Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2009

Amitié franco-américaine : sur les traces de son grand-oncle

  drapeaux français et américain [1].jpg               Andy Schott est âgé de dix ans lorsqu’il apprend que son grand-oncle – le sergent Edwin G. Masching originaire de l’Illinois – est mort en héros lors de la Deuxième Guerre mondiale et qu’il repose au cimetière militaire américain d’Epinal. Il se donne alors le serment de lui rendre hommage un jour.

Andy & Surena Schott Houx 30 & 31 juillet 2009 (0).jpg
 Trente années plus tard, cet ancien militaire devenu professeur d’université prend contact avec Gérôme Villain et Hervé Claudon de la région. Ces deux guides étudient les rapports US de l’époque et le conduisent le 30 juillet dernier, en compagnie de sa femme Surena, sur les pas de son grand-oncle jusqu’à l’endroit où il perdit la vie le 4 octobre 1944 entre Laveline-du-Houx et Réhaupal suite à une action héroïque pour laquelle il recevra une « DSC » : Distinguished Service Cross, l’une des plus hautes distinctions militaires américaine.
       Andy & Surena Schott Houx 30 & 31 juillet 2009 (6).jpg                        
 Le groupe se retrouve le lendemain au cimetière militaire du Quéquement où ils sont reçus par Shane Williams, nouvel adjoint du surintendant qui les guide jusqu’à la sépulture d’Edwin Mashing.
 
 
Andy & Surena Schott Houx 30 & 31 juillet 2009 (4).jpg

 Intense instant de recueillement à l'intention de cet homme qui combattît pour la liberté. 

Andy & Surena Schott Houx 30 & 31 juillet 2009 (1).jpg

 

 

Andy et son épouse ici compagnie de Jeanne Masson, qui habitait le hameau de Hérigoutte qui fut libéré par la compagnie d’Edwin G. Masching et de Gérôme Villain, ici à droite sur la photo.

 

 

 

Andy & Surena Schott Houx 30 & 31 juillet 2009 (2).jpg

  

Andy dans un trou d’homme creusé par les soldats américains en octobre 1944.

 

 

Andy & Surena Schott Houx 30 & 31 juillet 2009 (5).jpg 
Remerciements à Gérôme Villain et Hervé Claudon pour l'info et les photos 

 

  

19:08 Publié dans Juste un peu d'histoire-géo | Tags : vosges, lorraine, histoire |  Facebook | |  Imprimer | |

10/06/2009

Val de Vologne :Anciens combattants : Une journée au cœur de l’Histoire

                                 

Les anciens combattants du Val de Vologne n’oublient pas. Perpétuer le souvenir des poilus de 14-18 est une exigence qui s’impose à eux, d’abord par fidélité à leurs anciens, ensuite parce que se souvenir c’est mieux comprendre le monde d’aujourd’hui. Et pour eux, le devoir de mémoire ne s’arrête pas aux cérémonies commémoratives devant les monuments aux morts… comme le prouve la visite des lieux de mémoire qu’ils viennent d’effectuer en Argonne et à Verdun, le 6 juin.   

Les  mots d’Argonne et de Verdun comme ceux de la Somme, de la Marne, du Chemin des Dames, de l’Hartmannswillerkopf, du col de la Chipote et bien d’autres encore ont laissé une empreinte indélébile dans l’Histoire de notre pays. Ils disent le courage, la volonté et l’héroïsme de nos soldats. Ils évoquent aussi l’horreur des combats.

 P6060596.JPG

Venant de La Baffe, Charmois devant Bruyères, Cheniménil, Deycimont, Docelles, Fays, Jussarupt,  La Neuveville devant Lépanges,  Réhaupal , Xamontarupt et Lépanges-sur-Vologne, ils sont une cinquantaine à avoir répondu à l’invitation du comité de coordination des associations patriotiques du Val de Vologne,  dont une dame, parente d’un poilu tué en Argonne en 1915.

P6060565.JPG

 

Organisée avec l’appui précieux de Christian Tarantola, président de la Délégation de Ceux de Verdun et maire de Docelles, la visite proposait un programme original et offrait une occasion unique d’aller à la rencontre de l’Histoire en sortant des sentiers battus.

