment l'Espace Sadoul, engageront la diffusion des productions ou coproductions... Label de qualité artistique, La Nef déodatienne, fabrique des cultures actuelles devrait faire des envieux !

_nef_06 2.jpg

04/05/2012

Bruyères : Michel Colin offre lumières et couleurs à sa ville natale

Ceux qui ont déjà eu l'occasion d'apprécier le talent de Michel Colin ne peuvent que se réjouir. Bruyèrois d'origine ce peintre reconnu a souhaité offrir 24 de ses oeuvres à la ville et à ses habitants. Alain Blangy abordait la carrière de l'artiste lors de la présentation publique de ce don exceptionnel. « On ne présente plus Michel Colin, tant sa renommée le précède ! »

P1160347.JPG

Visiblement, heureux, le maire de Bruyères évoquait les études secondaires et supérieures, faites à Strasbourg et qui conduisirent son hôte vers l'Histoire de l'Art et la formation artistique. « Il a réussi à conjuguer, jusqu'en 1989, deux métiers : celui de peintre et celui d'enseignant en Arts plastiques. Dieu merci, pour notre plus grand bonheur, il continue d'exercer le premier. Quand je dis peintre, je fais un raccourci, car le talent de Michel Colin est polymorphe puisqu'il maitrise de multiples techniques : peintures à l'huile, pastel, gravure, lavis, aquarelle... Même si Michel Colin travaille par de grands thèmes inspirés de ses voyages en Afrique, en Bretagne, à Venise, le thème des Vosges revient toujours comme un refrain... » Comme l'expliquait le premier magistrat, Michel Colin s'est aménagé un atelier à Viménil, où il aime venir passer du temps. De sa petite enfance bruyèroise, l'artiste né le 1er octobre 1934 a conservé des souvenirs, des impressions, un regard qu'il reproduit de son crayon, de son pinceau... 

               P1160358.JPG

Avec la grande modestie qui le caractérise, Michel Colin a dit tout son attachement aux Vosges, et à son petit coin de terre natale.Toujours très actif, l'artiste s'applique actuellement à exprimer des paysages très différents. New York, mais aussi l'univers mystique et religieux l'inspirent.

À présent, les tableaux offerts orneront l'Hôtel de Ville et plusieurs lieux publics, dont le musée Henri-Mathieu. Alain Blangy remerciait encore et au nom de tous le peintre pour ce don d'une inestimable valeur artistique.

19:21 Publié dans Arts, littérature... |  Imprimer |  Facebook | |

17/04/2012

Mais comment font-ils ?

http://www.flixxy.com/worlds-fastest-magician.htm

Des tours prestigitations ahurissants...

19:14 Publié dans Arts, littérature... |  Imprimer |  Facebook | |

01/04/2012

Lépanges sur Vologne : le printemps sur une palette de couleurs

Devenu incontournable sur le calendrier des animations locales, la désormais traditionnelle et toujours très attendue, exposition de peinture de l'association Oh Azar a commencé de rencontrer son public. Le vernissage donnait l'occasion au maire de la commune, André Claudel d'exprimer tout son contentement de recevoir cette animation ouverte gratuitement au public.

P1160007.JPG

Et, au nom de sa municipalité de remercier les participants « Nous savons que ce plaisir est partagé, car ceux-ci sont fidèles à cette manifestation qui honore notre village. C'est en effet depuis 2004 que ce groupe très sympathique est venu pour la première fois afin de nous présenter ses oeuvres. Merci à Marie Bourion, Claude Laurent, Marie Laurent, Annick Pujol et également Jeanne Perret que nous accueillons pour la première fois... »

 

P1160004.JPG 

 

 

 

 -peinture-.gif

 P1160013.JPG

 

  peintre-2.gifP1160014.JPG

Les hôtes du jour, dont le député de circonscription, Gérard Cherpion, le conseiller régional, Daniel Gremillet, le conseiller général honoraire, Michel Langloix, le maire de Fays Yves Bastien, le maire de Bruyères Alain Blangy... appréciaient tous la qualité des oeuvres exposées. Un bonheur savouré tout au long de ce week-end des Rameaux.

