Brouvelieures : la SVPA au quotidien (02/05/2009)

 

Samedi 25 avril 2009, à Brouvelieures, l'assemblée générale de la Société vosgienne protectrice des animaux bat son plein. Dans son rapport moral Édith Quié exprime toutes les difficultés rencontrées pour soutenir la cause mise en oeuvre (1960-2002) par présidente- fondatrice Odette Mas.

P1170200.JPG

« Chaque année voit défiler des centaines d'animaux abandonnés. Parmi eux de très vieux, foutus dehors, mais également des malades. Les maîtres " oublient " de nous dire que leur chien ou leur chat sont en traitement, ou souffrent de graves et douloureuses pathologies... » Parfois, pas toujours, car il en est qui trichent, des gens âgés se résignent la mort dans l'âme à se séparer de leurs compagnons. Tellement vrai qu'au même moment la porte du refuge s'est ouverte pour une personne qui vient là abandonner un petit chien noir. La pauvre bête qui ignore peut être encore le mauvais tour que lui jouent ceux qui ne veulent plus d'elle, souffre de cécité... « Au refuge, et quoi qu'en pensent les mauvaises langues, on meurt aussi de vieillesse. Ceux qui ont marqué leur passage au refuge, et qui ont partagé leurs dernières années d'existence avec nous laissent un grand vide dans notre maison et trouvent désormais la sérénité dans notre cimetière, le jardin du souvenir. Nous sommes confrontés quotidiennement à la violence des abandons, à des maltraitances lorsque l'animal sert de défouloir et de jeux pervers, à la l’acheté à la couardise de certains propriétaires. Comment ne pas être scandalisé lorsque nous arrivent des chiens qui ne ressemblent plus à rien, tant leur toison et la crasse les empêchent de marcher correctement et de voir, sans oublier toutes les parties enflammées . Nous devons traiter tous ces cas avec beaucoup de sang-froid, de psychologie parfois. Les menaces verbales ne sont pas rares... » dira notamment encore la directrice du Val des oiseaux. Avant d'ajouter « Il y aura toujours un chien malheureux quelque part qui nous empêche d'être heureux »

P1170196.JPG

Dommage que les participants des assises annuelles ne furent pas très nombreux. Car en suivant l'exposé de la présidente départementale Claude Mireux, il était encore possible de se rendre mieux compte du déroulement de l'année associative. De gros travaux ont été effectués en 2008. On cite entre autres l'achèvement de la restauration de la grosse maison, sise le long du chemin, pour deux locations. L'élagage et la coupe en 2009 d'arbres devenus dangereux. Suite à catastrophe de février 2008, il a fallu créer de nouveaux locaux pour reconstruire la chatterie. Un chenil de nuit destiné à recevoir les animaux abandonnés de nuit devant le refuge a été construit. Des portails de séparation sur les côtés du hall d'accueil ont été mis en place. Une allée a également été aménagée. La réfection des enclos, avec murettes et pose de grillages, une clôture de séparation pour la chatterie extérieure, la rénovation totale de la partie électricité et pose de convecteurs électriques à la nouvelle chatterie, de la maçonnerie dans l'ancien château, la remise en état de l'accès côté hall d'accueil sont en cours, ou prévus à court terme. Des stores à remplacer, ou à mettre en place pour les animaux, le chemin d'accès au refuge et la pose d'enrobé jusqu'aux cuisines des animaux, des abris et le sol à refaire dans certains enclos... et plein d'autres projets sont sous le coude. Comme en 2008, des manifestations viendront ponctuer les mois. La choucroute du 5 avril et la marche « 4 pattes » ont remporté un joli succès. Déjà, on pense à la kermesse des 22 et 23 août au refuge, à la fête des animaux en octobre... Plusieurs réunions associatives mobiliseront également les responsables de la SVPA. Parmi les questions diverses, la campagne de stérilisation des chats errants fonctionne. Par rapport à 2008, les stérilisations de chats capturés puis relâchés sur leur site sont à la hausse. Alors que la réunion se terminait, un homme et un jeune garçon sonnaient à l'entrée. Un bon gros chien était venu du côté de Bois de Champ taper de la truffe à leur porte. Le tatouage a permis de l'identifier. Paco a très vite retrouvé la chaleur de son foyer. Les jours se suivent. Voilà que le lendemain de l'assemblée générale, un chien était signalé découvert attaché à un arbre sur la zone de trial de la forêt de Barbey-Seroux.

P1170385.JPG

Recueilli chez des villageois compatissants, le chien prenait un peu de repos avant d'être conduit au refuge. Son identification encore en cours devrait très certainement aboutir. Peut être aussi que ce pauvre animal agé de 7 ans sera bientôt adopté...

20:26 |  Imprimer |  Facebook | |