P6060583.JPG

La matinée de ce samedi 6 juin 2009 a été consacrée aux champs de bataille de l’Argonne. Au lendemain de la première Bataille de la Marne, en septembre 1914,  la 5e armée impériale allemande - qui se replie - s’installe en forêt d’Argonne où elle stabilise son front  pour s’opposer à l’avance de la 3e armée française sous les ordres du général Sarrail. Commence alors une longue bataille d’un acharnement inouï. « Une lutte terrifiante parce qu’elle ne cesse jamais, ni de jour, ni de nuit » comme l’a écrit dans un rapport le général Sarrail.

  

Sous la conduite de Christian Tarantola, les participants ont visité successivement la Haute Chevauchée, le Kaiser Tunnel et la butte de Vauquois, site de mémoire en Argonne qu’aucun d’eux ne connaissait. Le site de la Haute Chevauchée, haut lieu symbolique de la Bataille d'Argonne, est parcouru par un sentier historique où l’on découvre un réseau de tranchées et boyaux français et allemands, vestiges des violents combats qui s’y sont déroulés, et qui mène au cimetière  militaire de la Forestière. 

 

 

P6060550.JPG

Creusé par les Allemands à partir de novembre 1915, le Kaiser Tunnel est long de 350 mètres auxquels s’ajoutent 455 mètres de galeries.

 

 

 

 

Il permettait à la fois d’assurer les liaisons avec le front sous la côte du kronprinz et dispenser les premiers soins aux blessés.Kaiser tunnel 1.jpg 

De nombreux restes de son équipement d’origine (hôpital de premiers secours avec bloc opératoire, centrale téléphonique,  centrale électrique...) sont encore visibles aujourd'hui. Une visite étonnante des aménagements souterrains pendant la Première Guerre mondiale.

P6060552.JPG

 

 

 

 P6060572.JPG

 
P6060587.JPG
Vauqois 2.jpg 
 

Considérée par les états-majors des deux camps comme un observatoire exceptionnel et un verrou stratégique, la Butte de Vauquois a été le théâtre de combats meurtriers pendant quatre ans. Pour la seule année 1915, huit mille de nos glorieux soldats y périrent. Elle est aussi l’un des symboles de la guerre des mines qui allait entraîner la disparition complète du village. Le groupe est accueilli par les guides de l’Association des Amis de Vauquois. Dès l’arrivée sur la butte, c’est un spectacle impressionnant qui s’offre aux regards des visiteurs : là où se trouvait le petit village, il ne subsiste qu’une succession de cratères géants, parfois profonds d’une vingtaine de mètres, dont celui formé par l’explosion, en mai 1916, d’une charge souterraine de soixante tonnes qui a fait plus d’une centaine de victimes côté français. On a dénombré 520 explosions de mines sur la butte de Vauquois qui a perdu 18 mètres de hauteur durant cette période de la guerre des mines. Un panneau signale l’emplacement où se situait l’église. De chaque côté du profond fossé creusé par ces explosions, les visiteurs découvrent, rapprochées d’une trentaine de mètres seulement et se faisant face, les premières lignes de tranchées françaises et allemandes. Après avoir été répartis en trois groupes et reçu leur équipement comprenant un casque blanc de chantiers en plastique et une lampe torche, les visiteurs précédés des guides se sont engagés en file indienne pour visiter une partie du réseau des galeries souterraines creusé dans la gaize, une roche sédimentaire  tendre, mais compacte. Sous terre, c’est une véritable caserne qu’ils découvrent, sous forme d’un enchevêtrement de galeries basses et étroites,  étagées sur différents niveaux et   jalonnées d’excavations exiguës destinées à un usage particulier : cuisine, chambrées, infirmerie, dépôts, centrale électrique, poste de commandement…

Vauquois 3.jpg

 Les techniques de l’extraordinaire lutte souterraine à laquelle se sont livrés Français et Allemands pendant quatre ans leur sont expliquées. C’est de la guerre des mines dont il est question. Les sapeurs français du génie creusent jusqu’à être sous les galeries allemandes, placent un fourneau d’explosifs de plusieurs tonnes qu’ils font sauter. L’explosion donne le signal de l’attaque en surface. Du côté allemand on utilise la même technique. Pour ne pas se faire surprendre, on met en place des systèmes d’écoutes qui doivent permettre d’intervenir avant que l’ennemi ne fasse sauter son fourneau de mine. La guerre a ainsi transformé la Butte de Vauquois en une véritable termitière : puits, galeries, rameaux de combat et sapes nécessaires à la mise en œuvre de la guerre des mines qui s’étirent sur une vingtaine de kilomètres, mais aussi de véritables casernements aménagés.