P1160016.JPG

11/02/2012

Vosges : A propos de l'augmentation de la TVA sur le livre

La mobilisation des libraires indépendants a été soutenue par beaucoup de monde en fin d'année à propos du passage de la TVA de 5,5 % à 7 %. La Librairie Le Neuf à Saint-Dié-des-Vosges continue de protester contre cette augmentation.
« Ce passage allait (va) mettre en difficulté à la fois le réseau très important des libraires en France ( pas loin de 4OOO points de vente) et mettre ainsi à mal l'ensemble de la chaîne du livre (éditeurs, auteurs...) et ainsi grignoter sur cette loi d'exception qui est la loi sur le prix unique du livre.  
Notre mobilisation est intacte, une carte postale de Sempé "Menace sur le livre" est à votre disposition à la librairie pour un envoi à l'Elysée afin de manifester votre soutien à un réseau de librairies indépendantes en France. Des affiches également pour ceux qui veulent relayer l'opération. »
 

12/12/2011

Saint-Dié-des-Vosges : 34 bijoux, parmi les joyaux de Braque

Sur le grand livre d'or du musée Georges-Braque- Métamorphoses de Saint-Dié-des-Vosges, la dédicace du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand, de passage à l'occasion du FIG, exprime admiration et gratitude.

Dédicace F. Mitterrand.jpg

 

 

Georges-Braque, ici sur une photo, empruntée sur le Net, un artiste, un homme simple et gentil que la guerre marqua profondément.

georges_braque.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enchantement. Comment ne pas l'être en découvrant dans l'écrin protégé de la Tour de la Liberté la remarquable collection, réalisée par le maître lapidaire, le baron, Heger de Loewenfeld, seul autorisé par Georges Braque a reproduire son travail artistique sous différentes formes, dont des bijoux qui forcent chaque jour davantage d'émerveillement.

Conservateur du Musée Georges Braque-Métamorphoses, à titre bénévole, Armand Israël ne pouvait trouver collaboratrice plus précieuse que Michèle Lemaître, officiellement désignée Conservateur du Musée Georges-Braque-Métamorphoses. Parler de Georges Braque avec Michèle Lemaître, également bénévole, c'est ouvrir un grand livre en trois D, pour y aborder les périodes du « Patron ». Et, au travers ses différentes périodes artistiques, de rendre à Braque, ce qui appartient à Braque.

Discret, l'homme dispose de talents éclectiques. Impressionniste, peintre, graveur, sculpteur, il s'adonne avec bonheur au collage... Il passera d'un fauvisme pur, au cubisme. Expression picturale, dont on s'accorde aujourd'hui à enfin admettre qu'il en fut à l'origine. Le cubisme, c'est d'abord Georges-Braque ! Il ira ensuite vers une époque thématique. Métamorphoses sera l'aboutissement de son exceptionnelle carrière d'artiste. Métamorphoses, dont aujourd'hui grâce au don d'Heger de Loewenfeld, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges possède une jolie partie.   

P1140094.JPG

                                         Le regard d'une admiratrice, passionnée de Georges Braque

Du bonheur, rien que du bonheur, pour Michèle Lemaître, antiquaire à la retraite, devenue conservatrice. Pour l'amour de l'art. Lorsqu'elle évoque le maître qu'elle eut la chance d'approcher alors qu'elle n'était qu'une gamine haute comme trois pommes à Varangéville sur Mer, c'est de l'attachement sincère, de la passion.

Georges Braque apprivoisa l'espace en déposant sur la toile le jeu des couleurs, dompté, sans heurts, à pinceau sûr, inquisiteur, mais paisible. Braque, l'homme modeste n'avait que faire des mondanités. Sa vie rayonnait dans son atelier. Un local que connaissait parfaitement Michèle Lemaître. La fillette qui lorgnait les oeuvres du maître a grandi. Le peintre admiré a peint de façon lumineuse et indélébile le ciel de son coeur. Braque c'est son génie, sa bataille. L'enthousiasme, et l'engagement de Michèle ne faiblissent pas d'un iota.

