Docelles : la papeterie UPM, c'est mort ! (27/01/2016)

Deuil.jpgCourrier à la Girafe de Christian Tarantola, maire et conseiller départemental

"Ce soir chère " Girafe qui rit", nous pleurons .la décision du tribunal administratif tombée cet après-midi : la SCOP est déboutée de son appel, ce qui signifie la fin de cette plus vieille usine de France.
Pendant 3 ans, dans le calme et la dignité nous nous sommes mobilisés, ouvriers, élus locaux, population pour résister à la volonté de ce groupe international qu'est UPM de supprimer ce bel et moderne outil de travail qu'est cette papeterie.
Nous mesurons aujourd'hui ce qu'est une multinationale et l'ultralibéralisme qu'elle professe ,malgré les discours lénifiants : IL N'Y AUCUNE PLACE POUR L'HOMME dans ces machineries à faire de l'argent.
Vous avez été nombreux à nous soutenir, car vous sentiez que derrière ce combat, il y avait l'expression d'une volonté délibérée de casser cette unité de production, pour des raisons financières et vous avez compris que ce genre d'agissement pouvait être dangereux dans d'autres domaines, et c'est l'exemple malheureux de la vieille CIPA.
Le fait de déclarer vouloir vendre était fallacieux, car la volonté était de la fermer purement et simplement. Le dire eût été plus correct, car une annonce de cession possible était alors synonyme d'espoir et d'espérance.

Si les élus locaux, ont été toujours présents pour nous soutenir, et je les en remercie, tout le monde ne fut pas au rendez-vous. Aux côtés du Préfet, je veux souligner particulièrement l'engagement du Président Poncelet dés les premiers temps, d'autres suivirent.
Parmi les niveaux les plus hauts, je salue aussi l'investissement d'Arnaud Montebourg, ancien Ministre.
En outre, nous avions obtenu un appui conséquent des médias, français et étrangers, de l’CDE , e parlementaires européens .
Mais nous nous sommes sentis bien seuls, au niveau des grands décideurs : le Gouvernement.
Alors aujourd'hui, MERCI encore à vous toutes et tous .Soyons encore vigilants , lus que jamais , car cette lutte de 3 ans a tout de même servi à obtenir plus de choses encore et de reporter la date de fermeture de cette papeterie .
Et demain ? le territoire va s'enrichir d'une nouvelle friche sur le devenir de laquelle nous travaillons déjà. C'est l'affaire de nous toutes et tous et ainsi, ma chère girafe tu pourras continuer à rire, car nous aurons fait un pied de nez à l'adversité .
C . Tarantola, maire et conseiller départemental

22:32 |  Imprimer |  Facebook | |