Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Laval sur Vologne : trouvé un trousseau de clefs | Page d'accueil | Champ le Duc, Bruyères, Laval sur Vologne : décès de Monsieur Jean-Didier »

16/04/2017

Bruyères-Gérardmer : Le Lions Club fidèle à Alexis Vautrin

Le professeur Jean Louis Merlin, chercheur responsable du laboratoire de biologie des tumeurs à l’I.C.L., a répondu à l’invitation du Lions Club de Gérardmer-Bruyères de donner une conférence sur les avancées de la recherche. Cette soirée qui s'inscrit dans la continuité depuis une quarantaine d’années 'est aussi l’occasion pour le club service de remettre un chèque pour la recherche sur le cancer et les leucémies au centre Alexis Vautrin I.C.L. de Nancy-Brabois. Et d'associer les partenaires qui soutiennent par la publicité, l'édition 2017 de l'agenda du club.

IMG_0135 (Copier) (2).JPG

Le Professeur Merlin a choisi de parler de « l’ADN circulant » et des « biopsies liquides ». C’est une avancée extraordinaire de la médecine qui permet de détecter et de quantifier l’ADN tumoral circulant avec une simple prise de sang.

Cette technique peu invasive et moins douloureuse pour les patients pourrait être une alternative dans beaucoup de cas pour supplanter les biopsies de tumeurs qui sont un acte invasif pour le patient, parfois douloureux et pouvant nécessiter une hospitalisation. Le professeur précise que les cellules tumorales se dégradent et que des brins d’ADN tumoral circulent dans l’organisme. L’ADN tumoral circulant est un bio-marqueur de l’évolution tumorale. Cette technique serait le fer de lance de la médecine de précision, les thérapies ciblées ne peuvent être proposées qu’aux patients porteurs de l’anomalie moléculaire qu’elles visent.

De nouvelles pistes de recherches pourraient s’ouvrir dans l’avenir sur des analyses à partir d’ADN prélevé sur la salive ou dans l’urine.

Concernant l’analyse des fragments de tumeurs réalisées à partir de biopsies classiques, le laboratoire de l’ICL s’est doté d’une machine permettant de gagner 10 jours sur le processus qui va de la prescription du prélèvement à l’ordonnance du suivi thérapeutique.

Une autre avancée est mentionnée. Lorsqu’un protocole est abandonné pour ses résultats décevants puis remplacé par un autre traitement, ce protocole peut être remis en place plus tard et montrer alors son efficacité. C’est ce qui a été constaté par les chercheurs.

A la fin de son exposé, le professeur Merlin s’est prêté au jeu des questions-réponses et il a précisé qu’il avait donné  dans son diaporama, la primeur de l’information sur les statistiques et autres tableaux qui sont le fruit des recherches de l’I.C.L. Il présentera prochainement ces données lors d’un colloque aux U.S.A.

Il annonce également avec une pointe de fierté les dates du congrès qu’il organise à Nancy les 25 et 26 septembre 2017 sur les biopsies liquides.

IMG_0138 (Copier) (2).JPG

En guise de conclusion, le président Jean Loup Lafouge remercie le professeur et soulignait les 40 années de fidélité  envers les chercheurs du centre Alexis Vautrin. Il remercie également les annonceurs de l’agenda présents dans la salle, sans qui rien ne serait possible. Jean Loup Lafouge a remis pour l’I.C.L.un chèque de 7.500€. Le professeur Merlin ajoute qu’il mesure bien les efforts que les Lions de Gérardmer-Bruyères ont dû déployer pour collecter ces fonds. Et de relater qu’en 1925, à l’appel du professeur Alexis Vautrin, près de 200 directeurs d’usines de l’industrie textile vosgienne contribuèrent au financement du Centre qui porte son nom à Nancy.

Dans sa maison au bord du lac l'éminent professeur recevait régulièrement et gracieusement des ouvriers en consultation. Pendant la Première Guerre mondiale cette maison accueillait les ambulanciers anglais qui allaient chercher les blessés sur le front franco-allemand. La fille du professeur Alexis Vautrin s’est mariée en 1910 à Paul Boucher, industriel vosgien qui devint maire de Gérardmer en 1935. C’est dire que les liens qui unissent la perle des Vosges à l’I.C.L. ne sont pas nouveaux !

05:59 Publié dans Actualités, Santé, Solidarité |  Facebook | |  Imprimer |

Les commentaires sont fermés.