Laveline devant Bruyères, Saint-Ange le Vieil, Bruyères : décès d'Alain Michel (23/02/2009)

2 Papa 2006.jpgLes habitants du secteur de l'Avison ont appris avec tristesse et consternation le décès à l'âge de 58 ans d'Alain Michel. Enfant du pays, Alain naquit le 28 décembre 1950 à Bruyères. Aîné d'une fratrie de 8 enfants, il est le fils des époux Michel, Simone qui demeure à Laveline devant Bruyères et Maurice, décédé il y a quelques années. Il est le gendre de M. et Mme Robert Ferry qui habitent Bruyères. Avec la disparition d'Alain, c'est toute une grande famille et de très nombreux amis qui se trouvent plongés dans la peine.
Sa scolarité primaire réalisée à Laveline, Alain entra au lycée Saint-Rock à Saint-Dié des Vosges pour s'y diriger vers un BEP d'électromécanicien. Il eut ensuite la possibilité d'intégrer une école EDF, puis tout naturellement d'être embauché dans cette entreprise. Il y effectua d'ailleurs à EDF toute une belle carrière professionnelle débutée au bas de l'échelle des grades. En 1976, Alain Michel fut désigné pour rejoindre le centre de recherche « des renardières » à Moret-sur-Loing. Le 22 septembre 1972, Alain Michel épousa, Sylvie Ferry. Le couple choisit alors de partir vivre là où chef de famille disposait d'un emploi. Une fille unique, Virginie, maintenant agrée de 31 ans vint au monde. Retraité depuis 3 ans, le défunt habitait Saint-Ange le Vieil près de Fontainebleau où il avait restauré de ses propres mains e cela avec beaucoup de réussite une grande maison de maître. Alain laisse à ceux qui l'ont connu le souvenir d'un être exceptionnel qui possédait en lui toutes les clefs de la vie. Curieux du monde et de l'univers, il était un passionné d'astronomie, et avait lui-même créé son observatoire. L'informatique, la lecture, la philosophie, mais aussi la pratique tous les travaux manuels lui étaient donnés. Proche de la nature, il était homme à cultiver avec amour les fleurs de son jardin. Ancien de 1968, il avait su conserver en lui une fraicheur d'âme qui le conduisait à reconstruire le monde à chaque instant. Cela sans jamais agresser les gens. Mélomane aux gouts éclectiques, il se régalait de ses musiques préférées. Alain trouvait particulièrement plaisir à entendre les Pink-Floyd. Gravement malade, il y a plusieurs années, Alain Michel avait par plusieurs reprises gagné son combat contre l'adversité. C'était sans compter sur fatalité. C'est finalement une autre pathologie des plus agressives qui l'a emporté pour toujours. Cela, malgré tous les soins apportés et la combativité dont le disparu fit preuve avec dignité jusqu'au dernier moment. Hospitalisé à Institut Gustave Roussy de Villejuif, Alain s'est éteint mardi 17 février 2009. Ses obsèques civiles ont eu lieu samedi 21 février à Laveline devant Bruyères. Alain Michel repose désormais dans son village natal. Les siens conserveront au coeur la fierté d'avoir partagé un bout de son trop court chemin.
Sincères condoléances.

11:39 |  Imprimer |  Facebook | |