Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/12/2008

Bruyères : honneur au docteur Villemin

P1130007.JPGBeaucoup de gens qui seront passés sur le rond-point Bigeard et devant le monument dédié à Jean-Antoine Villemin se seront peut-être demandé quel fut exactement la vie et l'œuvre de cet homme à qui est réservé un si bel emplacement à Bruyères. La plaque, désormais posée au pied de l'édifice, les renseignera davantage. Une très belle cérémonie en rappelait aussi le parcours atypique.

P1120998.JPG
P1120988.JPG
P1120984.JPG
P1120983.JPG


Sa biographie indique que Jean-Antoine Villemin naquit fils d'agriculteurs à Prey, le 24 janvier 1827 et qu'il devint orphelin à 13 ans. Il pourra cependant poursuivre des études secondaires grâce à son oncle paternel qui le place au collège de Bruyères. Il sera alors remarqué par le docteur Mougeot, éminent naturaliste vosgien. Après son baccalauréat, il est désigné par le sort à la conscription de 1848 et affecté au 14e de ligne. Lui qui voulait être instituteur devenait ainsi soldat pour 7 ans. Et, n'avait pas le moyen de se payer un remplaçant, comme se l'offraient les gens plus aisés de l'époque. Après la cérémonie sur l'esplanade du souvenir, et le dépôt officiel de plaque, la réception à l'Hôtel de Ville donnait l'occasion au maire Alain Blangy de mettre l'accent sur le tournant que prit l'existence de celui dont on évoquait la mémoire.
« Tout aurait pu laisser penser qu'il n'avait pas eu de chance... Pourtant, une fois encore l'armée a joué son rôle d'ascenseur social. Jean Antoine Villemin fera des études de médecine. Il se fait admettre à l'École de médecine militaire de Strasbourg en 1852, avant de soutenir, pour l'obtention du diplôme de docteur, en 1853, devant la faculté de médecine de Strasbourg, une thèse consacrée aux collections purulentes du rein. » Le directeur central du service de santé des armées, Bernard Lafont, médecin général des armées évoquait le SSA qui commémorait en 2008 le tricentenaire de sa fondation par édit royal de Louis XIV, en 1708. « L'histoire de notre service se confond avec l'histoire de France, ses événements, ses péripéties, et parfois ses drames. À chaque fois, il s'est trouvé aux côtés des forces armées et en a partagé leur destin. C'est ce qu'il continue à faire. Mais l'histoire du SSA, c'est aussi celle d'une aventure humaine, médicale et scientifique, incarnée par des personnages les plus divers, qui, à toutes les époques, et sous tous les cieux ont observé, réfléchi, travaillé et agi. Beaucoup le firent humblement et dans l'anonymat, mais certains devinrent illustres et acquirent une notoriété qui fit parfois oublier qu'ils l'avaient acquise au sein du service de santé avant que l'on oublie parfois pourquoi ils l'avaient acquise. »
Parallèlement à sa carrière de médecin militaire, le docteur Villemin réalise de nombreuses recherches. Il multiplia des publications de qualité. Dans son ouvrage « Causes et nature de la tuberculose », il avait mis en évidence et démontré la virulence et la transmissibilité de la terrible maladie. Le maire de Prey, Michel Dambrine s'est félicité de savoir que bientôt le monument qui se trouve dans le village natal du Docteur Villemin serait restauré grâce au SSA.
Le député Gérard Cherpion s'attachait lui aussi à saluer celui qui s'éleva à la force du poignet en s'appuyant sur les institutions françaises.P1120990.JPG

Parmi les hôtes du jour, Michel Villemin, un Géromois n'était autre que l'arrière-petit-fils de celui que l'on ne veut pas oublier.

P1130021.JPG

Michel Villemin a conté quelques anecdotes concernant la vie de son illustre aïlleul, marié à une artiste de cabaret.

09:21 Publié dans Actualités |  Imprimer |  Facebook | |