Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Vosges : communiqué de Daniel Gremillet et de Jackie Pierre, sénateurs des Vosges | Page d'accueil | Bruyères : Vibr'Harmonie sera ouvert les dimanches 16 et 23 décembre »

13/12/2018

Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges : Deux lettres de Voltaire retrouvées à la médiathèque intercommunale de Senones

Communiqué de presse de la Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-des-Vosges

voltaire-1694-1778-02.jpegIl y a quelques semaines, une petite collection de livres anciens a été (re)découverte par les agents de la médiathèque de Senones, membre du réseau des médiathèques de la Communauté d’Agglomération de Saint-Dié-des-Vosges. Assez hétéroclite, elle se compose de plusieurs dizaines de livres anciens (essentiellement des XVIIIe et XIXe siècle) traitant de Senones, la principauté de Salm-Salm, ainsi que des ouvrages de Dom Calmet, son plus célèbre abbé et grand historien de la Lorraine (1672-1757).

Mais la découverte la plus intéressante tient certainement dans deux sous-verre anciens, empilés dans un carton : ils contiennent deux lettres manuscrites de Voltaire écrites depuis Plombières. On sait en effet qu’il y a séjourné durant l'été 1754 après un passage de quelques semaines à Senones, où il a rencontré Dom Calmet et consulté sa riche bibliothèque. L’une des lettres est adressée à Dom Calmet, l'autre à Dom Fangé (son neveu lui succédera comme abbé de Senones à sa mort en 1757).

D’un grand intérêt historique, le contenu de la lettre à Dom Calmet fait état d’une certaine proximité entre les deux hommes. Voltaire y confesse même que « vos ouvrages et votre bibliothèque m’instruisaient plus que les eaux de Plombières ne me soulagent » ! On y apprend aussi qu’il fait envoyer à Dom Calmet certains livres en anglais et en latin qui manquent à sa bibliothèque, car « il faut de tout dans la belle collection que vous avez ». Dans la lettre à Dom Fangé, Voltaire avoue également qu’il « admire la force du tempérament de Mr votre oncle, elle est égale à celle de son esprit […] personne au monde n’est plus digne d’une longue vie ».

« Les lettres de Voltaire ne sont forcément pas des objets très rares » précise Alexandre JURY, directeur-adjoint des médiathèques en charge du patrimoine écrit. « Comme nombre de ses condisciples, Voltaire a beaucoup écrit, et avait un secrétaire chargé de rédiger une partie de ses courriers. On trouve donc des écrits de Voltaire dans de nombreuses bibliothèques, et fréquemment sur le marché des livres anciens. Toutefois, une première comparaison avec des courriers authentifiés datant de la même période laissent fortement supposer que les lettres sont bien de la main de Voltaire. L’intérêt historique est quant à lui certain, et en lien direct avec l’histoire locale. »

Il reste maintenant à mieux faire connaître ces documents au grand public (peut-être par le biais d’une numérisation), et à en signaler l’existence sur les catalogues spécialisés en ligne.

Transcription de la lettre de Voltaire à Dom Calmet

"A Plombières, 16 juillet [1754]

Monsieur,

La lettre dont vous m'honorez augmente mon regret d'avoir quitté votre respectable et charmante solitude. Je trouvais chez vous bien plus de secours pour mon âme, que je n'en trouve à Plombières pour mon corps. Vos ouvrages et votre bibliothèque m'instruisaient plus que les eaux de Plombières ne me soulagent. On mène d'ailleurs icy une vie un peu tumultueuse qui me fait chérir encor davantage cette heureuse tranquillité dont je jouissais avec vous. J'ay pris la liberté de faire mettre à part quelques livres des savants d'Angleterre pour votre bibliothèque, mais on n'a envoyé chez Debure que les livres écrits en langue anglaise. J'ay donné ordre qu'on y joignit les latins. Ce sont au moins des livres rares qui seront bien mieux placez dans une bibliothèque comme la vôtre que chez un particulier ; il faut de tout dans la belle collection que vous avez. Je vous souhaite une santé meilleure que la mienne, et des jours aussi durables que votre gloire et que les services que vous avez rendus a quiconque veut s'instruire. Je serai toutte ma vie avec le plus respectueux et le plus tendre attachement. Monsieur.

Votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire"

17:46 Publié dans Arts, littérature... |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.