Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/06/2012

Vosges : " Le " Claude fait Chevalier des Arts et des Lettres

Seuls les plus coincés iront prétendre le contraire. Not' Claude, oui « le » Claude, enfin on l'a compris, Claude Vanony est aux Vosges ce que Big-Ben est à la Tour londonienne de l'Horloge ! 

P1160878.JPG

Qualifié de « légende », par Jack Lang venu jusqu'au grand salon de l'Hôtel de Ville de Gérardmer pour honorer l'artiste de la Médaille des Arts et des Lettres, en présence du maire de la ville, l'ancien ministre de la Culture mettait l'accent sur « ... une culture populaire, d'une telle force... un art, un talent, une inventivité... et le parcours particulier d'un pur produit vosgien... » 

P1160874.JPG

Jamais récompensé officiellement jusqu'ici, Claude Vanony évoquait le souvenir de son Olympia, précisément 15 janvier 2012, lorsqu'il reçut Jack Lang venu le féliciter. « C'était la première fois qu'un politique se déplaçait jusque ma loge ! » Encore tout ébaubi, not' Claude ne s'attendait pas à la suite. Jack Lang était plus tard allé interpeller son collègue, Frédéric Mitterrand pour lui indiquer le mérite du fantaisiste. Le ministre de la Culture d'alors approuvait sans restriction l'idée de décerner une décoration au populaire Géromois. S'il a l'habitude de faire le pitre sur les planches, l'enfant du pays, né le 1 août 1935 n'en demeure pas moins doté d'une sensibilité à fleur de peau, qu'il cache le plus souvent sous quelques boutades.

S'il quitte l'école à 14 ans pour aller travailler chez son artisan de père, c'est pour une raison aussi bête que cela : « l'instituteur ne m'aimait pas et ne me trouvait pas capable d'aller au certificat d'études, il n'a donc pas voulu me présenter ! » Soit, foi de maître d'école, c'est donc dans l'entreprise paternelle de plomberie « mon père faisait un peu tout ! » que le garçon rêve de devenir pompier de Paris ou prof de sport. La vie est ainsi faite, qu'il faut parfois utiliser des chemins détournés. Il sera pompier, partira 27 mois sous les drapeaux pour effectuer son service militaire au Maroc, Il se jettera ensuite à l'eau en devenant plongeur « L'un des premiers dans les Vosges ».  Professeur de sports, il commençait à réaliser quelques spectacles avec ses potes du groupe folklorique des Menestrels. De fil en aiguille, comme on dit ici, « le » Claude se découvrait une âme de baladin. « Jean Grossier m'avait donné un rôle d'un montagnard, je portais le chapeau, une lanterne, des sabots et une pèlerine... j'ai conservé ce personnage... » 

P1160912.JPG

Un peu de théâtre, des pirouettes scéniques, des premiers sketches attiraient les rires de son public. Mais, pas son directeur d'établissement scolaire qui le somma de faire un choix. L'amuseur choisit et devint... l'artiste Vanony ! « Vous êtes un professeur de langue, de Lettres, hors pair », dira l'ancien ministre de l'Education Nationale. Et, Jack Lang de ne pas hésiter à désigner là une « vosgitude ». Mais aussi de voir chez Claude Vanony un reflet « une vraie tendresse, sans artifice, un artiste simple et direct... » 

Après 14 disque en bon vieux 33 tours, 6 CD, 3 DVD, un disque d'or en 1988 et le Prix Fernand Raynaud et des séries de spectacles qui font tous salle comble, Claude Vanony n'a pas chopé la grosse tête. Il n'oublie pas les siens, des joies, des peines, il en a connu. Pas toujours facile de conjuguer la vie de famille avec son métier. « Allez expliquer aux enfants que papa travaille le dimanche pour faire rigoler les gens... » Populaire, la comparaison avec Bourvil l'émeut. On le connait un tantinet grivois, gaulois souvent, jamais méchant. "Le" Claude il est comme cela, il arrive avec ses gros sabots, sa peau vache sur le dos, fidèle à lui-même, fidèle en amitié. Jamais cabot.

P1160901.JPG

Au moment de se voir épingler la médaille des Arts et Lettres par Jack Lang, il pose un regard embué sur son monde, sur ses proches dont un vieux monsieur assis là près de lui, Jean Grossier, tout aussi ému. « Quand on n'a pas travaillé à l'école ce n'est pas fichu, attention je ne dis pas qu'il ne faut pas travailler, mais quand on n'a rien fait, on peut réussir ! La preuve j'ai une décoration ! »

Joli pied de nez à l'ancien instituteur, qu'il faut remercier finalement. Car, sans son manque de jugement, « le » Claude, le vrai, l'unique, celui que l'on aime, parce qu'il nous ressemble, not' Claude, ben... il ne serait peut-être jamais devenu Vanony !

01/06/2012

Bruyères : Christian Pasi nous a quittés

christian pasi.jpgLa triste nouvelle du décès à l'hôpital d'Epinal de Christian Pasi est apprise avec peine. Agé de 60 ans seulement, M. Pasi avait été admis pour tenter d'enrayer une maladie découverte il y a seulement quelques mois. Tous les soins apportés par une équipe médicale dont la famille loue la qualité professionnelle et humaine n'ont malheureusement pu parvenir à la guérison espérée. Né le 17 octobre 1951 à Bruyères, Christian était le fils des époux, Gaspard Pasi et Paulette, née Marchal, eux aussi disparus. Christian était l'aîné de trois enfants : Dominique, décédé et Sylvie qui demeure à Champ le Duc.

C'est à Laveline devant Bruyères que Christian réalisa sa scolarité primaire. Dès 14 ans, comme cela était souvent le cas à l'époque, il entra dans la vie active. Un CAP de maçon en poche, il fut embauché au sein de l'entreprise Médina. Plus tard, il ira travailler à la filature de Laveline, puis aux Papeteries Mougeot où il exerçait comme cariste.

On se rappelle que Christian Pasi fut appelé sous les drapeaux et qu'il effectua son service militaire chez les parachutistes à Pau. Retraité depuis 3 ans, le disparu aimait tout particulièrement recevoir les siens pour partager des repas de famille. C'était alors souvent l'occasion pour lui de se mettre aux fourneaux pour mitonner de bons petits plats. Papa de Dimitri et d'Isabelle, il fut également un papi gâteau pour Anaïs et Victoria, deux petits bouts de choux qu'il adorait.

Ancien footballeur, notamment dans l'équipe de Laveline, Christian Pasi appréciait aussi une bonne partie de pêche. Proche de la nature, il aimait tout particulièrement observer les oiseaux. La compagnie de camarades pour taper la belote ou faire la conversion lui plaisait également beaucoup. Connu comme travailleur, Christian Pasi laisse le souvenir d'un homme souriant et sans méchanceté. Ses obsèques seront célébrées samedi 2 juin 2012 à 16 h en l'église de Laveline devant Bruyères, suivies de l'inhumation au cimetière communal de ce village. Sincères condoléances à ses proches.

 

 

Girecourt sur Durbion : logement à louer

La mairie de Girecourt sur Durbion loue un logement T3 (96 m2)
Comprenant : pièce principale, cuisine, SB, WC, 2 chambres, 1 local
rangement.
Chauffage individuel géothermie avec local individuel dans les parties
communes
Parabole collective
Emplacement parking - Interphone
Espaces verts
Consommation énergétique : C - Emission GES : A
Prix : 520,84 €

Contacter le 06 83 02 68 62

13:44 Publié dans Girafe immobilier |  Imprimer |  Facebook | |