Bruyères : autour de l'ancien bailliage (22/06/2009)

« Agir pour l'avenir », l'association VMF (Vieilles maisons françaises ), créée en 1958 et reconnue d'utilité publique en 1963 poursuit trois objectifs forts. Sauvegarder tous les patrimoines de qualité, grands et petits, bâtis et paysagers. Regrouper tous les défenseurs de ces patrimoines. Encourager la transmission des savoir-faire et sensibiliser les jeunes. Aujourd'hui, les VMF sont : 95 délégués départementaux, 22 délégués régionaux, et 19 délégués « Jeunes ». VFM est forte de près de 20 000 adhérents. Une revue de 23 000 exemplaires est éditée 5 fois par an. Un site internet ( www.vmf.net) donne accès sur l'actualité patrimoniale. Une journée conduite samedi 20 juin 2009 sous la houlette de Jean-François et Marie-Françoise Michel, professeurs d'histoire retraités, (et auteurs d'ouvrages sur le sujet) permettait à tout un groupe de toucher du doigt l'importance de l'ancien bailliage de Bruyères. Il s'agissait d'apprécier ici les éléments d'architecture, d'urbanisme, et d'histoire, mais aussi de se régaler la vue de la qualité des paysages et coins de nature de la région.

P1190747.JPG

 La cinquantaine de personnes présentes allait dans un premier temps découvrir ou mieux connaître la célèbre église romane de Champ le Duc (XIe et XIIe siècle). Une visite approfondie de l'extérieur et de l'intérieur montrait que l'édifice a été plusieurs fois restauré. L'état actuel de présentation fait suite à des travaux nécessités par le temps et notamment aussi par un grave incendie provoqué par la foudre, voici une quinzaine années. Les hôtes du jour auront apprécié la restauration et se seront certainement fait une idée sur le choix judicieux ou non de l'enduit jaune moutarde et blanc qui recouvre désormais les pierres de grès à l'intérieur de l'église. Impossible de passer par Champ le Duc sans évoquer la vie de Jean-Claude Sommier, curé de Champ et archevêque in partibus infidelisde Césarée. Le magnifique presbytère qui lui servit de domicile, de centre pastoral et d'imprimerie montre encore l'importance de ce que fut en son époque la vie paroissiale de Champ. Un repas pris en l'auberge pittoresque de Laval sur Vologne donnait ensuite l'occasion de partager à l'orée du bois le déjeuner composé des spécialités maison comme fumé et tofailles. Les visiteurs reprenaient ensuite leur bâton de pèlerin pour s'en aller vers Bruyères. Sous la conduite de Gilles Grivel, professeur agrégé d'histoire au lycée Jean Lurçat et grâce à l'obligeance de Jean Chaumont, professeur d'histoire retraité qui coiffe volontier la casquette de guide tout ce petit monde de féru des belles choses d'antan entrait au musée de Bruyères. Nul doute que les collections de faïence, dont celle de la remarquable ancienne pharmacie de l'hôpital de Bruyères auront séduit les gens de VMF. Tous se dirigeaient ensuite vers le centre-ville, puis vers le quartier historique de l'église avec un regard particulier sur la maison de l'abbé Georgel, célèbre secrétaire du « cardinal collier » Louis René de Rohan. VMF ne manquait pas de remercier Olivier Merlin, descendant de Merlin de Thionville pour son obligeance d'ouvrir son parc et sa propriété sur laquelle demeurent d'intéressants vestiges de l'ancien château de Bruyères. Cette journée culturelle s'achevait par un retour vers la place Stanislas pour y récupérer les voitures garées là. Chacun aura sans aucun doute pris un moment pour jauger la qualité architecturale de cet espace bruyèrois, jadis réservé aux grandes foires. VMF n'aura probablement pas regretté le choix de sa sortie en Avison. Seule ombre au tableau, la disparition accidentelle le 29 mars dernier du trésorier de VMF, le colonel Yves Boulian pour qui une pensée est allée.  

Les personnes interessées par les activités de VMF peuvent s'adresser à Marie-Françoise Michel, 3 avenue de Lattre de Tassigny, 5700 Metz.

11:55 |  Imprimer |  Facebook | |