Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« Laveline devant Bruyères : les pêcheurs prennent soin du milieu halieutique | Page d'accueil | France : communiqué du PCF »

07/06/2013

Bruyères : histoire d'eau et de facture salée

En amont d'une revendication publique, une pétition avait recueilli près de 500 signatures. Même si, et Jean-Marie De Freitas, organisateur de la manifestation de mercredi le reconnaissait en avouant sa déception, les habitants de la communauté de commune de la Vallée de Vologne ne se sont pas vraiment mobilisés, la manifestation contre l'augmentation de la taxe d'assainissement ne fut pas un coup d'épée dans l'eau.

Sur les coups de 14 h, environ soixante-dix personnes se rassemblaient place Stanislas pour exprimer leur mécontentement, mais surtout leur incompréhension de ne pas avoir été préalablement averti d'une hausse proche de 100 % par rapport à l'année précédente. Sachant que pour payer les gros travaux engagés pour répondre à l'obligation européenne, il faut encore s'attendre à 12,5 % supplémentaires en 2014. 

05062013163.jpg

Avant de rallier l'avenue du Cameroun pour rejoindre le siège de la Communauté de communes dans les anciens locaux de la Maison ONF, rue de la 36e Division US, Jean-Marie de Freitas prenait soin de demander le calme, le respect de chacun et des biens. Soleil, banderoles, trompettes et slogans qui vont bien, la manif sécurisée par la présence des forces de l'ordre s'ébranlait sous le regard des passants, des gens attablés aux terrasses des cafés et de commerçants devant leurs portes. 

Aucun débordement, si ce n'est celui du raz le bol d'avoir le sentiment d'être pris selon les expressions entendues « pour des vaches à lait ». Jean Marie de Freitas, accompagné de Pascal Jean étaient reçus par André Claudel. La pétition était alors remise au président de la communauté de communes.  André Claudel dont on connaît toute la qualité d'écoute exprimait sa compréhension, mais ne manquait pas de renvoyer la balle en évoquant toutes les enquêtes publiques restées sans écho de la part des habitants de la CCVV. Avec  tout de même la promesse réitérée que le couteau ne sera pas mis sous la gorge des foyers et que des possibilités d'échelonnements du payement peuvent être accordées par la perception.

De son côté, Claude Marchal de Champ le Duc indiquait l'adresse du blog « Les égouts de la Vologne » http://lesegoutsdelavologne.blogspot.fr  et évoquait une association constituée avec l'idée de ne pas se laisser noyer par les taxes.

08:27 Publié dans Actualités, Environnement |  Imprimer |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.