P6060579.JPG

Cette visite impressionnante a été sans conteste le point fort de la journée. Elle a révélé à la fois l’organisation structurée des installations souterraines et de mesurer les conditions effroyables dans lesquelles les poilus se sont battus et tentaient de survivre.La visite terminée,  les participants se sont rassemblés au pied du mémorial, moment choisi par Christian Tarantola  pour  retracer la violence des combats pour la conquête de la butte et préciser les circonstances de la mort de Marcel Parisot (voir sous le texte).

Vauquois 5.jpg

C’est ensuite  dans le recueillement et en présence des drapeaux de quatre associations d’anciens combattants et d’un figurant portant la  tenue et les équipements d’un combattant de la Grande Guerre qu’un hommage a été rendu aux victimes des combats à Vauquois et plus spécialement à Marcel Parisot. 

Monument Vauquois 3.JPG
 Une cérémonie courte, mais émouvante avec dépôt de gerbe et minute de silence. Les pensées des personnes présentes sont allées également vers Claudine Laurent, petite nièce de Marcel Parisot qui, s’étant blessée quelques instants auparavant,  n’a pu participer à la cérémonie. Assurément une  grande déception pour elle. Chacun lui souhaite un prompt rétablissement.Monument Vauquois 2.JPG

Après avoir repris des forces, le groupe de visiteurs a ensuite consacré la fin de l’après-midi à la visite du  Mémorial de Verdun à la fois témoignage de la bravoure des poilus et évocation  de leurs souffrances, puis à un arrêt au  fort de Froideterre, clé du dispositif français à Verdun qui a joué un rôle crucial durant l’été 1916 et aux Quatre Cheminées. En résumé, une journée bien remplie et chargée d’émotion. Un parcours historique exceptionnel sur une terre de mémoire qui porte encore les stigmates de la Grande Guerre. Des visiteurs particulièrement intéressés qui ont apprécié  les explications de leur accompagnateur, Christian Tarantola  qui a su, tout au long de la journée, transmettre sa passion et captiver un auditoire attentif.

 

P6060591.JPG

 Marcel Parisot  :

Originaire de Docelles où son père tenait une épicerie, Marcel Parisot  se destinait  aux études d’ingénieur dans le textile.  À la guerre, il est appelé au 1er régiment du génie. À la fin de l’été 1914, il est en Argonne avec son corps, le 1er régiment du génie. Les troupes allemandes viennent de s’emparer de la butte de Vauquois dans le but d’encercler Verdun. C’est une position importante que les Français se doivent de reprendre. Les vagues d’attaque successives qu’ils lancent jusqu’en février 1915 restent sans succès. Les pertes sont énormes.  Alors qu’il est à l’instruction des pionniers à l’arrière, Marcel Parisot se porte volontaire pour accompagner l’infanterie dans la grande attaque envisagée par le haut commandement. Il veut « venger son pays ». Cette attaque a lieu le 28 février 1915. Au cours de l’assaut, Marcel Parisot est tué d’une balle en plein front. L’ennemi parvient à rester sur sa position, mais l’attaque a fini par épuiser sa résistance. Une semaine plus tard, les troupes françaises prennent pied sur la butte. . Ils occupent le versant sud et les  Allemands le versant nord. La guerre des mines commence. Une citation a été attribuée à Marcel Parisot : « Parisot Marcel, sapeur mineur. A demandé à faire partie du détachement de sapeurs accompagnant une colonne d’assaut. A été tué au moment où il contribuait à la capture de plusieurs prisonniers »

 

Remerciements à Yvan Nourdin pour ce texte et les photos.