France : Crise agricole : Daniel Gremillet interpelle le Gouvernement sur son action européenne (22/02/2016)

Mercredi 17 février 2016 en séance publique au Sénat, lors du débat préalable au Conseil européen des 18 et 19 février 2016, Daniel Gremillet a interpellé Harlem Désir, Secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes, et le Gouvernement sur le sujet agricole.

Revenant sur les dernières annonces de l’exécutif - la majorité gouvernementale -, le sénateur vosgien a notamment prôné le devoir français de réalisme et de courage politique au niveau européen. « La levée de l’embargo avec la Russie est une nécessité, mais elle ne sera pas pour autant synonyme de reprise immédiate des exportations des produits agricoles français vers la Russie. » a-t-il averti. « le marché russe ne nous a pas attendu ». Et de poursuivre, « en effet, la crise agricole se prolongera, ce qui exige d’autres actions de la part des pouvoirs publics. Les agriculteurs français et européens souffrent de l’absence de mesures d’accompagnement de la politique étrangère européenne. C’est un des défis majeurs de l’Union européenne ».

2015-0179-030-CL.jpg

L'élu vosgien a rappelé l'importance de la solidité du couple franco-allemand et mis en exergue les effets négatifs d’une relation franco-allemande affaiblie sur le dossier agricole « Nous ne sortirons pas de la crise si nous ne pouvons pas nous appuyer sur la force du couple franco-allemand ». Et il a également mis en avant la nécessité d’aller négocier avec les autres pays européens et de trouver des partenaires : « le ministre de l’agriculture se réjouit d’avoir entrainé douze états membres derrière lui : cela ne suffit pas, il nous faut davantage d’alliés et trouver une majorité que la France n’a pas actuellement ! ».

Enfin, Daniel Gremillet a placé le Gouvernement face à ses responsabilités en rappelant que le Sénat a voté dans sa proposition de loi en faveur de la compétitivité de l’agriculture et de la filière agroalimentaire, une mesure sur l’étiquetage des produits agricoles qui permettrait à la France d’être en position de force au niveau européen, et répondant aux attentes des agriculteurs et des consommateurs français.

07:56 |  Imprimer |  Facebook | |