L'artiste né le 13 mai 1882 à Argenteuil s'est éteint en 1963. Braque peut reposer tranquille dans le petit cimetière de Varengeville-sur-Mer. Son ayant droit, Armand Israël, Michèle Lemaitre, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges, ses amis veillent sur ses oeuvres comme sur la prunelle de leurs yeux.

P1140318.JPG

Fatiha Bendahan, guide émérite du musée

À côtoyer son amie, conservatrice, Fatiha Bendahan, diplômée des métiers du livre et guide du Musée Georges Braque-Métamorphoses, a fini par attraper le « virus » Braque. Fatiha s'est plongée dans la mythologie grecque, source d'inspiration de Braque dans ses Métamorphoses. Au dernier étage de la Tour de la Liberté, les présentations rutilent.

P1140312.JPG

Quelqu'uns des bijoux à offrir ou à s'offrir !

Il est désormais possible de faire acquisitions de nouvelles pièces dérivées de l'oeuvre. Trente-quatre bijoux or et vermeil, tous portent en eux une part de l'âme du « patron », Braque.

                                                           

P1140319.JPG

Horaires d'hiver : du mardi au vendredi de 14 h à 18 h ; vacances de Noël et février, du mardi au dimanche inclus de 14 h à 18 h. Tour de la Liberté à Saint-Dié-des-Vosges. Musée Georges Braque-Métamorphose, tél. 03.29.55.45.04   

 

11/12/2011

Saint-Dié des Vosges : Christian Pierret dédicace son livre

Après en mai de cette année, son livre intitulé aux Éditions Prospero « Pour une social-démocratie décomplexée », Christian Pierret, dont la candidature à l'investiture du PS, pour une représentation aux présidentielles, n'a pas été avalisée par ses pairs, frileux à bousculer leur calendrier maison, a repris la plume pour réactualiser l'ouvrage.

P1140765.JPG

Dans la série Acteurs de la société, du même éditeur, « France 2012, refusons le déclin » vient donc de paraître (12,50 €) en librairie. Le titre donne le ton, le propos est politique. Le lecteur y puisera matière à réflexion sur un choix de société à définir par le vote de 2012. Pour une victoire de son parti, Christian Pierret n'y va pas par quatre chemins. « Cela suppose que le PS réalise, enfin, sa mue sociale-démocrate. C'est le dernier essai. Après 2012, si la gauche échoue, il n'y aura pas de 2017, il y aura la déshérence de la politique. Le constat peut paraître sévère. Pourtant, c'est de cette lucidité que partira le redressement de la France. » Le maire de Saint-Dié-des-Vosges coiffait dimanche matin sa casquette d'écrivain pour rencontrer son public à la Maison de la Presse de la rue Thiers de sa ville. On ne sait pas si Père-Noël a lu le livre de Christian Pierret, ni si cela est le cas, ce qu'il en pense, mais de dédicace en dédicace, visiblement, il en transportera des exemplaires dans sa hotte !Couverture-refusons-le-declin.png

Blog de l'auteur :  http://www.christianpierret.net/

08/12/2011

Saint-Dié-des-Vosges : un coup d'amour, un coup de soleil...EpicéTou !

Parmi les bonnes surprises de ce mois de décembre, on retiendra un show room exceptionnel donné à la Tour de la Liberté autour des toutes dernières créations de l'artiste Mika. Autodidacte, ce peintre né dans le Nord, a longtemps vécu dans les Vosges. Il ne l'a pas oublié.

P1140297.JPG

Le maire de Saint-Dié-des-Vosges, Christian Pierret et son adjointe, Madeleine Fève-Chobaut ont découvert officiellement l'exposition de Mika.

Un attachement sincère et réciproque avec à la capitale des villes de montagne, Saint-Dié-des-Vosges permet des retrouvailles hautes en couleurs. Chacun y trouve son compte de lumières, et de soleil.

P1140301.JPG

Mika conjugue amour et tolérance sur une palette éclatante. Ainsi, durant tout un week-end, le public était invité à profiter d'un grand rayon de soleil. Sans modération, à plein rêve !

   P1140302.JPG

Mika, on aime EpicéTou... !  

P1140304.JPG

P1140303.JPGP1140300.JPG

18:03 Publié dans Arts, littérature... |  Imprimer |  Facebook | |