Vosges : lettre ouverte des communistes vosgiens (16/10/2014)

"Monsieur Le Député,

Monsieur le Sénateur,

Les communistes vosgiens vous interpellent sur les conséquences qu'aura l'acceptation du plan de financement de la sécurité sociale voté à l'assemblée (PLFSS).

Le président de la République vient de déclarer : « Il n'y a pas de plan d'économie qui soit indolore ». Oui, c'est douloureux pour les classes moyennes et populaires, les femmes, les familles monoparentales, les jeunes couples, à qui le gouvernement impose un plan d'austérité de 21 milliards d'euros sur la protection sociale. Ce choix met en péril la protection sociale à la française, la relance économique, la vitalité et la jeunesse du pays.

Pendant ce temps, la Cour des comptes estime que la fraude aux cotisations sociales pourrait avoir atteint 20 à 25 milliards d’euros en 2012. Nous rappelons que 100 % de ces fraudes sont imputées aux employeurs (travail dissimulé, heures supplémentaires non payées, abus de contrats précaires…). Pourtant, le patronat bénéficie déjà de multiples allègements de cotisations ainsi que des nombreuses mesures incluses dans le « pacte de responsabilité » sans qu’aucune contrepartie ne lui soit demandée.

La Sécurité Sociale qui protège d'ordinaire les risques et aléas de la vie et assure après le travail une vie convenable, est depuis plusieurs années attaquée de toutes parts par les politiques  d'austérité. La remise en cause de ce système n'est pas tolérable quand on sait que la Sécurité Sociale est un amortisseur social en temps de crise.

Si le PCF n'a de cesse de clamer que l'argent il y en a mais il faut le prendre ailleurs que dans les poches des plus pauvres et des classes moyennes. Des dizaines de milliards d'euros circulent hors de l'économie réelle, hors des comptes publics, hors des salaires et du pouvoir d'achat. Il est possible de mettre à contribution les énormes revenus financiers à hauteur des salaires, cela dégagerait plus de 70 milliards d'euros.

Nous vous demandons donc de prendre vos responsabilités et de ne pas voter ce budget qui met en péril le principe même de notre protection sociale et qui tend à le voir disparaitre aux profits de grands groupes privés pour satisfaire encore un peu plus le monde de la finance.

Vous êtes un élu du peuple, votre devoir est de le satisfaire et de préserver ses acquis nés du Conseil National de la Résistance, dont beaucoup de nos militants communistes y ont œuvré.

Nous réitérons notre volonté d'un monde plus juste où l'humain est au cœur des préoccupations, et en ce sens nous vous demandons d'exprimer clairement votre position devant vos administrés en donnant les explications et motivations de votre vote sur le PLFSS."

Pour le PCF Vosges, la secrétaire Fédérale

 Michèle GRÜNER

08:06 |  Imprimer |  Facebook | |